• LES PHOBIES

    LES PHOBIES

    LES PHOBIES

    Avoir peur du noir, de l’eau, des oiseaux… au-delà du raisonnable, c’est le propre de la phobie. Aujourd’hui, il est possible de se soigner.

    Une phobie aura intérêt à être soignée si la gêne qu’elle constitue est importante et fréquente.

    Difficile de savoir combien de personnes souffrent de phobies. On estime que 10 à 20 % de la population serait concerné. La phobie peut porter sur un objet (ou un animal) ou sur une situation.

    Pour ne pas devoir vivre cette angoisse, un phobique fait tout pour ne pas se retrouver dans la situation redoutée ; c’est l’évitement.

    Si votre phobie porte sur les voyages en avion et que votre conjoint rêve d’horizons lointains, la phobie sera source de tensions.

    Les phobies peuvent apparaître dès l’enfance. Elles sont en général acquises, au plus tard, au début de l’âge adulte.

    Est-il nécessaire pour le patient de savoir comment est née la phobie, pour se soigner ? Non, ce n’est pas utile pour la thérapie.

    L’approche la plus rapide, la plus efficace, est de type « thérapie cognitive et comportementale ».

    La thérapie n’a pas pour but de faire disparaître la phobie, mais d’apprendre au patient à tolérer et accepter son anxiété.

    La plupart des difficultés du patient sont dues au fait qu’il essaye désespérément d’éviter des situations difficilement évitables. Le principe de la thérapie est l’exposition, au lieu de fuir la situation, il va falloir apprendre à l’affronter.

    Tout se fait progressivement. On fait des exercices respiratoires, de détente musculaire …

    Les médicaments peuvent constituer un contexte.

    Il est rare de guérir définitivement. La thérapie donne des ressources pour apprivoiser la peur.

    En moyenne la thérapie peut durer de 8 à 12 séances. Mais ce n’est qu’un ordre de grandeur. En effet, il n’est pas rare qu’il y ait d’autres problèmes sous-jacents et que la thérapie soit donc plus longue.

    Pour beaucoup de patients, la phobie est un problème personnel, intime, et le suivi individuel semble plus rassurant. Pour d’autres, le groupe permet de progresser plus vite.

    Pour le moment, il existe des programmes pour la phobie de l’avion, la peur du vide, les phobies sociales …

    L’hypnose peut, dans le cadre d’une thérapie de type cognitivo-comportementale, constituer un outil supplémentaire pour le thérapeute. Elle permet au patient d’amplifier sa représentation de ce qui fait peur, de le rendre plus réaliste.

    C’est l’utilisation maximale de l’imagination : on augmente la concentration du patient autour de ce qui lui fait peur, pour lui permettre de l’affronter dans le confort du cabinet du thérapeute.

    Depuis 2006, Brussels Airlines, avec l’Université de Gand, propose une formation de deux jours pour les phobiques de l’avion.

    LES PHOBIES

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Vendredi 5 Octobre à 09:17
    philou

    ce genre de désagrément est pénible, alors si on peut y remédier, tant mieux

    bonne journée ensoleillée

    philou

    2
    Vendredi 5 Octobre à 18:19

    merci Philippe de ta visite

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :