• LE PARDON 

     

    * LE PARDON (poème)

    Dans la vie il faut savoir pardonner, aider

    Pouvoir reconnaître ses torts contre son gré

    Afin que la famille soit toujours préservée

    Et que l’Unité reste la priorité.

     

    Chacun a ses qualités, ses défauts tracés

    Les susceptibilités et saute d’humeur

    Incompatibilité ou plus de rancœur

    Toujours contrarier les autres, se révolter.

    Apprenons la chaleur et vivons la douceur

    Et le respect des autres, celui des valeurs.

    Qu’aimer et partager soient sans cesse apprécié.

     

    C’est la seule façon de laisser sur la terre

    Un sentiment d’amour entre les sœurs et frères

    Que notre présence ait bien été appréciée

    Que l’on se souvienne d’avoir été aimé.

     

    Car savoir aimer, c’est aussi se pardonner

    L’égoïsme, ce fléau combien renforcé

    Qui s’enferme dans un carcan de vanité

    Eliminant l’autre de ses priorités.

    Il faut leur faire plaisir et les valoriser

    Un simple « merci » et nous serons tous comblés

    Car l’agressivité ignore la bonté.

     

    « Comprendre, c’est pardonner ! »

     

    * LE PARDON (poème)


    votre commentaire
  • drapeau1

     L'Islande (mon voyage en 1999) - "La nation est construite sur la loi".

                                                                       drapeau islandais

       champ de lave

     

     

     

     islande-terre-origines-mond

    Champ de lave

       volcans,geisers,reikyavik,islande

     Terre extrême et envoûtante, pays de glace et de feu, de contrastes, où volcans et sources chaudes côtoient les glaciers. C’est un des niveaux de vie les plus élevés du monde, gens très cultivés, air pur, alimentation à base de poisson. L’eau des sources géothermiques alimente le chauffage urbain de la capitale.

    Chutes d’eau – geysers – fjords – champs immenses de lave – glaciers – eaux curatives – mousses et lichens – cratères.    En contact direct avec la nature, immuable et unique, on retrouve les racines de l’humanité et l’amour de la liberté.

     volcans,geisers,reikyavik,islande

    le lagon bleu

    volcans,geisers,reikyavik,islande

     L’éventail des paysages va de la douceur au spectaculaire grandiose.

      

    volcans,geisers,reikyavik,islandegeiser

        glacier     glaciers        glacier islande        

     

     

     

      med-myrdals-jokull---glacier-visoterra-10153

    glacier Myrdals jokull               

     Pays de contrastes ; volcans et sources chaudes côtoient les glaciers.

    Située sur la ligne où les forces telluriques repoussent les continents américain et européen, l’Islande offre l’extraordinaire spectacle des forces primitives en action : la terre, l’eau, l’air et le feu.

    * L'ISLANDE (mon voyage en 1999)

      

    volcan

    Le pays se trouve à cheval sur la ligne de démarcation de 2 plaques continentales (Etats-Unis et Europe) qui s’écartent l’une l’autre d’un cm par an.

     

         

     La Brennivin, à base de pomme de terre est la liqueur locale.

    Grâce au courant polaire du Groenland et à l’un des bras du Gulf Stream, l’île jouit d’un climat océanique tempéré.  Les habitations sont totalement chauffées et alimentées en eau chaude par des captages géothermiques, ce qui fait de Reykjavik la capitale européenne la moins polluée. Les falaises abritent de nombreuses espèces d’oiseaux et de nombreux ports se nichent dans les baies du nord de la côte.

     la sterne arctique

     

    sterne arctique islande

                                                       

    Si les mouettes et les goélands sont bâtis pour marcher, nager et voler, les sternes ou hirondelles de mer n’excellent que dans l’espace aérien où elles évoluent avec une grâce et un aisance remarquables.

    Leur vol si particulier, qui paraît nonchalant mais dont la rapidité surprend, permet de les reconnaître à grande distance. Les longues ailes s’élèvent et s’abaissent avec douceur et légèreté, sur un rythme lent, tandis que le corps se balance en haut en bas à chacun de leurs battements élastiques.

    macareux_moine_bkma_0p

     

    Le macareux

    Le macareux est un oiseau de taille moyenne de 30 à 45 cm facilement reconnaissable grâce à la couleur gris rouge et jaune orangé de son bec, son dos noir et son ventre blanc.

     

     

                                    macareux

    macareux1

    Sur l’île de feu et de la glace se mélangent le magma volcanique et les glaces du Grand Nord.

    * L'ISLANDE (1999)

    Située près du Cercle polaire, l’Islande plonge dans la nuit durant les mois d’hiver et dans le jour pendant une grande partie de l’été.

     

    med-visoterra-les-roches-volcaniques-de-raudholar-2567

    islande1.jpg
    islande.jpg

    volcans,geisers,reikyavik,islande

    Reykjavik

    volcans,geisers,reikyavik,islande

    la cathédrale de Reykjavik

     


    votre commentaire
  • L'EVOLUTION (poème)

    * L'EVOLUTION (poème)

    Au départ, machine à écrire mécanique

    Le clavier, le jeu des touches, l’espacement

    Le rouleau ainsi que le ruban archaïques

    Le chariot s'élançant manuellement.

     

    Ensuite est arrivée la machine électrique

    En glissant de gauche à droite sur sa largeur

    Avec moins de bruit et bien plus acoustique

    Et la frappe de ses lettres bien en douceur.

     

    Le joyau de l’évolution, l’ordinateur

    Répond à toutes nos commandes, nos questions

    Donne des solutions aux quatre opérations

    Et dans tous nos écrits corrige nos erreurs.

    Avec la petite souris pour diriger

    Et nous voilà embarqués pour l’encourager

    Sans compter tout le travail qu’il peut imprimer

    Et sur la clé, des documents il peut sauver.

    Enfin pour la recherche du monde extérieur

    Vite Internet nous y envoie avec ardeur.

     

    Car c’est l’évolution

    Une révolution

    Le progrès, l’ambition

    Du travail, la passion

    En toute dimension.

    * L'EVOLUTION (poème)


    votre commentaire
  • DANS LE CUBERDON, TOUT EST BON

    Appelé cul de bourdon ou chapeau de curé, le cuberdon, ce petit cône au goût inimitable, est l’une des friandises les plus appréciées de notre plat pays.

    Du haut de ses 2,5 cm, le cuberdon à l’art de réveiller des souvenirs d’enfance chez de nombreux Belges. Il est l’une des spécialités les plus appréciées du pays.

     

    le cuberdon

    L’origine du cuberdon n’est pas clairement établie. Si, pour la confiserie Geldhof (fabricant installé à Eeklo), le cuberdon a été inventé vers 1873 par un confiseur bruxellois, la rumeur la plus répandue raconte qu’il a été conçu au début du XIXe siècle en Flandres par un membre du clergé. D’où l’appellation de chapeau ou bonnet de curé !

    Mais si l’origine précise n’est pas certaine, une chose est sûre : le cuberdon est belge.

    D’après la confiserie Geldhof, son nom proviendrait de « kupe » (cuve) ou de « kuper » (cône).

    La recette de ce petit délice sucré se serait alors répandue dans le pays. La Seconde Guerre mondiale a failli faire tomber le cuberdon dans l’oubli.

    La gomme arabique, ingrédient indispensable à la confection du bonbon, était alors introuvable dans nos contrées. Mais dès 1946, le cuberdon est à nouveau fabriqué. 

    le cuberdon

     Comme le monde, une création en sept jours

    Tantôt appelé cul de bourdon, chapeau de curé ou encore neuzeke (petit nez) en Flandres, le cuberdon est aujourd’hui préparé par un nombre restreint d’artisans. Car si la composition du bonbon n’est plus un secret, sa fabrication reste délicate. La difficulté est d’obtenir une couche épaisse et résistante, renfermant un sirop liquide et parfumé.

    Et pour cela, l’élément indispensable est la patience. « Pour réaliser un cuberdon artisanal qui ne colle pas aux dents, il faut du temps, sept jours très exactement ».

    Le premier est consacré au dosage des ingrédients, au mélange et à la cuisson dans des chaudrons en cuivre. A la suite de ces opérations, la recette secrète est coulée dans les moules. A partir de cet instant et jusqu’au sixième jour, les cuberdons entament un lent processus de séchage destiné à cristallisé la fine couche extérieure tout en préservant le moelleux du « cœur ». Au septième jour, les cuberdons sont démoulés à la main et prêts à être savourés.

     

    Une trentaine de goûts

    Produit semi-frais, le cuberdon se consomme dans les huit semaines qui suivent sa production et est donc l’un des rares produits belges à ne pas être connu hors de nos frontières. Ils doivent être aussi frais que possible et ne pas rester trop longtemps dans les rayons. Cela explique pourquoi les cuberdons n’ont jamais conquis les pays voisins.

    Toutefois, depuis quelques années maintenant, la friandise commence à se faire connaître outre-Quiévrain grâce à des foires et des salons. Elle a d’ailleurs fait son entrée dans le dictionnaire Larousse en 2008 !

    Et aujourd’hui, le succès de ce produit typiquement belge ne cesse de grandir. A côté du cuberdon original aromatisé à la framboise, de nouveaux goûts et de nouvelles couleurs voient le jour. Il existe aujourd’hui une trentaine d’arômes : citron, banane, ananas, cerise, rose, kiwi, poire et même chocolat, cointreau ou pistache. Et après l’énorme succès du spéculoos cuisiné à toutes les sauces, c’est au tour du cuberdon d’intégrer les livres de recettes.

    Il est apprécié en dessert avec de la glace vanille, au goûter dans un cake, ou encore en apéritif grâce au peket au cuberdon.

     le cuberdon

     


    5 commentaires
  • LES OISEAUX (poème)

    * LES OISEAUX

    Une nuée d’oiseaux s’envolent vers le ciel

    Leurs cris et leurs chants résonnent à tire d’ailes

    Ils nous charment chaque jour de leurs ritournelles

    Et nous parlent tout à tour, ils nous interpellent.

    Mais de fleur en fleur, aussi de nids d’hirondelles

    Car ils cherchent le printemps et l’eau qui ruisselle

    Nourrissant leurs petits qui au loin les appellent

    Les pies par deux volent des pierres nouvelles.

    La nature est charmante à travers passereaux

    Ils sont le présage de beaux soleils nouveaux

    Du calme retrouvé, de paix, du renouveau

    De couleurs vivantes et du vert des coteaux,

    De la vie dont l’amour est le plus beau joyau.

    Où que vous soyez, ces oiseaux des marécages

    Battez des ailes, revenez dans les bocages

    Et couvrez le ciel de votre charmant langage

    En répandant l’amour partout dans les villages

    Pour que l’amitié dans le monde se partage

    De vol en vol, de paysage en paysage

    Que la paix soit toujours votre unique message !

    * LES OISEAUX


    2 commentaires