• LA VALLEE DE LA MOLIGNEE 

     la molignée

    La Molignée

    Cette petite rivière du Condroz, fleuron de ce coin du Namurois, creuse sa vallée depuis la région de Mettet et Florennes pour se jeter dans la Meuse à Anhée après avoir reçu quantité de petits affluents dont le principal est le Flavion. Généralement calme, sauf en cas de grosses crues, elle nous a donné des paysages somptueux, dans lesquels se sont naturellement intégrés de charmants petits villages.

    Cette rivière sinueuse, encore sauvage en de nombreux endroits, donne son charme à l’une des plus petites vallées de la province de Namur et certainement l’une des plus encaissées.

    molignee1

    La Molignée et le Flavion ayant profondément entaillé le plateau calcaire, le relief comporte quelques dénivelées excitantes.

    L’itinéraire en est fort varié : campagnes bosselées aux vastes panoramas ; traversées forestières ; vagabondages au creux de vallons sauvages, bordés quelquefois de hautes falaises. Enfin, le randonneur découvrira l’abbaye de Maredsous, les ruines de Montaigle, le château ferme de Falaën et surtout de beaux villages aux maisons de pierres. 

    Maredsous

    Monastère fondé au dix-neuvième siècle, dans la jolie vallée de la Molignée, affluent de la Meuse. Maredsous dépend d’un passé bien plus lointain. Plus que millénaire, en réalité.

    abbaye maredsous

    Petit village aux activités multiples telles que la vie lithurgique, publications scientifiques, bibliques et pastorales, accueille chaque année quelques 300.000 visiteurs. L’abbaye fut construite vers 1872 par des Bénédictins dans un style néo-gothique, sur un plateau boisé dominant la vallée de la Molignée.

    Le Monastère dépend d’un passé bien plus lointain, plus que millénaire, en réalité.  Les moines de Maredsous sont des bénédictins. Pourquoi ce nom de bénédictin? Parce qu’ils suivent une Règle de vie composée par saint Benoît (en latin = Benedictus; d’où bénédictins, pour désigner ses disciples). Saint Benoît n’a pas inventé la vie monastique, sa Règle est héritière de toute une tradition.

    La bière

    Les bières de Maredsous sont des bières d’abbaye.

    Il existe 4 bières de Maredsous, toutes de haute fermentation avec refermentation en bouteilles. Elles sont fabriquées à la brasserie Moortgat à Breendonk (Duvel).

    LA VALLEE DE LA MOLIGNEE

    Les arômes délicats, fruités ou caramélisés de ces bières se marient parfaitement avec les parfums du fromage de Maredsous dans un mélange subtil et harmonieux…

    Le fromage

    En 1953, la ferme de l’Abbaye produisant en quantité abondante un lait d’excellente qualité, les moines décidèrent de créer leur propre fromage.  Sur le modèle du réputé Port-Salut, ils renouèrent avec des méthodes d’affinage ancestrales pour créer un produit d’exception : un fromage à croûte qui rencontra un succès immédiat.

    LA VALLEE DE LA MOLIGNEE

    En 1959, les moines cédèrent la production à la Laiterie régionale de Herve.  Le fromage de Maredsous cultive cependant toujours son caractère unique dans les caves de l’Abbaye au moment de l’affinage où il trouve un environnement propice à la métamorphose du ‘caillé’, le lait coagulé qui sert de préparation.

    Le pain

    Les produits fabriqués dans les ateliers de l’Abbaye sont vendus exclusivement à la cafetaria du Centre St Joseph : vous ne les trouverez nulle part ailleurs.

    LA VALLEE DE LA MOLIGNEE

    Si le pain des moines est toujours fabriqué selon la même recette, le pain de froment est quant à lui le résultat d’un mélange de véritable farine de froment, de lait et matière grasse soigneusement sélectionnée.

    Les tartes, les gâteaux et pâtisseries sont réalisés avec le même savoir faire.

    Les draisines

    Les Draisines de la Molignée sont un savant mélange du cuistax et de véhicule ferroviaire. L’ancienne ligne 150, reliant jadis Tamines à Jemelle, leur sert de support. Grâce à elles, vous découvrirez de splendides paysages inédits de la vallée de la Molignée. Détente en pédalant à votre rythme sur la voie qui longe la pittoresque vallée de la Molignée entre Falaën et Maredsous.

    draisines

    Maredret, village artisanal

    Vous serez séduits par un village réputé pour la beauté de ses paysages et ses richesses naturelles dominé par une abbaye néo-gothique. Le petit patrimoine (chapelle, calvaire..) saura vous émerveiller au détour d’un chemin. Mais le village de Maredret  s’est surtout développé autour de ses artisans, par la visite du Musée du Bois et de la Vie Rurale qui présente plus de 1.800 pièces, du XIXe siècle à nos jours.  

     artisanat maredret

    artisanat maredret1

    Le village abrite une abbaye datant du XIXe siècleLa fondation de cette abbaye des Saints Jean et Scholastique s’inscrit dans le renouveau monastique du 19ème siècle. La première pierre de l’abbaye fut posée le 5 août 1891.

    Maredret

    abbaye de Maredret

    Les ruines de Montaigle

    Se dressant fièrement sur un éperon rocheux, dans une nature sauvage, les ruines du château fort de Montaigle semblent sortir tout droit d’un Moyen Age légendaire.
    Elles occupent le sommet d’un massif calcaire s’étirant d’est en ouest et dominant, à la cote moyenne de 
    160 mètres, le confluent de la Molignée et du Flavion dont les eaux mêlées vont rejoindre celles de la Meuse en aval du village d’Anhée.
    Le vallon tout entier ne manque pas de grandeur ni de beauté, mais son caractère émouvant a sans doute moins compté aux yeux des populations passées que les possibilités de défense naturelle qu’il leur offrait.

    ruines montaigle

       les ruines de Montaigle

    Falaën

    Falaën, est accroché à un versant de la vallée qui mène à la Molignée. Cette rivière serpente au milieu des bois et forêts avoisinants et ses méandres invitent, chaque week-end, au calme et à la promenade.

    L’habitat très dense en pierre calcaire, enserre des volumes hauts appartenant pour la plupart au XIXème siècle dont l’implantation souple ménage des courettes refermées par des dépendances. Le village est constitué d’un ensemble d’habitations du 19 ème siècle en pierre calcaire sous toitures de pannes rouges, implantées souplement de part et d’autre de la voirie et précédées de courettes pavées.

    Le château ferme de Falaën (17e siècle) est constitué d’un quadrilatère construit en briques et en pierres durant la seconde moitié du XVIIème siècle et protégé par 4 tours d’angle.

    chateau ferme falaen

    château ferme de Falaën

    Sosoye

    Niché dans les méandres de la Vallée de la Molignée, Sosoye est un charmant petit village condruzien.  Autour de sa rue principale, le cœur du village est en pierre calcaire. La montagne de Ranzinelle surplombe Sosoye et offre une vue imprenable sur la Molignée et les charmes du village.

    sosoyeSosoye

     

    A côté des produits classiques tels que la bière et le fromage de Maredsous, on peut également s’arrêter pour déguster les fameuses truites de la Molignée et les farios élevés dans la pisciculture d’Ermeton-sur-Biert, le cresson, les escargots de Warnant, « Li Crochon », la boulette de Chertin à Falaën, le Sommière, le Molignard et encore bien d’autres succulents mets… 

    truite

     

    molignée 1

     


    2 commentaires
  • MANGEZ DU PAIN

    Le pain, à la base de la pyramide alimentaire.

    pyramide alimentaire

    La pyramide alimentaire nous indique les aliments à consommer régulièrement et d’autres plus occasionnellement.

    Au premier niveau, se trouve l’eau, indispensable à la vie.

    Le pain se situe au deuxième niveau, celui des glucides ou sucre lents qui libèrent lentement dans le corps l’énergie dont celui-ci a besoin.

    pain

    Donnez-nous notre pain quotidien

    Consommer 200 g de pain par jour est idéal pour notre équilibre alimentaire : cette raison quotidienne de pain apporte, à elle seule, tous les éléments nutritifs de base au grand complet.

    Les glucides complexes : ils fournissent de l’énergie « longue durée » et permettent d’éviter la sensation de faim. Rien de tel pour recharger nos batteries.

    Une ration de 200 g de pain (soit environ 10 tranches d’un petit pain carré de 400 g) couvre 20 % de nos besoins en glucides quotidiens.

    Les protéines végétales : elles sont essentielles à la croissance des enfants et des adolescents. Les protéines présentes dans le pain viennent de la farine.

    Une ration de 200 g de pain couvre 8 % de nos besoins.

    Les fibres : elles favorisent la digestion et régulent le transit intestinal.

    Les vitamines, les minéraux, les oligo-éléments :

    Ils sont présents dans le pain grâce aux farines qui le composent. Outre le magnésium et les oligo-éléments, le pain contient également des vitamines du groupe B qui participent au bon fonctionnement du système nerveux. Des vitamines PP diminuent le risque de la maladie d’Alzheimer. Sans oublier la vitamine E, anti-oxydant qui diminue le risque de maladie cardio-vasculaire.

    Le pain ne fait pas grossir

    Donner aux enfants l’habitude de manger du pain quand ils ont faim est une bonne façon de les aider à limiter les aliments trop sucrés et trop gras qu’ils ont tendance à consommer en excès. Au vu de la courbe de l’obésité infantile qui connaît une hausse inquiétante, il est recommandé aux enfants de manger du pain pour rééquilibrer en douceur leur alimentation.

    pain1

     

    Pain blanc, pain demi gris ou pain complet : que choisir ?

    Au niveau nutrition,el, le pain blanc comprend plus de glucides que le pain gris. Celui-ci comprend plus de fibres et protéines que le blanc. Le pain complet est un des plus riches en fibres et vitamines B et E qui protègent du vieillissement cellulaire.

    Pour une alimentation équilibrée, il faut consommer à la fois du pain blanc et du pain gris ou du pain complet.

    Plaisirs variés

    D’autres céréales peuvent être utilisées pour fabriquer de la farine : l’avoine, l’épeautre, le maïs, l’orge, le sarrasin, le seigle et le sésame. Ces farines peuvent être mélangées avec la farine de blé pour fabriquer du pain. Le pain d’épeautre, par exemple, est le compagnon idéal du fromage. Le pain de seigle accompagne très bien les charcuteries et le poisson fumé de nos rivières.


    votre commentaire
  • LES MARCHES DE NOEL

    Mons

    A Mons, « Cœur en Neige » est également devenu un des grands rendez-vous de l’hiver wallon. Au programme, un beau marché de Noël, sur la Grand-Place et celle du Marché aux Herbes, avec une patinoire en forme de cœur, un décor de forêt enchantée où se baladent fées et lutins, et de nombreuses animations.

    LES MARCHES DE NOEL

    monsMons

    Bruxelles

    « Plaisirs d’hiver », ce ne sont pas moins de 240 chalets qui s’étalent autour de la Grand-Place, de la Bourse, de la place Sainte-Catherine et sur le Marché aux poissons pour former le plus grand marché de Noël de Belgique.

    bruxelles

    Bruxelles

    Eupen

    Tradition germanique oblige, Eupen accueille un beau marché de Noël, qui ne dure malheureusement que le temps d’un week end. A cette occasion, des milliers de lumières illuminent la ville et les 60 petits chalets joliment décorés exposent leur artisanat.

    LES MARCHES DE NOEL

    eupenEupen

    Bruges

    Si la tradition des marchés de Noël est moins présente en Flandre qu’en Wallonie, celui de Bruges vaut néanmoins le détour. Les chalets sont installés sur la Grand-Place, la place Simon Stevin et le long des rues du centre-ville, richement décorées pour l’occasion.

    bruges

    Bruges

    Thuin

    Thuin a misé la carte de l’originalité, avec un marché de Noël qui se déroule sur l’eau. Sur la rive droite de la Sambre, les bateliers accueillent le public sur leurs péniches pendant les trois week-ends précédant Noël.

    thuin

    Thuin

    Liège

    Créé il y a plus de vingt ans et réputé pour son ambiance festive et conviviale, le « Village de Noël » liégeois est devenu une étape incontournable des réjouissances hivernales. Avec ses 180 chalets (soit le plus grand marché de Noël de Wallonie), il attire chaque année plus d’un million de personnes.

    LES MARCHES DE NOEL

    marché liègeLiège

    Cologne (Allemagne)

    Cologne abrite pas moins de six marchés de Noël. Le plus grand et le plus décoré se trouve au pied de la cathédrale : dans plus de 160 chalets, vous pouvez voir travailler les artisans et déguster de nombreuses gourmandises. Les échoppes les plus anciennes sont elles situées sur le Neumarkt.

    cologne

    Cologne

    Montjoie (Allemagne)

    Cette petite ville typique aux superbes maisons à colombages vaut aussi le détour pour son marché de Noël, pas très étendu, mais plein de charme.

    montjoie

    Montjoie

    Bernkastel-Kues (Allemagne)

    Dans ce petit village de la Moselle allemande, le marché de Noël, installé sur une place médiévale entourée de maisons à colombages et dans les étroites ruelles avoisinantes, est particulièrement pittoresque.

    Rüdesheim (Allemagne)

    Le « Marché de Noël des Nations » de Rüdesheim crée une ambiance internationale dans la vieille ville de cette cité pittoresque, installée au bord du Rhin. Sur plus de 120 stands, 12 pays présentent leurs coutumes de Noël.

    ruedesheim

    Ruedesheim

     


    6 commentaires

  • votre commentaire
  • LA SARDAIGNE (deuxième partie)

     

    Sassari

    La ville de Sassari, capitale de cette province, est d’origine nuragique. Elle est la ville la plus importante située dans la partie nord-ouest de l’île. En ville, plusieurs monuments sont dignes d’attention : la cathédrale de style gothique et baroque espagnol, l’église Sainte-Catherine, gothique avec des influences de la Renaissance. Le centre de la ville est la vaste Piazza d’Italia ou les habitants se rencontrent pour leur traditionnelle promenade. De là on peut descendre le long du fameux Corso Vittorio Emmanuele, à travers les petites rues de la vieille ville. Le dialecte principal (le sassarese) est un parler toscan, très proche du corse parlé à Sartène et est très différent de la langue sarde.  

    sassari.jpg

    Cavalcade sarde à Sassari le 18 mai, course équestre.

    Procession costumée qui rappelle celle organisée pour la visite du roi Umberto et sa femme Margherita en 1899. Le défilé aux costumes somptueux est suivi d’une course de chevaux. Un événement très touristique. Un défilé incessant et coloré de groupes folkloriques et de cavaliers où la richesse des costumes surprend, dans une région que l’on classait parmi les plus pauvres d’Europe.

    La cavalcade Sarde n’a aucun caractère sacré mais est une fête que les Savoia ont créé pour accueillir les invités illustres en visite. Il s’agit du défilé à cheval ou à pieds des costumes traditionnels des groupes qui arrivent des quatre coins de l’île : il y a plus ou moins 80 communautés différentes avec autant de costumes et de traditions. C’est une fête allègre et suggestive mais aussi une occasion pour pouvoir admirer ces vêtements qui ne sont plus d’usage quotidien. Les costumes sardes sont multicolores ; des couleurs criantes pour les femmes et sévères pour les hommes. Ils sont très différents de localité en localité étant donné qu’ils ont subi les influences des peuples envahisseurs du passé. Sur eux peut se lire l’historique du pays, de sa vie passée en observant les différences et découvrant la domination d’où ils proviennent : romaine, catalane, hispano-moresque etc. c’est là la principale cause du caractère hétérogène des costumes sardes.

    LA SARDAIGNE 2ème partie - 2008

    La Cavalcata Sarda est une révélation fascinante de la vie sarde, une véritable « exposition de costumes sardes » offerts dans un déploiement extraordinaire de couleurs. La Cavalcata Sarda n’a pas de lointaine tradition historique, mais elle rappelle la Cavalcade « féerique » de 1899, lorsque pour la visite des Souverains en Sardaigne on organisa des réjouissances dont le clou devait être « un festival », une fête populaire qui mit en évidence les différents costumes. En 1951, presque par hasard, à l’occasion d’un Congrès du Rotary Club, c’est encore pour rendre hommage à des hôtes illustres que fut organisée la Cavalcade, devenue depuis lors « une fête populaire annuelle », une fête de couleurs, une fête de chants et de danses, de magies musicales profondes, une fantasmagorie dense d’ivresse et de silence, de ritualité et de magie, révélatrice de l’âme encore mystérieuse du peuple sarde.

     

    Défilé de chaque région de Sardaigne

    costume sarde.jpg cavalcade.jpg

    costume Sarde

    67760006.jpg

    groupe Folk « Uri »

    67760007.jpg 

    groupe Folk « Florinas »

    67760009.jpg tapis sarde

    67760011.jpg 

    groupe Folk « Oristano »

     67760012.jpg

    groupe Folk « Cabras »

     

    67760013.jpg

    groupe Folk « Milis » représentant les fruits du pays

     

    67760014.jpg 

    Cagliari groupe Folk « Settino St Piedro »

    67760015.jpg 

    l’aîné des sardes

     67760004.jpg

    Cité de Sassari

     67760003.jpg 

    Centro Cultura Sassarese

     

    67760017.jpg Chevaux sardes

     chevaux sardes.jpg

    Course de chevaux à l’hippodrome

     

    chevaux sardes1.jpg

     67760018.jpg

    présentation des chevaux sardes

    67760019.jpg

    nombreux sauts et figures avec les chevaux

     

    le château de Castelsardo

    67760023.jpg

    Castelsardo

    A l’est de Porto Torres, pittoresque village fortifié perché sur un promontoire rocheux.

    Santa Teresa Gallura, extrême nord de la Sardaigne. Est battu par le mistral, qui y a sculpté de spectaculaires formations rocheuses dans le granit blanc comme au cap Testa, où l’on peut rejoindre à pied des criques pittoresques.

    67760024.jpg

    vers le Cap Testa 

    67760025.jpg

    Au loin Monte Russu, derrière Capo Testa

    67790001.jpg 

    Porto Cervo

    67790002.jpg 

    la Côte Esmeralda

    LA SARDAIGNE 2ème partie - 2008

    La côte Esmeralda, la plus riche du pays, avec Porto Cervo, boutiques, bars de style milanais, élégante marina pour accueillir les yachts luxueux de la jet-set internationale.

    67790003.jpg

    le Golfe d’Aranci

    Le golfe d’Aranci ou golfe des Crabes, station animée avec son port et ses villas. Paysage fantastique avec un mélange de montagne et de plage, une vue sur le large, des montagnes garnies de cactus, la chaleur, les bateaux luxueux sur la côte, les rochers, l’eau turquoise et transparente dont on peu voir nos pieds. La gastronomie Sarde est délicieuse, les tomates bien fraîches, les poissons, le fromage au lait de brebis, son célèbre pain et son vin. Les gens là bas sont très chaleureux, polis et sympathiques toujours prêts a vous aider mais ils ont mauvais caractère si on les brusque ou si on ne les respecte pas, ambiance magnifique, danse typique de Sardaigne et culture sublime.

     67790004.jpg

    Retour au port de Porto Torres – l’Eglise du village

    67790007.jpg 

    Au départ de Porto Torres

    67790006.jpg

    Notre bateau pour le retour

    67790010.jpg

    Arrivée à Marseille

     chateau d'iff.jpg

    Au loin, le château d’Iff, lieu du tournage du "Comte de Monte Cristo"

    Le chateau d’Iff, construit par François 1er, est un lieu mystérieux qui fait de Marseille un haut lieu touristique. Célèbre forteresse dont l’histoire se confond avec la légende. Le Comte de Monte-Cristo est une des principales œuvres d’Alexandre Dumas le représentant. 

    La légende veut que soit emprisonné sur l’île déserte « le comte de Monte Cristo ».

    Visite de Marseille 

    La Basilique Notre-Dame de la Garde. La colline de la Garde (154 m) a toujours été un poste d’observation. L’origine du sanctuaire remonte à 1214. La Basilique est recouverte de 30.000 feuilles d’or et la chapelle, construite en 1218 est de style romano-byzantin.

    LA SARDAIGNE 2ème partie - 2008

    Les mosaïques sont particulièrement belles et les nombreux tableaux, bateaux, plaques, etc… sont un témoignage de la Foi et de la reconnaissance des pélerins. Panorama le plus urbain de France, d’un côté la mer, avec les îles du Frioul et du Château d’Iff, des kilomètres de côtés et le Vieux-Port, et de l’autre la ville de Marseille dans un demi-cercle de montagnes.

    On dit traditionnellement, que la vigie existe depuis les temps préhistoriques et plus sûrement depuis l’époque romaine. Au XVe siècle une ordonnance de Charles II d’Anjou inscrit la colline de la Garde dans la liste des relais. Ce système de vigie va s’améliorer au fil des siècles et la fonction perdurera sur la colline jusqu’en 1978. Pour protéger Marseille des armées de Charles Quint par le Connétable de Bourbon, François 1er fait construire un fort en 1524 au sommet de la colline, qui constitue avec le château d’Iff à l’entrée du port, une défense maritime dont la ville était dépourvue.

     n-dame de la Garde1.jpg

    Notre-Dame de la Garde

    67790007.jpg

    le Vieux-Port

     

    67790011.jpg

     

    Marché aux poissons

     

    Climat en Sardaigne

     

    La Sardaigne jouit d’un climat méditerranéen classique, hiver frais et humide, été chaud et sec. Le mois de juin est le mois le plus ensoleillé de l’année. Le printemps est la plus belle saison pour la visiter lorsque la nature explose et qu’il y a moins de touristes. L’été permet de profiter au maximum du littoral et de retrouver fraîcheur en montagne.

     

    7_158_golgo_goloritze85_H204708_L.jpg

    7_158_sardaigne_2005_012_H204909_L.jpg

    1715_94337105_sard58_H165022_L.jpg

     F I N 

     


    2 commentaires