• LES BIERES BELGES

    LES BIERES BELGES D’ABBAYE

    Floreffe, Leffe, Saint-Feuillien, Maredsous, Affligem, Grimbergen, Val-Dieu, voici quelques-unes de nos plus célèbres bières d’abbaye.

    Brasser des bières dans les abbayes est une tradition qui date du Moyen Âge.

    Les monastères offraient l’hospitalité contre quelques deniers aux voyageurs et aux pèlerins surtout. Bien sûr, quoi de mieux qu’une bonne pinte pour faire tomber la poussière des chemins accumulée dans le gosier !

    Il fallait donc fabriquer une bonne bière et les voyageurs se permettaient des détours pour une halte dans les lieux les plus accueillants. Puis, au fil des siècles, la bière devint un objet commercial, vendu hors de son lieu de brassage.

    Floreffe

    Fondée en 1121 par Norbert de Gennep, l’abbaye de Floreffe a longtemps bénéficié du soutien des comtes de Namur et a ainsi connu une importante renommée, étant considérée comme l’un des plus riches et plus influents monastères des anciens Pays-Bas et du nord de la France. En 1842, il reste trois survivants des moines de Floreffe, le dernier d’entre-eux meurt en 1850. Une centaine d’années plus tard, le proviseur du collège de l’abbaye de Floreffe décide, afin de réunir de l’argent pour l’entretien des bâtiments, de restaurer le moulin-brasserie et de relancer la production de la fameuse mousse.

    floreffe.jpg

     

    Leffe

    Historiquement, le nom Leffe provient d’un quartier de Dinant. L’abbaye fut fondée au XIIe siècle et a abrité une brasserie au XIIIe siècle. Au Moyen Âge, l’utilité de ce lieu dans un monastère était avant tout d’ordre sanitaire. En effet, dans l’impossibilité matérielle de vérifier si l’eau de source était propre ou non à la consommation, la communauté trouvait dans la fabrication de la bière, un moyen pratique de résoudre ce doute aussi crucial, cela grâce au processus assainissant de la fermentation.

    En 1952, le brasseur Lootvoet obtint les droits de licence pour produire la Leffe. Trois ans plus tard, l’entreprise fut rachetée par Stella Artois. En 1975, elle a cessé ses activités et toute la fabrication fut transférée à la Brasserie Grade de Mont-Saint-Guibert. Quand la société ferma en 1996, elle s’élevait alors à plus de 300.000 hl.

    leffe.jpg

    Saint-Feuillien

    Depuis 1873, la famille Friart poursuit la fabrication de différentes bières parmi lesquelles la Saint-Feuillien. Au VIIe siècle, un moine irlandais nommé Feuillien débarque sur le continent prêcher l’Evangile. Hélas, en 655, alors qu’il traversait la forêt Charbonnière, sur le territoire de l’actuelle commune du Roeulx, le prêtre fut martyrisé et décapité. A l’endroit de son supplice, ses disciples élevèrent une chapelle qui deviendra en 1125 une abbaye de prémontrés : l’abbaye de Saint-Feuillien du Roeulx.

    st feuillien.jpg

    Maredsous

    L’abbaye de Maredsous est fondée en 1872 sous l’impulsion d’un couvent bénédictin allemand et, notamment de l’un de ses membres : Hildebrand de Hemptinne, originaire de la région. Brasser ne fut jamais un métier dans ce prieuré. Depuis 1963, l’abbaye a confié la production et la commercialisation à la brasserie Duvel Moortgat, sous le contrôle des moines. Il est possible de la déguster sur place dans des chopes en terre cuite.

    bière.jpg

    Affligem

    A Opwijk, dans le Brabant flamand, la brasserie Affligem propose la fameuse bière d’abbaye du même nom, selon une recette élaborée par des moines il y a 900 ans. Il faut remonter jusqu’en 1704 pour trouver les origines de l’abbaye d’Affligem. A cette époque, six brigands touchés par la grâce ou le repentir décident de se faire moines et fondent une minuscule communauté. Les six novices créent une boulangerie et une malterie. Lorsque les moines bénédictins cessèrent leurs activités de brasseurs, ils contactèrent d’abord la société anversoise De Hertog, qui mit au point une nouvelle recette permettant de brasser le breuvage avec du matériel moderne. En 1970, ce procédé fut confié à la brasserie De Smedt, l’actuelle brasserie Affligem.

    affligem.jpg

     

    Grimbergen

    C’est en 1125 qu’est trouvé le lieu désigné sous la forme de « Grentberghis » dont l’origine est « grientbergen » désignant en néerlandais des monts de gros sable graveleux. L’abbaye de Grimbergen est fondée en 1128 par Norbert de Xanten. A côté de leurs occupations contemplatives et religieuses, les moines norbertins brassent une bière foncée.  La recette de cette bière a été transmise de père en fils pendant des siècles. Le savoir-faire des pères prémontrés qui au XIIe siècle ont mis au point la recette Grimbergen, a traversé les âges, puisqu’elle est toujours utilisée aujourd’hui.

    grimbergen.jpg

    Val-Dieu

    La construction de l’abbaye du Val-Dieu remonte au XIIIe siècle. Le compte Lothaire de Dahlem, fondateur, entreprit cette œuvre pieuse en expiation du crime dont il s’était rendu coupable sur la personne de saint Albert de Louvain, évêque de Liège, lâchement assassiné à Reims en 1192. Depuis 1997, les bâtiments de la ferme de l’abbaye sont à nouveau bercés par le ronronnement de la brasserie. Comme les anciens locaux ont été détruits au début du XXe siècle et leurs pierres ayant cédé la place à un magnifique parterre de fleurs, la bière du Val-Dieu est aujourd’hui brassée dans ce qui servait jadis d’exploitation agricole.

    val dieu.jpg

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :