• EN MEMOIRE DE MON PERE

    EN MEMOIRE DE MON PERE

     

    EN MEMOIRE DE MON PERE

    Après la guerre 1940-45, mon père, après avoir passé quelques examens, tout particulièrement le néerlandais, entra à la S.N.C.B. d’abord en tant que garde (avec un képi au gallon unique), quelques années après, il devint chef-garde (2 gallons au képi), puis premier chef-garde principal, (3 gallons) ce que l’on appelle maintenant le métier « d’accompagnateur de train », mais depuis le traditionnel uniforme noir a pris une autre couleur. La chemise blanche au col amidonné et cravate noire, les plis du pantalon toujours bien nets, il cheminait gaiement le long de ces trains à vapeur et aux portes claquantes.

    EN MEMOIRE DE MON PERE

     

    Toute sa carrière se déroula avec cet amour dans l’âme des trains; à l’époque ils s'appelaient « omnibus ».

    Je me souviens des lignes qu’il traversait régulièrement : Gembloux-Ramillies-Landen ; Maredsous-Dinant (ce trajet est devenu maintenant les draisines de la Molignée) ; Givet ; Jemelle, etc… car il nous en parlait souvent.

    Il avait un petit sac à l’épaule dans lequel se trouvait la monnaie et sa pince à contrôler les billets, j’ai gardé en souvenir son sifflet avec lequel il donnait l’ordre au machiniste de faire démarrer le train, mais mon frère étant aussi un ancien cheminot, j’ai trouvé que cela lui était destiné. Mon grand-père était aussi un ancien cheminot.

    EN MEMOIRE DE MON PERE

     

    Mon père dépendait du dépôt de « Tamines », cette gare a été récemment très joliment rénovée et en y passant, je retrouve l’endroit où mon père se rendait avant de débuter son parcours en train.

    EN MEMOIRE DE MON PERE

     

    Malgré son dynamisme et son entrain, ce ne fut pas toujours rose et je me souviens de ces nuits ou matins où il ne dormait presque pas pour assurer son travail, car il avait de toute évidence le travail dans le sang.

    Il aimait les voyages mais étant décédé beaucoup trop jeune, (en 1967) il n’a pu réaliser son suprême désir, celui de voir un jour le soleil de minuit en Finlande. Par idéal pour lui, mon frère et moi nous l’avons réalisé en 1998.

     

    Le manuel du chef-garde :

    le sifflet
    la pince a poinçonner
    deux carnets de billets, à remplir à la main (pour voyageurs sans titre de transport)
    une feuille de route (pour noter les anomalies, les pannes, les problèmes au cours du voyage)
    un indicateur SNCB
    une clé à 3 branches (pour fermeture des portes du train, afin de donner le départ au conducteur et pour ouvrir son local (fourgon)
    3 drapeaux (rouge, jaune, vert)
    2 pétards (pour protéger le train en cas de panne sur une voie)

    EN MEMOIRE DE MON PERE

    EN MEMOIRE DE MON PERE                                                           

    EN MEMOIRE DE MON PERE

    EN MEMOIRE DE MON PERE                                        

    EN MEMOIRE DE MON PERE

     

    Son rôle:

    fermer les portes du train après embarquement des voyageurs.
    donner l’autorisation de départ du train au conducteur, au moyen du sifflet ou de la clé à 3 branches. (IOT)
    vente de billets aux personnes sans titres de transport.
    Rédiger procès-verbaux aux personnes qui ne sont pas en règle d’un titre de transport.

     

    Lignes électrifiées dans l’immédiat après-guerre

      1949         Bruxelles – Charleroi

      1954         Bruxelles – Gand – Bruges – Ostende

      1954         Bruges – Blankenberge

      1954         Bruxelles – Louvain – Liège

      1955         Bruges – Zeebruges – Knokke

      1956         Malines – Louvain

      1956         Bruxelles – Namur – Luxembourg

    Le 4/10/1952, on inaugure la jonction (traversée souterraine) de Bruxelles dont les travaux avaient commencés en 1903 !

    On met aussi en exploitation une liaison avec l’aéroport. Cette ligne reprenait une partie du tracé d’une liaison établie en 1943 par l’occupant allemand à des fins militaires. Elle sera plusieurs fois remaniée et intégrée dans le réseau à grande vitesse.

    En 1957, apparaissent les TEE actuellement remplacés par les TGV. Puis ce fut le début de la traction diesel de ligne. En 1961 circule la dernière voiture en bois et en 1967 cesse la traction à vapeur.

     

    Evolution de 1940 à 1967 (durant la carrière de mon père)

    1945 – 1970

    Epoque marquée par la disparition progressive de la traction vapeur, remplacée par la traction diesel et électrique.

    Nouvelle numérotation du matériel roulant.

    1946  Réorganisation du réseau. Suppression de beaucoup de lignes secondaires.

    Mise en service des dernières locos vapeurs commandées par la S.N.C.B. (type 29). Renumérotation à 5 et 6 chiffres des engins de traction.

    1948 Reprise des dernières compagnies privées.

    1949 Mise en service des premières locomotives électriques.

    1952 Mise en exploitation de la jonction Nord-Midi.

    Suppression de la 3e classe en service intérieur

    1953 Convention EUROP.

    1954 Livraison des premières locos diesel pour triage.

    Début de la standardisation du parc « marchandises » aux normes UIC.

    Mise en service des premières locos diesel de ligne.

    1955 Apposition d’une ligne jaune pour identifier les compartiments de 1ère classe

    Mise en service des premières grandes séries de locomotives électriques.

    1956 Renumérotation à 7 chiffres et re-décoration du matériel à marchandises en rouge UIC.

    Suppression de la 1ère classe dans tous les trains, les 2ème et 3ème classes deviennent 1ère et 2ème.

    1957 Naissance des trains TEE.

    1961 Suppression des voitures/voyageurs en bois, avec chaque portière à fermer à la main par le chef-garde.

    1962 Mise en service de la première locomotive polytension.

    1964 – 1970 Instauration de la numérotation UIC pour les wagons et les voitures.

    1966-1967  Fin officielle de la traction à vapeur.

     

     

    HOMMAGE A PAPA

    Cher papa, parti bien trop tôt pour l’au-delà

    J’avais tant besoin de toi à ce moment là !

    Ta vie fut marquée par tant d’ardeur au travail

    D’abord ta profession faisant partie du rail

    Et aussi ta maison dans les moindres détails.

    Mais tu fus pour tes enfants le père idéal

    Celui sur qui l’on pouvait compter sans égal

    Je ne t’ai pas redit suffisamment « je t’aime »

    Trop occupée à résoudre tous mes problèmes.

    Merci papa, pour ce que tu nous as tracé

    Tu me manques tellement, mon cœur est peiné.

     

    EN MEMOIRE DE MON PERE

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Samedi 16 Mars à 09:14

    cher papa tu me manques !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :