• LE BENELUX - NOS ARDENNES BELGES (deuxième partie) (mes visites chaque année)

    Vielsalm

    Vielsalm est une commune de la Haute Ardenne, née de la fusion des anciennes communes de Vielsalm, Grand-Halleux, Petit-Thier et Bihain ; quelques parties de Lierneux, Beho et Arbrefontaine y sont jointes. Vielsalm se situe à la pointe Nord-Est de la province du Luxembourg, formant une poche dans la province de Liège.
    Le plateau ardennais est représenté par les environs de la Baraque de Fraiture ou le Grand-Bois. La vallée principale est la vallée du Glain plus communément appelée vallée de la Salm, du nom d’un affluent du Glain. Elle est souvent étroite et profonde, mais peut s’ouvrir largement comme à Grand-Halleux. 
    La géologie de la région de Salm est une des plus remarquables que l’on puisse trouver. A chaque pas, ou presque, on peut rencontrer des roches rares, voire uniques au monde. On y reconnaît la malachite, l’ottrélite, l’ardennite, la vantasselite, on y trouve des cristaux de quartz, de turquoise…, on y a même trouvé de l’or !
    La Salm prend sa source aux environs de Petit-Thier et rejoint le Glain à Vielsalm. Son nom, au contraire du Glain, n’a pas d’origine bien définie. En fait, selon les interprétations, le nom de Salm pourrait tout aussi bien signifier eau trouble en celte, défilé en finnois, saumon en allemand. Les Comtes de Salm en auraient pris le nom et choisi leurs armoiries en fonction de leur interprétation de ce nom.

    la salm.jpg

     
    Qui ne connaît l’ardoise salmienne ? ou l’arkose aux couleurs multiples ? ou encore le célèbre coticule, unique au monde, dont on fait les fameuses « pierres à rasoir » ?

    ardoise salmienne.jpg

    Le  » Ninglinspo « , un nom bizarre, qui porte à sourire. Mais, il s’agit en fait d’une merveilleuse vallée, trop peu connue. Une vallée « romantique », dans sa réelle définition « qui exulte le goût du mystère et du fantastique ». Une vallée où coule une petite rivière, mais où une main géante à jeté ici et là des roches démesurées. Des paysages à la fois doux et appelants au rêve, mais également torturés et grandioses. C’est tout près de chez nous, alors que souvent nous allons le rechercher très loin !

    ninglinspo.jpg

    Le parcours du Ninglinspo est agrémenté par quelques marmites, encore appelées cuves ou bains. Des noms poétiques leurs ont été attribués : Bain de Diane, Bain de la Loutre, Bain d’Hermès, Bain des Naïades, Bouillon de la Chaudière, Bain du Cerf ou encore Bain de Vénus. Sauvage, mystique, surprenant, éblouissant …

    bain de diane.jpg

    le bain de diane dans la vallée du Ninglinspo

     

    Trois-Ponts
    Trois-Ponts est une entité touristique des Ardennes belges constituée des anciennes communes de Fosse-Sur-Salm, Basse-Bodeux et Wanne, située au confluent des vallées de l’Amblève, de la Salm et du Baleur; ses attraits sont le secteur Horeca et la centrale hydro-électrique de Coo.
     

    Coo
    Situé dans un cadre naturel magnifique où l’on découvre la fameuse cascade de Coo logée dans la vallée de l’Amblève que l’on survole avec le télésiège, Telecoo constitue une destination privilégiée pour les familles. 
     

    coo.jpg

    Un grand parc à gibier se visite en petit train et les amateurs de sensations essaieront la piste de bob-luge impressionnante (luge d’été), le karting, la rivière sauvage, le roller coaster…

    Grand Halleux
    Anciennement partie du comté de Salm, la commune fut créée par le régime français dans le département de l’Ourthe et transférée dans la province de Luxembourg après 1839. Grand-halleux fait partie de la commune de Vielsalm. Le village, comme celui de Salmchâteau doit son nom à un petit cours d’eau, la Salm (la région se nomme d’ailleurs le Val de la Salm ou Pays de Salm).

    Rendeux
    Le village occupe un site privilégié propice au tourisme vert.
    Le château de Rendeux est situé dans une merveilleuse vallée verdoyante proche des centres touristiques de Durbuy et de La Roche en Ardennes.

    IMG_0022.jpg

    Esneux
    Le sol de la commune est en grande partie karstique. Plusieurs chantoirs peuvent être observés. La Spéléologie et l’escalade sont pratiquées à la grotte Sainte-Anne.
    Les anciennes carrières de pierre de taille, dorénavant inondées, accueillent par ailleurs des clubs de plongée.
     

    esneux.jpg

     

    Barvaux
    Situé le long de L’Ourthe dans la commune de Durbuy, Barvaux est surtout connu pour le Labyrinthe géant créé dans un champ de maïs géant de plus de 8 hectares.
     
     
    St Hubert, capitale européenne de la chasse et de la nature.
    Le beau pays de Saint-Hubert est le paradis du tourisme vert. En son centre se dresse la ville de Saint-Hubert, riche de son patrimoine et de sa légende.

    La Basilique
    La façade est de style plutôt classique, conçue comme un décor de pierre qui masque les anciennes tours (XIIIe, XVIe, XVIIe, de près de 50 m de haut) et leurs tourelles d’escaliers. La façade présente de bas en haut, le porche avec sa clé en forme de bélier (symbole du Christ), les armoiries de l’abbé bâtisseur, Clément Lefèbvre (1700), une grande verrière, l’horloge et un relief surmonté d’une statue (Saint-Hubert – 1986). L’abside pentagonale et les chapelles rayonnantes sont en style gothique tardif du XVIe siècle.
     
     

    st hubert.jpg

    En février 1990, la Fédération des Associations de Chasseurs de la C.E.E. (FACE) reconnaissait officiellement la ville de Saint-Hubert en tant que « Capitale Européenne de la Chasse ».
    Voilà plus de trois cents ans que la trompe de chasse, après bien des avatars, résonne, tonne, gronde, hurle, chante, pleure dans la profondeur de nos forêts ou dans la pénombre de nos cathédrales…
    Voilà plus de 180 années que la trompe a atteint sa forme actuelle – un simple tube de cuivre, constamment conique de 4,54 mètres de longueur, enroulé à trois tours et demi, en laiton fin et fragile, pesant 800 grammes environ, où aucun artifice, circonvolutions ou pistons, ne vient altérer le souffle de Sonneur, son timbre et sa tessiture actuels, imitant par-là le galop des chevaux et le cri des chiens.

     
    trompes chasse st hubert.jpg

    Libramont
    Point central de la province de Luxembourg, la commune de Libramont-Chevigny doit son implantation à la construction de la ligne de chemin de fer Bruxelles -Arlon en 1858.
    Unique en Belgique par ses collections, le Musée des Celtes a ouvert ses portes à Libramont en juin 1998. Il rassemble le produit de plus de trente années de fouilles menées sur des sites celtiques en Ardenne. La région figure, d’un point de vue découvertes, parmi les plus riches de Belgique.

    La Foire de Libramont, en Belgique, est un rendez-vous incontournable de tous les acteurs du monde rural. Cette manifestation atypique est la plus grande foire agricole en plein air d’Europe et constitue une vitrine exceptionnelle des produits et du monde agricole dans toute sa diversité. 
    La Foire de Libramont a été créée en 1926 pour promouvoir le cheval de trait ardennais. Les sports hippiques et la traction chevaline y sont d’ailleurs toujours au programme.

    foire libramont.jpg

    foire de Libramont

     

    Arlon
    Plus vieille ville de Belgique, Arlon se trouve au coeur d’une des plus belles régions de notre pays.
    Ses innombrables et fabuleux trésors archéologiques, son riche passé historique mais surtout gallo-romain, mais également sa richesse culturelle, gastronomique et folklorique ainsi que ses attraits touristiques.

     

    palais de justice arlon.JPG

    Palais de Justice d’Arlon

    Redu est une ancienne commune de la Région wallonne, regroupée avec AnloyLibinOchamps,Smuid et Villance dans la commune de Libin.

    C’est un village du livre.

    Le week-end de Pâques 1984, pour la première fois, les livres ont envahi les rues de ce petit village d’à peine 400 habitants. Ce fut un succès étonnant : 15.000 visiteurs s’étaient déplacés pour participer au premier grand marché du livre rare ou d’occasion jamais tenu en Ardenne belge. Le Village du Livre de Redu était né.

    Aujourd’hui, en parcourant les rues de Redu, on peut trouver 22 bouquineries. Ce ne sont pas moins de deux kilomètres de rayonnages qui s’offrent aux lecteurs dans les différentes librairies du village.

    LE BENELUX - NOS ARDENNES BELGES  (2e partie)


    La Semois est une rivière qui prend sa source à Arlon en Belgique, se dirige vers la Gaume puis l’Ardenne. La partie wallonne de la vallée de la Semois fut réputée au XXe siècle pour son tabac (à rouler ou à pipe).

     

    semois.jpgla Semois

     

    La Lesse
    Au fil de sa rivière, la Haute-Lesse propose des paysages calmes et équilibrés. Villages, campagnes et bois ont gardé l’attrait rustique et des aspects authentiques de la vieille Ardenne.

    la lesse.jpgla Lesse

    L’Ourthe se jette dans la Meuse à Liège.
    Parcours spectaculaire et très touristique ; nature authentique diversifiée. La Roche-en-Ardenne, capitale de la vallée qu’elle contrôlait jadis avec sa forteresse en nid d’aigle.

    IMG_0048.jpgl’Ourthe à Rendeux

    L’Amblève est une rivière ardennaise située dans la province de Liège. Elle prend sa source à Honsfeld dans la commune de Bullange, à une altitude d’environ 600 mètres et se jette dans l’Ourthe à proximité de Comblain-au-Pont.
    L’Amblève est dangereuse envers celui qui la sous-estime. Les trous et remous qui jalonnent son parcours, le fonds extrêmement glissant, la rendent piégeuse.
    Les truites y sont nombreuses, souvent de belle taille et certains trous des Fonds de Quarreux recèlent de véritables trophées. 
    Les principaux affluents de l’Amblève sont : 
    La Warche, en rive droite, passant notamment à Malmédy. 
    L’Eau Rouge, en rive droite, qui accueille le circuit automobile de Spa-Francorchamps dans sa vallée. 
    La Salm, en rive gauche, arrosant Vielsalm.
    Le Roannay 
    La Lienne, en rive gauche, issue de la région de Lierneux. 
    Le Ninglinspo, en rive droite, et son parcours touristique. 
    Le Rubicon, en rive droite.

     

    amblève.jpgl’Amblève

     

    La Chasse
    Dans les immenses massifs de l’Ardenne authentique, sont essentiellement chassés le cerf, le chevreuil et le sanglier.
    La chasse vise à compenser les conditions de limitation naturelle des populations de ces grands animaux (prédateurs, mortalités dues aux hivers très rigoureux…) disparues depuis longtemps dans nos régions.

     

    salaisons.jpg

    Fabrication artisanale de Jambon d’Ardennes, de Noix d’Ardennes et de Cobourg d’Ardennes (appellation d’origine contrôlée) ainsi que de nombreuses spécialités.

    les bois.jpg

     


    votre commentaire
  • LE BENELUX - NOS ARDENNES BELGES (en deux parties) (mes visites chaque année) - 1ère partie

     

    Aujourd’hui, on applique les mots Ardenne et Ardennais dans les dénominations de plusieurs régions naturelles ou administratives qu’il est parfois difficile de ne pas confondre d’autant que les nombreuses tentatives d’appropriations de ce nom connu entretiennent une certaine confusion.

    automne3.jpg

    Les Ardennes, situées au sud-est du pays, offrent un espace naturel quasi intact, riche en faune et en flore, couvert de forêts de feuillus et de résineux, vallons et rivières cascadantes. Le visiteur peut flâner dans les nombreux villages pittoresques nichés dans les vallées où les traditions, le folklore et l’artisanat régional demeurent.
    Dans cette nature luxuriante, se dressent châteaux, châteaux forts et citadelles, témoins muets du passé ardennais. A l’occasion d’événements spéciaux et de spectacles, des chevaliers et écuyers leur insufflent une nouvelle vie.
    Résumons en définissant que les Ardennes (on emploie aussi le singulier : l’Ardenne) sont les régions du sud-est de la Belgique, là où le relief est le plus élevé, avec des altitudes de 300 à presque 700 mètres.

    LE BENELUX - NOS ARDENNES BELGES (1ère partie)


    Les Ardennes se situent en Wallonie, dans les provinces de Liège, de Luxembourg et de Namur (avec un peu du Hainaut) ; elles constituent un immense réservoir d’espaces verts (pâturages et forêts), et leurs ressources économiques sont l’agriculture, l’exploitation forestière et bien entendu le tourisme.

    ardennes.jpg

    Les Ardennes Belges sont synonymes de nature, détente, sports de plein air, forêts verdoyantes, rivières sauvages, rochers majestueux.
    C’est que, dans l’esprit commun, les Ardennes ne se limitent pas au massif ardennais proprement dit, mais aussi aux régions naturelles qui le bordent : la Famenne, la Fagne, les Hautes Fagnes et la Lorraine belge (Gaume).
    Rochefort vous pourrez déambuler le long d’un chemin balisé qui vous fera découvrir les alentours de la petite ville ou goûter les salaisons d’Ardenne et autres spécialités des Trappistes.

    rochefort bière.JPG

    Cette petite ville touristique arrosée par la Lomme est située aux confins de la Famenne et de l’Ardenne.
    Si la ville est célèbre pour son Festival du Rire de Rochefort qui a déjà révélé de nombreux humoristes talentueux de toute la francophonie depuis 1980, elle est aussi connue pour son château et sa grotte « la Lorette » composée d’un impressionnant dédale de galeries et de salles dont la plus spectaculaire est celle du Sabbat, d’une hauteur de 85 mètres.
    Le château des Comtes, datant du XIe siècle, cette forteresse a servi d’asile à d’illustres familles comme les Montaigu ou les la Marck.

    chateau des comtes.jpgchâteau des Comtes à Rochefort

    Han-sur-Lesse : visitez les grottes ou laissez-vous conduire au travers d’une nature enchanteresse. Grotte célèbre dans le monde entier qui porte fièrement ses 3 étoiles au Guide Michelin.
    3 km de galeries et des salles toutes belles : le « Minaret », le « Trophée », stalagmite géante de 7 m de haut et 20 m de circonférence, les « Mystérieuses » et leur débauche de concrétions multicolores, le « Dôme » et ses 145 m de haut. A mi-parcours, une animation « Son et Lumière » met en valeur toutes les beautés de la Salle d’Armes. En bateau… la sortie romantique en barque sur la Lesse souterraine ne manquera pas de vous impressionner.

    grottes de han.jpg

     
    Dinant, la porte des Ardennes.
    La vallée de la Meuse, son cadre unique, ses nombreux monuments, la tour et les grottes de Mont-Fat et sa grotte « la Merveilleuse » en font un haut lieu touristique de la région mosane.

    dinant citadelle.jpg

    De nombreuses croisières fluviales sont organisées au départ de la cité des Copères.
    Le rocher Bayard
    La tradition prétend que dans leur chevauchée à travers les Ardennes, les quatre fils AYMON : RENAUD, RICHARD, ALARD, et GUICHARD, se trouvent poursuivis et étant empêchés par la crue des eaux de contourner l’aiguille de la Meuse, furent contraints de l’escalader à cheval.

    rocher.jpg

    La collégiale
    La collégiale Notre-Dame est le type le plus remarquable du style gothique primaire en Belgique. La première origine de l’église remonte à l’évêque Richer en 934. Endommagée par un éboulement en 1228, détruite par Charles le Téméraire en 1466, lors du fameux sac de la ville, elle fut reconstruite deux cents ans plus tard et définitivement restaurée en 1855.

    collégiale.jpg

    Dinant est également connue dans le monde entier pour avoir donné son nom à l’art de la fabrication des objets en cuivre et en laiton, la dinanderie.
    L’origine de la couque de Dinant remonte au XVème siècle, lors du siège de la Ville par Charles le Téméraire (1466). Les dinantais, privés de victuailles et ne disposant que de miel et de farine, imaginèrent d’en faire une pâte et de la cuire. Cette pâte étant très ferme, ils l’imprimèrent dans le négatif des dinanderies et obtinrent ainsi les dessins les plus variés.

    couque.jpg

    Crupet
    Crupet a été occupé dès la fin de la préhistoire sans discontinuité. Charmant petit village accroché aux flancs d’une étroite vallée boisée, il a conservé de nombreuses maisons et fermettes en grès ou en calcaire chaulé de XVIIe, du XVIIIe et du XIXe siècles.
    Baigné par le Crupet, principal affluent du Bocq, le village connut grâce à ses cours d’eau une industrie florissante au XIXe siècle ainsi qu’en témoignent les cinq moulins; une papeterie, une saline, une huilerie, une forge et une brasserie. 

    crupet.jpg

     
    Durbuy, la plus petite ville du monde

    Autrefois île tapie dans le fond de la vallée au bord d’un méandre
    serré de l’Ourthe, Durbuy occupe un site absolument remarquable.
    Fusionnée avec St Amour (France), érigée au titre de ville en 1331, elle tire toute sa gloire de son riche passé inscrit dans ses ruelles pittoresques et ses maisons restées intactes depuis le 18ème siècle.

    durbuy.jpg

    La Confiturerie artisanale St Amour
    Confiturerie artisanale, fabrication de gelées de fleurs, de fruits sauvages, et de confitures traditionnelles (40 variétés). Vinaigres aromatisés et produits médicinaux: huiles de massage, baume au souci, sirop de thym…
    Construction moderne. Collection de bijoux sertis de diamants. Explications du diamant brut au bijou fini (panneaux, photos et matériel d’illustration). Copies de diamants célèbres. Derrière une large baie vitrée, un artisan livre aux regards des visiteurs les secrets de son atelier. Il sertit les diamants, fond et travaille l’or, crée et termine les bijoux.

    diamant.JPG le musée du diamant
     

    Bouillon
    Le Pays de Bouillon est situé dans la magnifique vallée de la Semois.

    Cité d’histoire et de légendes, la ville de Godefroid de Bouillon est riche de son passé millénaire avec le château fort, merveille de l’art militaire médiéval, qui reste un témoin remarquable de sa situation stratégique au Moyen Age.

    chateau bouillon.jpg

    Bouillon a le plus important patrimoine forestier de Belgique. Ses forêts de chênes et de hêtres occupent le plateau de Menuchenet et les versants pentus des affluents de la Semois, ménageant une soixantaine d’ouvertures spectaculaires comme le Belvédère, le Tombeau du Géant ou le panorama de Frahan à Rochehaut.

     
    Bastogne
    Le Pays de Bastogne s’étire entre les vallées de l’Ourthe et de la Sûre et couvre les communes de Bastogne, Bertogne, Fauvillers et Sainte-Ode. 
    Historiquement centre commercial régional, la ville est devenue mondialement célèbre durant l’épisode de la bataille du Saillant en décembre 1944 et janvier 1945. Le Mardasson et le Bastogne Historical Center en constituent les témoins.

    tank batogne.jpg

    Le Mémorial du Mardasson représente l’hommage du peuple belge tout entier à la nation américaine.

     

    mardasson.jpg

     

    La Roche

    Destination touristique particulièrement prisée, La Roche-en-Ardenne compte, depuis avril 2005, une attraction entièrement remise à jour : Grès de La Roche, L’Ardenne au fil du temps.

    Dominant la vallée, blotties entre une boucle de l’Ourthe et les flancs abrupts de la colline du Deister, les ruines du château médiéval, construit entre le XIe -XIIe et XIIe siècle, dressent leur masse sombre et imposante.
    Surplombant la ville de La Roche, elles sont édifiées sur un important enchevêtrement de dalles de schiste local, bloquées par un mortier de chaux et de sable.
    Cette forteresse imposante, datant du 11-12ème et du 14ème siècle, se fond dans le paysage. La structure médiévale est bien conservée. La Tour des Sarrasins remonterait à l’époque Romaine.

    chateau la roche.jpg

     


    votre commentaire
  • LE BENELUX - LITTORAL BELGE 3ème partie

     

    Repartons d’Ostende, côté Ouest 

    Mariakerke 

    Là où est enterré James Ensor, célèbre peintre belge (1860-1949).

    D’un père anglais anticonformiste, ingénieur raté, et d’une mère ostendaise qui n’encourage guère sa vocation artistique, le jeune Ensor vit à Ostende au milieu des coquillages, des chinoiseries, des verroteries, des masques et des animaux empaillés qui peuplent la boutique familiale.

    En 1933, il est proclamé « Prince des peintres »; il mourra couvert d’honneurs, mais ceux-ci semblent lui avoir échu trop tard.

    ensor26.jpg

    Domaine de Raversijde

    Le cordon de dunes qui relie Ostende à Middelkerke recèle des vestiges uniques de l’histoire de la région. Le plus marquant est sans conteste « le mur de l’Atlantique », un mur de défense construit par l’occupant allemand pour se protéger contre les incursions des alliés au cours des deux guerres mondiales.

    Une visite des quartiers du Prince Charles, régent de Belgique de 1944 à 1950 renseigne le visiteur sur la vie passionnante de ce Comte de Flandres. Après la régence, celui-ci s’installa à Raversijde.

    raversijde27.jpg

    Middelkerke

    Que ce soit sur la plage ou au célèbre casino, Middelkerke ne manque pas d’activités pour combler vos journées. Cette fameuse station balnéaire où tout a été pensé pour la famille vous accueillera avec son large éventail de loisirs. Des jeux au grand air, des événements culturels et des soirées baraka… c’est une vraie grande évasion qui s’offre à vous le temps d’un week-end ou plus.

    L’Ancien bureau de poste classé est un édifice remarquable. Il a été aménagé en musée interactif sur l’histoire de notre tourisme côtier.

    La célèbre église néo-romane se dresse dans le centre. Ses tours datant du 17e siècle servirent autrefois de phares.

    Le casino est un bâtiment construit en 1954 en style normand. Restaurant gastronomique.

    Plaines de jeux et piscine très agréable.

    Middelkerke1.jpg

    Westende

    Au Xe siècle, Westende se trouvait à l’extrémité ouest (het West-ende) d’une bande de terrain entourée d’eau, appelée ter Streep où paissaient les brebis. À l’autre bout, il y avait Ostende (Oost-ende) et, au milieu, Middel-kerke.

    Le tourisme apparut à Westende vers la fin du dernier siècle.  En 1896, on construisit les premières villas et, quelques années plus tard, le premier hôtel.

    Après Bredene, Westende est la commune du littoral la plus importante pour ce qui est des campings. 

    La villa « les Zéphyrs » est une villa classée de l’entre-deux-guerres. Vous pourrez y découvrir les usages et coutumes d’une famille passant ses vacances à la Côte belge en 1930.

    zéphirs29.jpg

    Lombardsijde

    Selon des archives datant du XIe siècle, Lombardsijde, qui a fusionné avec Westende en 1970, avait non seulement un port prospère, mais aussi un hôpital, une halle, une cour de justice et une foire.  En 1116, la mer du Nord se déchaîna tant et si bien que le port s’ensabla et que la localité fut presque entièrement submergée. 

    Il faut dire que Lombardsijde et Westende diffèrent quelque peu, bien qu’ils forment une seule commune. À Lombardsijde, la vie est plus libre; les cafés sont encore ouverts quand les cafetiers de Westende dorment déjà à poings fermés.

    Après l’ensablement du port de Lombardsijde, les habitants cultivèrent des légumes qu’ils transportaient à dos d’âne ou de mulet à Ostende. 
    On trouve encore beaucoup d’exploitations maraîchères à Lombardsijde, et aussi des fermes importantes.

    La maison Ysland fut habitée par les derniers pêcheurs d’Islande.

     

    Nieuwport

    Capitale côtière des pêcheurs et des adeptes du char à voile.

    Nieuwport fait partie de la Côte Ouest Belge

    Nieuwport est une ville côtière qui possède un riche passé. Parmi une série de sièges presque ininterrompue, c’est surtout la « bataille de Nieuwport » du 2 juillet 1600 qui figure dans les livres d’histoires. Sur la plage, le prince Maurice est parvenu à vaincre les  Espagnols. 
    Il a ensuite réussi à sauver ses hommes par la mer.

    Outre un passé glorieux, Nieuwport possède aussi une longue expérience de la mer et de la pêche. Nulle part ailleurs, le caractère des pêcheurs n’est resté aussi vivace qu’à Nieuwport.

    Le port de plaisance offre une capacité de plus 2000 bateaux. L’architecture médiévale de la vieille ville contraste avec le port moderne.

    nieuport30.jpg

    Oostduinkerke

    Le pêcheur de crevettes à cheval reste l’emblème de la station d’Oostduinkerke. Ce type de pêche ne se pratique plus qu’ici ! Mais derrière ce symbole, la ville cache beaucoup d’autres qualités : infrastructures sportives, évènements attrayants, fine gastronomie, riches espaces naturels… Tous les ingrédients d’un séjour dépaysant.

    crevettes.jpg

    Plage, dunes à perte de vue et pêcheurs de crevettes à cheval : vous avez dit « authentique » ? On ne peut pas rêver mieux. Oostduinkerke fait revivre la tradition du pêcheur d’antan. Un folklore qui doit sa pérennité à une pratique exclusive : c’est le seul endroit d’Europe où la crevette échoue dans les filets de pêcheurs à cheval.

    Koksijde

    Koksijde n’a pas fini de vous surprendre. Vous y découvrirez la plus haute dune de la côte belge nommée Hoge Blekker et le musée Delvaux, dédié au peintre surréaliste. Pour découvrir l’atmosphère de Sint Idesbald, baladez-vous dans les quartiers de villas et fermez les yeux. Il y flotte un agréable parfum qui rappelle le bon vieux temps !

     

    Hôtel « le Régent »

    Dans un cadre paisible et verdoyant, tout près de la plage et des dunes. 38 ans de tradition. Gastronomie du terroir. J'y ai passé de très bons moments.

    le regent1.jpg
    le régent32.jpg

    La base militaire

    La base de Koksijde (Coxyde) tire ses origines de la réorganisation des forces armées belges après la première guerre mondiale.

    Après l’invasion allemande de 1940, l’aérodrome est utilisé par l’occupant qui y construit une piste en dur de 800 mètres de long.

    L’Eglise N-Dame des dunes 

    L’église NOTRE-DAME DES DUNES » (Onze-Lieve-Vrouw-Ter-Duinen) est très moderne. Elle a une hauteur de 40 mètres et peut recevoir 1285 personnes !

    Les plans de cette église moderne de 1956-1962 (architecte Josef Lantsoght) est inspirée du ‘kokkel'( une sorte de moule). Mot duquel provient le nom de Koksijde. A l’origine on avait prévu la construction d’une tour, mais avec l’aéroport à proximité celle-ci n’a pu être réalisée.

    eglise coxyde34.jpg

    Musée Paul Delvaux

    Le musée Paul Delvaux, appelé d’après le célèbre peintre Paul Delvaux, fut inauguré en 1982 et donne dès lors un bref aperçu de la collection de la fondation Delvaux.

      musée delvaux35.jpg

    Une visite vaut vraiment la peine: vous êtes complètement immergé dans la vie intéressante de ce grand peintre ! Nulle part ailleurs tant d’œuvres du peintre surréaliste mondialement réputé n’ont été rassemblées.

    Une unique collection de peintures et d’objets illustre la vie et l’évolution de l’œuvre de Delvaux dans un cadre intime. Dans le musée, l’admiration de Delvaux pour la femme ainsi que les gares et les stations, ultimes objets de son désir mélancolique, sont largement traitées.

    SINT IDESBALD

    Pour découvrir l’atmosphère de Sint Idesbald, baladez-vous dans les quartiers de villas et fermez les yeux. Il y flotte un agréable parfum qui rappelle le bon vieux temps !

     

    Besoin d’air pur ? La Panne n’attend que vous. Ouverte sur la mer du nord, sa plage, le Petit Sahara et ses dunes ondulant à perte de vue s’offrent à vous. Une invitation à flâner le long de la côte ou de vous lancer dans une course de chars à voile, le sport fétiche de la région. 

    La Panne, Perle verte de la Côte belge, vous offre tout ce dont vous rêvez.  

    la panne 36.jpg

    Si vous cherchez une excursion inoubliable pour toute la famille, Plopsaland La Panne est la destination idéale. L’expérience de ce parc enchanteur de la côte belge est parfaitement magique. 

     

    Plopsaland est le grand parc d’attractions pour toute la famille, idéal pour une journée d’escapade orginale. 

    plppsaland37.jpg

    Quatre Réserves Naturelles à La Panne :

    (1) Le Westhoek, (2) Le Oosthoek, (3) Les Dunes de Cabour, et (4) Le Houtsaegerduinen.

     

    La réserve naturelle du Westhoek fait 340 ha . Elle fait partie de la plus grande ceinture fermée de dunes de Belgique. Elle forme ensemble avec les dunes de Krakeel, le bois de Calmeyn, les dunes du Oosthoek et la région Francaise des dunes ‘ Le Perroquet’ une région naturelle très précieuse.

    dunes du westhoek38.jpg

     

    Les dunes sableuses sont riches en chaux, ce qui procure une faune et flore exeptionelle. Depuis les années 70 la région souffre du desséchement causé par le pompage de l’eau dans les régions adjacentes.

    La Panne possède la plus vaste plage de la côte belge (dépourvue de brise-lames) et des étendues sauvages miraculeusement préservées (le Westhoek et ses 340 hectares) : c’est là que se concentrent un bon tiers des dunes de la côte, les plus naturelles et les plus belles du littoral. Elle jouit de surcroît d’un microclimat (un degré de plus qu’à Knokke) grâce à ses longues et hautes dunes: le sable capte la chaleur du soleil et finit par la rejeter, ce qui provoque cet écart de température.


    votre commentaire
  • LE BENELUX - LITTORAL BELGE      2ème partie

    Bredene

    le paradis des campeurs.

    Campeurs épris de liberté, venez planter votre tente à Bredene, la station de tous les amoureux du camping.  «Commune branchée » dotée de superbes dunes et d’une plage naturiste.

    bredene14.jpg

    De Haan-Wenduine 

    De Haan est le deuxième plus beau village de la Flandre, avec ses toits rouges, ses petits balcons, ses tourelles et ses façades à colombages, l’architecture typiquement anglo-normande confère à cette station balnéaire un cachet particulier. Plusieurs villas du quartier respirent la « Belle Epoque ».

    157 hectares de dunes boisées relient De Haan à Wenduine.

    Wenduine, jadis un village de pêcheurs florissant, s’est transformé en station balnéaire familiale.

    de haan15.jpg

    Blankenberge, station balnéaire pétillante.

    Sea-Life Floréal, monde sous-marin fascinant et haut en couleurs.

    La faune et la flore de notre mer du Nord ne se limitent pas à la traditionnelle méduse. Ce centre accueille et soigne également les phoques malades et échoués.

    Découverte d’espèces de poissons qui cohabitent dans le plus grand aquarium de Belgique. Créatures fascinantes, requins, raies et tortues de mer.

    sea live16.jpg

    Le Pier, monument emblématique de Blankenberge, construction unique dont la jetée d’une longueur de 350 m permet d’accéder à la célèbre rotonde.

    le pier17.jpg

    Serpentarium, le monde fascinant des reptiles. 

    Scorpions, pythons, boas, serpents à sonnette…  

    serpentarium18.jpg

    Le train touristique dessert le Sea Life Marine Park, le Pier, le casino et les principales curiosités de Blankenberge. 

    Sculptures de sable 

    Etrange matériau qui paraît éphémère et mobile et permet pourtant de réaliser des chefs-d’oeuvre durables, là où l’on aurait cru ne pouvoir bâtir que des châteaux de sable. Avec l’exposition de Blankenberge, les sculptures de sable sont devenues une attraction prisée de notre côte belge.

    Pour réaliser ces sculptures, environ 30 millions de kilos de sable seront transportés de l’Ardenne belge vers la côte. Ce type de sable est particulièrement apprécié par les artistes parce que les grains sont anguleux, ce qui donne une masse de sable compacte, relativement facile à façonner. 

    Dans un premier temps, le sable mouillé est tassé à la machine et compressédans de grands moules en bois. Ensuite passent les sculpteurs. Ce sont des magiciens du sable. Ils travaillent à partir de photos et de dessins, commencent par le haut et finissent par le bas de la sculpture. Ils écartent les moules supérieurs et travaillent entretemps sur ceux du bas. 

    Dans l’équipe internationale des sculpteurs, chacun a sa spécialité: pour certains c’est l’architecture, pour d’autres l’anatomie, etc.

    sculptures de sable19.jpg
     
     

    Zeebrugge est une ville contemporaine reliée à Brugge, sa ville natale historique, par le canal Baudouin, port mondial, station balnéaire familiale et capitale du poisson. 

    Le port domine la vie quotidienne des habitants et des touristes.

    La pêche en bateau ou en mer requiert une certaine expérience.

    port de zeebrugge20.jpg
     
    Knokke-Heist est le fief de la volupté.

    Mondaine, branchée et accueillante, une destination de prédilection entre autres pour sa proximité avec les Pays-Bas, ses réserves et domaines naturels.

    knokke21.jpg
    zwin22.jpg
     

    Le jardin de papillons aux couleurs exotiques, voltigeant d’une plante tropicale à l’autre.

    Lorsque vous pénétrez dans le Jardin des Papillons, vous découvrez une forêt vierge regorgeant de plantes exotiques ainsi qu’ un petit ruisseau au charmant clapotis. C’ est dans ce milieu que virevoltent plus de 300 papillons issus d’ une multitude de continents. Vous pouvez admirer par exemple des papillons-Hiboux, des Piérides, des Nymphalides, des Porte-Queues, des Monarques, etc.
    Avec un peu de chance, l’ un d’ eux viendra se poser sur votre tête ou votre épaule. En saison, de nombreux papillons se reproduisent au Jardin des Papillons. Vous les découvrez à chaque étape de leur vie: oeufs, chenilles, chrysalides et papillons adultes.

    jardin papillon23.jpg

    Le Zoute 

    Le Zoute est une cité riche, où l’on ne paie pas d’impôts locaux, et où les nombreuses boutiques de luxe et restaurants, drainent des milliers de visiteurs.

    zwin24.jpg

    Réserve naturelle la plus connue de la Côte, parc ornithologique permettant d’observer en détail plusieurs espèces indigènes.

    La réserve naturelle du Zwin située à Knokke-Heist, dans le Nord-Est de la Flandre Occidentale se veut la doyenne non seulement des réserves côtières mais de la plupart des réserves naturelles sur le territoire flamand.  

    Ancien bras de la mer du Nord, le Zwin séparait le territoire littoral belge du continent. La côte actuelle est le rivage ouest de cette île. Créé lors du raz-de-marée de 1134, il s’envasa et s’ensabla dès le XIIe siècle.

    le zoute25.jpg
      
     A SUIVRE POUR LA 3e ET DERNIERE PARTIE DU LITTORAL
      

    2 commentaires
  • LE BENELUX

    LE LITTORAL BELGE EN TROIS PARTIES (mes séjours chaque année)

     côte1.JPG

    1ère partie

    Le littoral, 70 km de plage le long de la Mer du Nord, est bien sûr le site touristique le plus important de Flandre occidentale. Les stations balnéaires, de La Panne à Knokke, attirent chaque année des milliers de visiteurs.

    La côte belge, quand le soleil est de la partie, constitue un endroit de prédilection pour des vacances en famille, pour la plus grande joie des enfants et des (grands) parents. Tous goûtent avant aux plaisirs de l’eau et du sable…

    Mais il existe d’autres activités, tout aussi vivifiantes ou récréatives.

    A propos de dunes, il faut profiter de son séjour au littoral pour visiter le Zwin, réserve naturelle située près du Zoute, sur la commune de Knokke-Heist, à la frontière belgo-néerlandaise.

    LE BENELUX 1) LITTORAL BELGE (1ère partie)

    Cette bande côtière de 258 hectares, avec ses dunes et ses étangs marins à l’état sauvage, alimentés par les marées, constitue un régal pour les yeux et un véritable paradis de nidification pour les oiseaux.

    La mer du Nord baignant la côte belge se caractérise par une faible profondeur (environ 20 m en moyenne et 35 m au maximum sur le plateau continental belge). Cette profondeur augmente progressivement jusqu’à environ 200 m au fur et à mesure que l’on se rapproche de l’océan Atlantique. La présence d’un système complexe de bancs de sable pratiquement parallèles au littoral et dont certains sont découverts lors de marées basses exceptionnelles est-elle aussi remarquable.

    Souvenirs garantis. La mer, la plage et les dunes sont un pôle d’attraction unique qui ne laisse personne indifférent.

    La mer du Nord n’est pas un océan. Sa profondeur atteint par endroits 200 m.

    Mille grammes d’eau de la mer du Nord contiennent 965 g d’eau et 35 g de sel : chlorure, sodium, sulfates, magnésium, calcium, etc., des minéraux déjà présents lors de la formation des océans il y a 600 millions d’années.

    Saupoudrez-y un nuage de surprises et une pincée de découvertes et notre Côte se transforme en destination de vacances de prédilection.

     

    la côte2.jpg

    Partons d’Ostende, côté Est.

    Ostende, la reine des plages, la ville au bord de l’eau.

    Ostende est une ville cosmopolite, au passé faste et qui possède de précieux atouts. On y perçoit partout l’atmosphère maritime typique d’une ville portuaire. C’est également une station balnéaire moderne et dynamique.

    Le Mercator

    Est-il encore nécessaire de présenter ce trois-mâts majestueux ?

    Avant d’être transformé en musée en 1961, il servit pendant 30 ans de bateau d’écolage pour les officiers de marine.

     

    mercator3.jpgMercator
     

    L’Amandine

    Le dernier navire naviguant jadis vers l’Islande est définitivement en cale sèche.  Différentes scènes de l’exposition retracent les activités sur le bateau et nous donnent une idée précise des conditions de vie à bord.

    amandine4.jpgAmandine
     

    LE BENELUX 1) LITTORAL BELGE (1ère partie)

     La maison de James Ensor

    Où le maître ostendais vécut et travailla de 1917 à sa mort, plonge le visiteur 150 ans en arrière.

    james ensor5.jpg

    Aquarium de la mer du Nord

    Plus de soixante espèces de la faune marine cohabitent dans treize aquariums.

     aquarium11.jpg

     L’hippodrome Wellington

     Courses à vivre, ambiance des tribunes, trépignement des chevaux

    hippodrome6.jpg

    Le Casino est aujourd’hui l’une des plus grandes salles de concert et l’un des plus vastes espaces de congrès de Belgique.
    casino ostende7.jpg

     L’horloge florale

    horloge fleurie8.jpg

    Un des joyaux d’Ostende, situé dans le magnifique parc Léopold au cœur de la ville.

    Galeries royales vénitiennes

    Dessinées à la demande du roi Léopold II en 1900, elles furent construites en 1905.

    Ces galeries piétonnes qui s’étendent sur près de 400 mètres reliaient la villa royale à l’hippodrome Wellington, protégeant les invités du soleil, de la pluie et du vent.

    galeries9.jpg

    L’Eglise Saint-Pierre et Saint-Paul

    C’est une église néogothique (1905) ornée de magnifiques vitraux. La chapelle située derrière l’autel principal abrite le mausolée de Louise-Marie, première reine des belges, décédée à Ostende.

    église 10.jpg

    Le tram du littoral

    Se détendre, faire une excursion et profiter d’un bon moment avec vue sur la mer : le Tram du Littoral vous offre cette possibilité. Le tram vous emmène rapidement au cœur de chaque station balnéaire.

    tramway_de_la_c_te_484x200.jpg

    La gare d’Ostende

    Dans le passé, Ostende avait 2 stations : Ostende centre et Ostende Quai. Cette gare, Ostende Quai survit à la 2ième guerre mondiale et est encore la gare d’Ostende.

    Cette gare est utilisée depuis 1913. Les architectes étaient Otten et Seulen. La tour de gauche contenait l’Hôtel Terminus Maritime, un hôtel de luxe et un restaurant pour la haute Société. Au rez-de-chaussée, il y avait un salon royal. A côté de la gare se trouve l’embarquement pour l’Angleterre.

    gare12.jpg

     

    Earth Explorer

    Situé sur la rive est, près du fort Napoléon et des phares, ce parc à thème scientifique et éducatif basé sur la dynamique de la Terre et de l’espace est l’œuvre de l’astronaute belge Dirk Frimout, il s’articule autour de quatre thèmes : l’eau, le vent, le feu et la terre.

    earth explorer13.jpg 

    annif_maryanne_à_la_mer_45_ans_070.jpg

     A SUIVRE


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires