• AUTOUR DU RIRE 

    rire.jpg

    Angoisse, dépression, d’un geste, éloignons-les

    En balayant d’un coup tout ce qui nous déplaît

    Pour ne penser qu’à rigoler, sel de la vie

    Encore et toujours plaisanter, c’est l’énergie.

     

    Rire, c’est la santé, aussi la joie de vivre

    Rire, c’est la gaîté qui chacun nous enivre

    Il chasse le stress, en très bonne thérapie

    C’est notre richesse, il nous grise par magie.

     

    Rire jaune forcé ou communicatif

    Il faut nous esclaffer, même si excessif

    Sans compter le bien être du rire social

    Qui pour tous au travail est bon pour le moral.

     

    Quelle joie nous procure un de ces longs fou-rire

    Quel bonheur transfigure un de ces chauds sourires

    Car l’humour est bénéfique à tout être humain

    Et l’humeur euphorique rend gai son prochain.

     

    Rire sans raison ne doit pas nous étonner

    Ou bien à foison ne pourrait nous accabler

    En écoutant ces bien drôles histoires brèves

    Aussi en lisant ces petits récits de rêve.

     

    Le rire est universel, nous donne plaisir

    Nous apportant l’arc-en-ciel, peut nous enrichir

    Rire aux larmes donnera détente choisie

    Mourir de rire serait l’extase infinie.

    rire1.jpg


    votre commentaire
  • LA TOUR EIFFEL (France) (1985)

    eiffel1

    La tour Eiffel, initialement nommée tour de 300 mètres, est une tour de fer puddlé construite par Gustave Eiffel et ses collaborateurs pour l’Exposition universelle de Paris de 1889. Situé à l’extrémité du parc du Champ-de-Mars, en bordure de la Seine, ce monument parisien, symbole de la capitale française, est le neuvième site le plus visité du pays en 2006 et le premier monument payant visité au monde avec 6,893 millions de visiteurs.

    D’une hauteur de 313,2 mètres à l’origine, prolongée par la suite de nombreuses antennes dont la dernière en date culmine à 324 mètres, la tour Eiffel est restée le monument le plus élevé du monde pendant plus de 40 ans. Utilisée dans le passé pour de nombreuses expériences scientifiques, elle sert aujourd’hui d’émetteur de programmes radiophoniques et télévisés. Sa construction n’a duré que 2 ans et 2 mois et il n’y a eu qu’un seul mort sur le chantier : un ouvrier italien, Angelo Scaglioti, tombé du 1er étage après la fin de la construction.

    tour eiffel

    Tous les éléments sont préparés à l’usine de Levallois-Perret à côté de Paris, siège de l’entreprise Eiffel. Chacune des 18 000 pièces de la Tour est dessinée et calculée avant d’être tracée au dixième de millimètre et assemblée par éléments de cinq mètres environ. Sur le site, entre 150 et 300 ouvriers, encadrés par une équipe de vétérans des grands viaducs métalliques, s’occupent du montage de ce gigantesque meccano.

    Toutes les pièces métalliques de la Tour sont fixées par des rivets, un mode de construction bien rôdé à l’époque de la construction de la Tour.

    eiffel3

    Les assemblages sont d’abord réalisés sur place par des boulons provisoires, remplacés au fur et à mesure par des rivets posés à chaud. En se refroidissant, ils se contractent, ce qui assure le serrage des pièces les unes avec les autres. Il faut une équipe de quatre hommes pour poser un rivet : un pour le chauffer, un pour le tenir en place, un pour former la tête, un dernier pour achever l’écrasement à coups de masse. Un tiers seulement des 2 500 000 rivets que comprend la Tour ont été directement posés sur le site.

    Gustave Eiffel 

    Ingénieur de formation, Eiffel a fondé puis développé son entreprise spécialisée dans les charpentes métalliques, dont la Tour Eiffel marque le couronnement, avant de dédier les trente dernières années de sa vie à des activités de recherches expérimentales.

    eiffel

    Né en 1832 à Dijon, il sort de l’École Centrale des Arts et Manufactures en 1855, l’année même de la première grande Exposition universelle tenue à Paris. Après quelques années passées dans le Sud-Ouest de la France, où il surveille notamment les travaux de l’important pont de chemin de fer de Bordeaux, il s’installe à son compte en 1864 comme « constructeur », c’est à dire comme entrepreneur spécialisé dans les charpentes métalliques. Son exceptionnelle carrière de constructeur est jalonnée en 1876 par le viaduc de Porto sur le Douro, puis celui du Garabit en 1884, ainsi que par la gare de Pest en Hongrie, la coupole de l’observatoire de Nice et l’astucieuse structure de la Statue de la Liberté, avant de culminer en 1889 avec la Tour Eiffel. Cette date marque la fin de sa carrière d’entrepreneur. 

    tour

     


    votre commentaire
  • C’EST MON QUARTIER ET JE L’AIME 

     

    mon quartier

     

    Mon quartier se distingue par des noms de fleurs

    Se détachant gaiement dans toute sa splendeur

    Une rue des Bleuets, Coquelicots ou Verte

    Ou bien la rue Champêtre, joli nom certes !

     

    Agrémenté de buildings, aussi de villas

    Le soleil l’illumine, bordé d’acacias.

    Situé au cœur de notre Région Wallonne

    Et non loin de la Meuse, où les bateaux sillonnent.

     

    Entouré d’un petit square orné d’arbrisseaux

    Son banc que l’on préfère, le chant des oiseaux

    Mon quartier apporte la clarté, l’amitié

    La sérénité, la paix, endroit désiré.

     

    Il fut un temps où une dernière fermette

    Des maraîchers d’autrefois était la vedette

    Mais l’argent eut raison de sa disparition

    Et nous avons dû en subir sa destruction.

     

    « L’Elysette » fait partie de notre quartier

    La Résidence du Gouvernement Wallon

    Son nom fut accueilli par la population

    Et cet endroit nous est devenu familier.

     

    Mon joli quartier m’a fait connaître l’amour

    Aussi pour moi, ce lieu existera toujours

    Que de souvenirs dans cet espace magique

    D’une vie remplie d’un long passé magnifique.

     

    « C’est mon quartier et je l’aime ! »

    mon quartier

     


    2 commentaires
  • SUR LA ROUTE DES ABBAYES

    La Belgique abrite de nombreuses abbayes et monastères qui méritent le détour.

    Commencez votre périple à 4 km de Chimay où se trouve l’abbaye Notre-Dame de Scourmont, fondée en 1850. Les moines qui l’habitent appartiennent à l’ordre des cisterciens de la stricte observance, appelés « trappistes ». Vous ne pourrez pas visiter la brasserie où est produite la Chimay, mais uniquement les bâtiments extérieurs, le parc, le cimetière des moines et l’église.

    abbaye scourmontAbbaye de Scourmont

    Une auberge située à deux pas de l’abbaye vous permettra d’en savourer les produits.

     

    château chimay château de Chimay

    SUR LA ROUTE DES ABBAYES

     

    En remontant vers la vallée de la Meuse, vous atteindrez Hastière, un charmant village en bord de fleuve où se dresse une église abbatiale romane datant du XIe siècle. A Dinant, à proximité de l’abbaye Notre-Dame de Leffe (fondée en 1152), vous découvrirez le petit musée de la Leffe; il retrace l’historique de l’abbaye et de l’ordre des prémontrés, mais explique aussi le processus de fabrication de la bière.

    SUR LA ROUTE DES ABBAYES

    Une dégustation clôture bien évidemment la visite.

    nd leffeabbaye N-D de Leffe

     

    Poursuivez ensuite vers Namur, pour aller à la rencontre des moines de Maredsous. Cette abbaye, sans doute la plus célèbre de Belgique, a été fondée en 1872 par des moines bénédictins venus d’Allemagne. Son style néogothique évoque cependant celui des grandes abbayes médiévales. Vous aurez l’occasion de déguster une bière accompagnée de fromage sur une grande terrasse, juste à côté de l’abbaye. Les environs offrent de très belles balades, notamment jusqu’au village de Maredret, dont l’abbaye bénédictine surplombe la vallée de la Molignée.

    abbaye maredsous

    abbaye de Maredous

    SUR LA ROUTE DES ABBAYES

     SUR LA ROUTE DES ABBAYES

     

    Entre Floreffe et Orval

    Reprenez ensuite la route de Namur pour rejoindre l’abbaye de Floreffe, fondée en 1121 par saint Norbert.

    La construction des différentes parties de l’abbaye (dont la magnifique cour d’honneur) s’est étalée du XIIe au XVIIIe siècle. Le moulin-brasserie, datant de 1250, vous accueillera pour déguster différents produits parmi lesquels la bière de Floreffe.

    abbaye_de_floreffe

    abbaye de Floreffe

     SUR LA ROUTE DES ABBAYES

    Villers-la-Ville (Brabant wallon), quelques membres de la communauté cistercienne de Clairvaux ont fondé une abbaye en 1146.

    Ses ruines font l’objet de visites guidées, comme celles de l’abbaye d’Aulne (Hainaut), très bien conservées. Des panneaux évoquent l’histoire et l’architecture du site, un audio-guide vous conte la vie quotidienne des moines. Là aussi, une brasserie artisanale est propice à la dégustation.

    villers la ville

    abbaye de Villers-la-Ville

     SUR LA ROUTE DES ABBAYES

     

    Nichée dans un site superbe, l’abbaye d’Orval où est brassée la célèbre bière trappiste, mérite évidemment le détour en province de Luxembourg.

    Tout comme celle de Stavelot (province de Liège) qui abrite trois musées.

    abbayeorval-238abbaye d’Orval

    SUR LA ROUTE DES ABBAYES

    SUR LA ROUTE DES ABBAYES


     

    Rochefort et Val-Dieu

    L’abbaye Notre-Dame de Saint-Rémy à Rochefort produit plusieurs bières trappistes. Toujours occupée par des moines, elle n’est cependant pas accessible au public.

    L’église, elle, est ouverte au visiteur en dehors des heures de culte.

    abbaye st remi rochefortSt Rémy à Rochefort

     SUR LA ROUTE DES ABBAYES

     

    L’abbaye du Val-Dieu à Aubel peut se visiter avec un guide, le samedi en juillet et août.

    Toute l’année, dans les anciennes étables de la ferme de l’abbaye, vous pourrez déguster des assiettes de fromage ou de charcuterie, accompagnées d’une bière au fût ou d’un cidre d’Aubel.

    val dieu

    Val-Dieu à Aubel

    SUR LA ROUTE DES ABBAYES

    Seules l’Orval, la Rochefort et la Chimay sont encore fabriquées par des moines trappistes. 

     


    votre commentaire
  • 10.000 VISITES 

    10.000 VISITES

     

    10.000 visites, cela se fête

    Revenez vite, rien ne s’arrête

    Pour vos lectures, vos avis

    De tout cœur je vous dis « merci ».

    Vos commentaires pour enrichir

    Ils servent aussi à embellir

    Les votes en plus me donnent envie

    De poursuivre ma poésie

    Et vivre avec vous mes voyages

    Vous exposer mes paysages

    En écrivant, c’est un plaisir

    De proposer et vous offrir

    Une palette de couleurs

    Parfois agrémentée de fleurs.

    « MERCI » à tous mes visiteurs

    J’espère vous donner du bonheur.

    Vers mon blog, venez-y à l’aise

    Au pays de la langue française !

     

    merci.jpg

    10.000 VISITES

    http://josiane80.eklablog.com

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires