• LE MIMOSA

    Souvent livré en boutons voire même en fleurs dès le mois de décembre, le mimosa illumine de ses pompons jaunes d’or les débuts d’année un peu tristes au jardin. Si son feuillage persistant et sa longue floraison parfumée vous attirent, attention ! Semi-rustique, on ne le cultive en pleine terre que dans le Midi et sur le littoral atlantique. Mais pourquoi ne pas le garder en pot sur le balcon ou la terrasse ?

    Le Mimosa (Acacia dealbata) appartient à la famille des légumineuses. Cet arbre décoratif classé chez nous parmi les méditerranéennes est originaire d’Australie.

    le mimosa1.jpg

    On compte plus de 1200 espèces de mimosas dans le monde. Le mimosa a été introduit sur la Côte d’Azur vers 1850.
    La croissance des mimosas est rapide (30 à 60cm/an). Leurs feuilles persistantes vert clair parfois bleutées finement découpées et leur abondante floraison hivernale en boule d’or parfumées expliquent le grand succès des mimosas au jardin.

    mimosa3.jpg

    C’est surtout en parfumerie que le mimosa est réputé. Il forme rarement le corps d’un parfum, mais lui apporte un côté fleuri et poudré très recherché. L’extraction des extrémités des branches en fleurs donne l’absolue de mimosa qui a toutes les apparences du miel. Afin de permettre à Grasse de traiter d’importantes quantités de fleurs, le mimosa a été planté tout autour de la ville, formant d’imposantes forêts, mais aussi dans de nombreuses communes du Var et des Alpes-Maritimes. On peut citer à ce sujet le changement de nom d’une ville appelée autrefois “Bormes”, qui devint en 1968 “Bormes-les-Mimosas”, car la présence de cet arbre à la floraison d’un jaune si caractéristique fait partie intégrante du paysage.

    Découvrir le mimosa, c’est découvrir une autre nature, c’est se plonger dans le bain d’une vie délicieusement rétro et complètement actuel, apaisant. Car le mimosa, en ployant ses branches souples, chuchote « cachons-nous pour nous aimer ». N’est-ce pas le plus beau des langages des fleurs ?  

    LE MIMOSA

     


    votre commentaire
  • FLORENCE - Italie (1991)

    Joyau de la Renaissance

    Sur les rives de l’Arno, Florence, capitale de la Toscane ensoleillée, aligne les splendeurs artistiques léguées voilà cinq siècles par les maîtres de la Renaissance. Ville d’histoire et d’art, mais aussi ville à vivre, pleine d’une vitalité toute italienne.

    FLORENCE - Italie (1991)

    La puissante cité des Médicis ne se laisse pas apprivoiser au premier coup d’œil. Les trésors artistiques de la Renaissance se cachent derrière la façade austère de ses palais fortifiés ou de ses églises, où joue l’éclatante lumière d’Italie.

    michel ange, ponte vecchio, arno 

    Le fleuve impose ses humeurs à la belle florentine

    L’Arno, qui prend sa source dans l’Apennin, est à peine assagi lorsqu’il traverse Florence. Ici assoupi, il peut, en cas de fortes pluies, grossir démesurément.

    FLORENCE - Italie (1991)

     

    Des figurants en tenue d’époque pour le Calcio

    Depuis quatre siècles, la cité se mobilise à la fin du mois de juin pour le Calcio storico. Epreuve populaire, ce jeu, qui s’inspire de la lutte romaine, du football et du rugby, oppose des champions des différents quartiers de Florence sur la piazza Santa Croce. Des figurants en costume et en armure du XVIe siècle les accompagnent.

     

    michel ange, ponte vecchio, arno

    Calcio storico

     

    La cité des arts se rafraîchit dans ses jardins

    Sur la colline de Boboli, le jardin dessiné en 1549, est le plus vaste de toute la ville. Dans ses allées et ses bosquets, les visiteurs trouvent un refuge contre le climat souvent torride en été.

    michel ange, ponte vecchio, arno

    les jardins de Boboli

    FLORENCE - Italie (1991)

     

    La chapelle des Princes résonne de la gloire des Médicis

    Voulue dès 1568 par le grand-duc Cosme 1er afin d’accueillir les dépouilles de la dynastie des Médicis, la chapelle des Princes n’a été construite qu’à partir de 1608 dans l’église San Lorenzo.

    michel ange, ponte vecchio, arno, boboli

    FLORENCE - Italie (1991)

    le blason des Médicis

     

    Coups de rame sur l’Arno vers l’arche des orfèvres

    L’histoire du Ponte Vecchio, bâti une première fois en 1170, se confond avec celle de Florence. Il abritait au Moyen Age des échoppes de bouchers ; le duc Ferdinant 1er, gêné par les odeurs, les remplaça, au XVIe siècle par des orfèvres qui y sont encore.

    michel ange, ponte vecchio, arno, boboli

    Ponte Vecchio

     

    David et Hercule montent la garde aux portes du palais

    De part et d’autre du Palazzo Vecchio, le « David » de Michel-Ange et l »Hercule et Cacus » de Bandinelli semblent postés en sentinelles de pierre. Riches de symboles politiques, ils perpétuent l’un le courage de Florence face à ses ennemis, le second, commandé par le duc Alexandre, la reprise en main du pouvoir par les Médicis.

    FLORENCE - Italie (1991)

    Laurent fut le plus brillant des Médicis : on l’appelait le Magnifique. Mécène avisé, poète à ses heures, ce prince était un stratège politique. C’est avec lui que s’efface vraiment le Moyen Age.

    A côté des palais attestant sa puissance, Florence possède aussi une ceinture d’églises et de couvents où se lit encore sur fresques et statues l’esprit mystique d’une époque.

    michel ange, ponte vecchio, arno, boboli, médicis

    David de Michel Ange

    FLORENCE - Italie (1991)

     

    Le dôme

    Les deux escaliers de 463 marches qui serpentent entre les deux calottes conduisent à la base d’un lanternon qui se trouve à la hauteur équivalente d’un immeuble de quarante étages. Achevé en 1436 après seize ans et deux semaines de travail acharné, nécessitant près de quatre millions de briques et pesant environ 37.000 tonnes, le dôme est devenu non seulement l’emblème de Florence mais le symbole même de la Renaissance. 

    FLORENCE - Italie (1991)

    Le luxe aux vitrines, l’élégance dans les salons

    Via de Tornabuoni, se pressent toutes les grandes griffes de la mode et de la joaillerie italiennes, tandis que dans les salons du palais Feroni, où le chausseur Calvatore Ferragamo a élu domicile, on présente la dernière collection.

    FLORENCE - Italie (1991)

     

    L’enchantement du Chianti

    A quelques kilomètres de la cité, la campagne toscane offre sa riche beauté dans les collines du Chianti. Cette région agricole a donné son nom à des vignobles fameux.

    Pour améliorer la qualité de leur vin, les producteurs ont choisi de baisser les rendements et de sélectionner les cépages.

    michel ange, ponte vecchio, arno, boboli, médicis

    FLORENCE - Italie (1991)

     

    le baptistère

    FLORENCE - Italie (1991)

     


    votre commentaire
  • FAITES VOS VALISES

    Oublions le Coronavirus et rêvons un peu !!!

    Quelles sont les tendances, les nouveautés et les destinations favorites des Belges ?

    vacances

    Le Belge est un grand voyageur : il aime tout autant les escapades de proximité que les périples lointains. Il ne recule pas devant les longs voyages en voiture, il aime les city-trips en avion qu’il multiplie, plutôt que de tout miser sur un seul départ annuel de longue durée.

    La France, l'Espagne, l'Italie, la Grèce sont leurs destinations préférées.

    Les destinations lointaines comme les Etats-Unis et le Canada (le Québec étant francophone à 80 %) cartonnent littéralement, tandis que les pays du Maghreb sont un peu boudés au profit de l’Europe méditerranéenne et de la Turquie.

    canada.jpg

    A la mer

    Notre petite Belgique offre déjà une belle palette d’attraits touristiques. La Côte belge rajeunit son image, avec des nouveautés et des festivals de musique, des clubs de plage, des formules de logements pour jeunes.

    crevettes.jpg

    La pêche aux crevettes à Oostduinkerke

     

    En Wallonie

    Avec leur patrimoine naturel, leurs balades et leur gastronomie, nos Ardennes valent le séjour également. Hôtels, gîtes et chambres d’hôtes proposent des formules originales (séjours à thème, séjours « Panda » où l’environnement est préservé).

    De nouveaux produits ont été développés par les équipes de la Fédération touristique du Luxembourg belge, pour les familles.

    IMG_0048.jpg

     L'Ourthe à Rendeux

     

    Les côtes françaises

    Les côtes de la région Nord-Pas-de-Calais accueillent de nombreux touristes belges, autour des caps Gris-Nez et Blanc-Nez et la côte d’Opale.

    gris nez.jpg

     

    Mais le belge aime aussi le sud de la France, avec tout ce que le touriste peut attendre.

    Vers l’Est

    Pologne, Hongrie, Roumanie, Croatie, Monténégro ont le vent en poupe et le méritent. Ces ex-pays de l’Est sont plus fascinants que jamais et se découvrent facilement grâce aux low costs et aux formules des tour-opérateurs spécialisés.

    pologne.jpg

     

    L’Amérique

    Le Canada, mais aussi les USA avec New York, Miami, New Orleans, San Francisco, Atlanta font toujours rêver. Les grands Etats comme la Floride et la Californie attirent de nombreux Belges et les grands tour-opérateurs proposent ces destinations.

    usa.JPG

     

    Maroc, Egypte et Tunisie

    Le Maroc tire bien son épingle du jeu avec un offre sans cesse croissante. L’Egypte et la Tunisie sont boudées par les touristes. Ces deux pays font tout pour les accueillir à nouveau.

    egypte.jpg


    2 commentaires
  • L’ECOSSE (2003)

    L’Ecosse est connue pour le whisky, le golf, ses clans, ses innombrables et splendides châteaux, ses lieux historiques. Les Highlands font partie des régions sauvages les plus intactes en Europe.

    L'ECOSSE (2003)

    Glasgow, la plus grande ville d’Ecosse, est un endroit en pleine renaissance et renouvellement. C’est une ville pleine de caractère, avec des cafés et une vie nocturne animée, et les meilleurs magasins du Royaume-Uni, en dehors de Londres.

    Riche par son architecture, ses musées et galeries, Glasgow est célèbre non seulement pour son énergie et style mais aussi pour son accueil chaleureux légendaire.

    L'ECOSSE (2003)

    Pour ses débuts historiques, la ville de Glasgow se développe autour d’une église du VIème siècle construite par Saint Mungo. Ce dernier fut celui qui convertit les Écossais au christianisme. L’année 1175 sera marquée par la fondation l’archevêché de Glasgow.

    Glasgow datant pour l’essentiel du XVIIIe siècle: la Cathédrale Saint-Mungo (elle fut achevée au milieu du XVe siècle) et la maison Provand’s Lordship (1471) sont des bâtiments plus anciens, mais sont des exceptions. La Cathédrale Saint-Mungo est la ‘Glasgow Cathedral’.

     cathédrale Glasgowcathédrale de Glasgow 

     

    La Maison Provand’s Lordship

    Provand’s Lordship est la seule maison de Glasgow à avoir traversé les siècles intacte depuis l’époque médiévale de la ville. Edifiée au XVe siècle, Provand’s Lordship était une dépendance de l’hôpital Saint Nicolas avant de devenir la résidence des prêtres de la cathédrale de Glasgow.

    L'ECOSSE (2003)

    L’édifice fut en suite légué à la ville de Glasgow en 1978 ainsi qu’une collection de meubles écossais du XVIIe siècle.

    le whisky écossais

    L'ECOSSE (2003)

    Le Blended whisky représente 95 % de la production, mais c’est le Single Malt, produit de la distillation de l’orge maltée dans une seule distillerie, qui en représente le sommet de la dégustation.

    whisky

    Jusqu’à la fin du XVIII siècle, le whisky était une boisson de petites gens, les aristocrates lui préférant le vin, et plus précisément le Bordeaux claret (vin rosé), ou le porto.. Le whisky servait de salaire versé par les propriétaires terriens en paiement des travaux agricoles (6 bouteilles de whisky à fort degré par homme et par semaine!). Le whisky était devenu la boisson traditionnelle des highlands, tandis que dans les Lowlands, la bière (ale) était préférée.

    whisky1

    Le kilt est un habit traditionnel des hommes des Hautes Terres (Highlands) d’Écosse, porté comme d’autres porteraient un pantalon. Le kilt est généralement fait de pure laine aux motifs colorés d’un « tartan ». L’origine de ce mot est sujet à controverse. On suppose qu’il est dérivé du français « tiretaine ». Ce terme désignant toutefois une étoffe en lainage et non pas un motif. Le terme gaélique pour tartan, breacan (« tacheté »), est beaucoup plus parlant. Le nom « kilt » est sans doute d’origine nordique. Les kilts se dénomment parfois philabegs filleadh beg.

    lkiltle kilt écossais

       

    Sir Walter Scott

    (1771-1832) poète romantique.

    L'ECOSSE (2003)

    Sa passion pour les traditions écossaises le conduisit à publier des recueils de poésies et de ballades des Borders (au sud de l’Écosse). Il en tira des poèmes narratifs qui connurent un succès retentissant (1805-1815). Il aborda ensuite le roman historique avec Waverley (1814) qui lui valut une renommée internationale.

    sir walter scott

     sur la Place statue de sir Walter Scott 

     

    Hôtel Central

    Il s’agit de l’un des hôtels originaux de la ville, à la richesse historique exceptionnelle. Ce bâtiment de l’époque victorienne est idéalement situé en plein cœur du centre-ville et à proximité de la gare centrale de Glasgow.

    L'ECOSSE (2003)

    hotel central glasgowHôtel Central à Glasgow

    Edimbourg 

    La capitale de l’Ecosse est caractéristique non seulement par son style architectural neo-classique, mais aussi pour sa vie artistique animée tous les ans par les plus grands festivals d’art au monde.

    L'ECOSSE (2003)

    Le Château d’Edimbourg perché sur son roc volcanique surplombe une ville où les allées moyenâgeuses et les élégantes terrasses majestueuses détiennent plus de 10 siècles d’histoire, de mystère et de traditions.

    chateau-edimbourg2château d’Edimbourg

    Symbole de la ville qu’il domine du haut de son piton rocheux, le château d’Edimbourg occupe également une position hautement symbolique pour toute l’Ecosse. Les premières traces d’occupation humaine sur Castle Rock remontent à la préhistoire. Depuis, cet éperon de pierre, vestige d’un ancien volcan aujourd’hui éteint, a vu défiler certains des événements les plus marquants de l’histoire écossaise. Il est à coup sûr aujourd’hui le site historique le plus visité d’Ecosse. Mais il n’attire pas que des touristes. Les écossais lui accordent toujours une place très particulière car c’est en son sein que sont conservés les joyaux de la couronne écossaise, autres symboles de la nation.

    architecture d'Edimbourgarchitecture d’Edimbourg

     

    Les joyaux de la Couronne

    La salle de la couronne, au premier étage du palais abrite les joyaux de la couronne écossaise. On peut admirer la couronne, le sceptre et l’épée tels que l’écrivain Sir Walter Scott les redécouvrit en 1818. Ils furent en effet cachés en 1707 pour les protéger de Cromwell qui voulait s’en emparer. C’est dire si ces objets revêtent une importance capitale pour la couronne écossaise. A côté de ces trois objets se trouve la « Pierre de la Destinée ».

    L'ECOSSE (2003)

    pierre de la destinée

    Selon la légende, les rois d’Ecosse furent tous couronnés sur ce bloc de grès jusqu’à la fin du 13ème siècle.

    abbey strand

    abbey strand

    La chapelle Ste Marguerite de style normand, le plus vieil édifice d’Edimbourg fut construit en 1076. 

    L'ECOSSE (2003) chapelle Ste Marguerite

    Palais de Holyroodhouse 

    C’est la résidence officielle de Sa Majesté la reine en Ecosse. Cet élégant palais est étroitement associé à l’histoire de l’Ecosse, riche en événements et est peut être mieux connu comme étant l’ancienne résidence de la reine d’Ecosse Marie Stuart.

    L'ECOSSE (2003)

    Les appartements royaux sont magnifiquement décorés avec de superbes œuvres d’art de la Collection royale et sont utilisés par la reine pour les cérémonies d’Etat et les réceptions officielles.

    royal scott dragoon guards museum

    royal scott dragoon guards museum

    palais holyroodhouse

    palais Holyroodhouse

    Château de Stirling

    Dominée au nord par de hautes collines qui bordent la ligne d’horizon, la ville de Stirling est depuis des siècles la porte du Nord.

    L'ECOSSE (2003)

    Jadis son château fort qui surplombe la bordure des Lowlands du sommet d’un immense rocher, était la résidence principale des monarques écossais de la dynastie des monarques écossais de la dynastie des Stuarts et montait la garde sur les routes du Nord.

    Marie Stuart fut couronnée au château à l’âge de 9 mois.

    château de stirling

    château de Stirling

     

    ecosse

    L'ECOSSE (2003)

     


    votre commentaire
  • 20.000 VISITES 

     

    20.000 VISITES

    20.000 VISITES

     

    20.000 visites, cela se fête

    Revenez vite, rien ne s’arrête

    Pour vos lectures, vos avis

    De tout cœur je vous dis « merci ».

    Vos commentaires pour enrichir

    Ils servent aussi à embellir

    Les votes en plus me donnent envie

    De poursuivre la poésie

    Et vivre avec vous mes voyages

    Vous exposer mes paysages

    Mais en musique, c’est un plaisir

    De proposer et vous offrir

    Une palette de couleurs

    Parfois agrémentée de fleurs.

    « MERCI » à tous mes visiteurs

    J’espère vous donner du bonheur.

    Vers mon blog, venez-y à l’aise

    Au pays de la langue française !

     

    merci.jpg

     

    Josiane : http://josiane80.eklablog.com


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires