• FAITES VOS VALISES

    Oublions le Coronavirus et rêvons un peu !!!

    Quelles sont les tendances, les nouveautés et les destinations favorites des Belges ?

    vacances

    Le Belge est un grand voyageur : il aime tout autant les escapades de proximité que les périples lointains. Il ne recule pas devant les longs voyages en voiture, il aime les city-trips en avion qu’il multiplie, plutôt que de tout miser sur un seul départ annuel de longue durée.

    La France, l'Espagne, l'Italie, la Grèce sont leurs destinations préférées.

    Les destinations lointaines comme les Etats-Unis et le Canada (le Québec étant francophone à 80 %) cartonnent littéralement, tandis que les pays du Maghreb sont un peu boudés au profit de l’Europe méditerranéenne et de la Turquie.

    canada.jpg

    A la mer

    Notre petite Belgique offre déjà une belle palette d’attraits touristiques. La Côte belge rajeunit son image, avec des nouveautés et des festivals de musique, des clubs de plage, des formules de logements pour jeunes.

    crevettes.jpg

    La pêche aux crevettes à Oostduinkerke

     

    En Wallonie

    Avec leur patrimoine naturel, leurs balades et leur gastronomie, nos Ardennes valent le séjour également. Hôtels, gîtes et chambres d’hôtes proposent des formules originales (séjours à thème, séjours « Panda » où l’environnement est préservé).

    De nouveaux produits ont été développés par les équipes de la Fédération touristique du Luxembourg belge, pour les familles.

    IMG_0048.jpg

     L'Ourthe à Rendeux

     

    Les côtes françaises

    Les côtes de la région Nord-Pas-de-Calais accueillent de nombreux touristes belges, autour des caps Gris-Nez et Blanc-Nez et la côte d’Opale.

    gris nez.jpg

     

    Mais le belge aime aussi le sud de la France, avec tout ce que le touriste peut attendre.

    Vers l’Est

    Pologne, Hongrie, Roumanie, Croatie, Monténégro ont le vent en poupe et le méritent. Ces ex-pays de l’Est sont plus fascinants que jamais et se découvrent facilement grâce aux low costs et aux formules des tour-opérateurs spécialisés.

    pologne.jpg

     

    L’Amérique

    Le Canada, mais aussi les USA avec New York, Miami, New Orleans, San Francisco, Atlanta font toujours rêver. Les grands Etats comme la Floride et la Californie attirent de nombreux Belges et les grands tour-opérateurs proposent ces destinations.

    usa.JPG

     

    Maroc, Egypte et Tunisie

    Le Maroc tire bien son épingle du jeu avec un offre sans cesse croissante. L’Egypte et la Tunisie sont boudées par les touristes. Ces deux pays font tout pour les accueillir à nouveau.

    egypte.jpg


    2 commentaires
  • L’ECOSSE (2003)

    L’Ecosse est connue pour le whisky, le golf, ses clans, ses innombrables et splendides châteaux, ses lieux historiques. Les Highlands font partie des régions sauvages les plus intactes en Europe.

    L'ECOSSE (2003)

    Glasgow, la plus grande ville d’Ecosse, est un endroit en pleine renaissance et renouvellement. C’est une ville pleine de caractère, avec des cafés et une vie nocturne animée, et les meilleurs magasins du Royaume-Uni, en dehors de Londres.

    Riche par son architecture, ses musées et galeries, Glasgow est célèbre non seulement pour son énergie et style mais aussi pour son accueil chaleureux légendaire.

    L'ECOSSE (2003)

    Pour ses débuts historiques, la ville de Glasgow se développe autour d’une église du VIème siècle construite par Saint Mungo. Ce dernier fut celui qui convertit les Écossais au christianisme. L’année 1175 sera marquée par la fondation l’archevêché de Glasgow.

    Glasgow datant pour l’essentiel du XVIIIe siècle: la Cathédrale Saint-Mungo (elle fut achevée au milieu du XVe siècle) et la maison Provand’s Lordship (1471) sont des bâtiments plus anciens, mais sont des exceptions. La Cathédrale Saint-Mungo est la ‘Glasgow Cathedral’.

     cathédrale Glasgowcathédrale de Glasgow 

     

    La Maison Provand’s Lordship

    Provand’s Lordship est la seule maison de Glasgow à avoir traversé les siècles intacte depuis l’époque médiévale de la ville. Edifiée au XVe siècle, Provand’s Lordship était une dépendance de l’hôpital Saint Nicolas avant de devenir la résidence des prêtres de la cathédrale de Glasgow.

    L'ECOSSE (2003)

    L’édifice fut en suite légué à la ville de Glasgow en 1978 ainsi qu’une collection de meubles écossais du XVIIe siècle.

    le whisky écossais

    L'ECOSSE (2003)

    Le Blended whisky représente 95 % de la production, mais c’est le Single Malt, produit de la distillation de l’orge maltée dans une seule distillerie, qui en représente le sommet de la dégustation.

    whisky

    Jusqu’à la fin du XVIII siècle, le whisky était une boisson de petites gens, les aristocrates lui préférant le vin, et plus précisément le Bordeaux claret (vin rosé), ou le porto.. Le whisky servait de salaire versé par les propriétaires terriens en paiement des travaux agricoles (6 bouteilles de whisky à fort degré par homme et par semaine!). Le whisky était devenu la boisson traditionnelle des highlands, tandis que dans les Lowlands, la bière (ale) était préférée.

    whisky1

    Le kilt est un habit traditionnel des hommes des Hautes Terres (Highlands) d’Écosse, porté comme d’autres porteraient un pantalon. Le kilt est généralement fait de pure laine aux motifs colorés d’un « tartan ». L’origine de ce mot est sujet à controverse. On suppose qu’il est dérivé du français « tiretaine ». Ce terme désignant toutefois une étoffe en lainage et non pas un motif. Le terme gaélique pour tartan, breacan (« tacheté »), est beaucoup plus parlant. Le nom « kilt » est sans doute d’origine nordique. Les kilts se dénomment parfois philabegs filleadh beg.

    lkiltle kilt écossais

       

    Sir Walter Scott

    (1771-1832) poète romantique.

    L'ECOSSE (2003)

    Sa passion pour les traditions écossaises le conduisit à publier des recueils de poésies et de ballades des Borders (au sud de l’Écosse). Il en tira des poèmes narratifs qui connurent un succès retentissant (1805-1815). Il aborda ensuite le roman historique avec Waverley (1814) qui lui valut une renommée internationale.

    sir walter scott

     sur la Place statue de sir Walter Scott 

     

    Hôtel Central

    Il s’agit de l’un des hôtels originaux de la ville, à la richesse historique exceptionnelle. Ce bâtiment de l’époque victorienne est idéalement situé en plein cœur du centre-ville et à proximité de la gare centrale de Glasgow.

    L'ECOSSE (2003)

    hotel central glasgowHôtel Central à Glasgow

    Edimbourg 

    La capitale de l’Ecosse est caractéristique non seulement par son style architectural neo-classique, mais aussi pour sa vie artistique animée tous les ans par les plus grands festivals d’art au monde.

    L'ECOSSE (2003)

    Le Château d’Edimbourg perché sur son roc volcanique surplombe une ville où les allées moyenâgeuses et les élégantes terrasses majestueuses détiennent plus de 10 siècles d’histoire, de mystère et de traditions.

    chateau-edimbourg2château d’Edimbourg

    Symbole de la ville qu’il domine du haut de son piton rocheux, le château d’Edimbourg occupe également une position hautement symbolique pour toute l’Ecosse. Les premières traces d’occupation humaine sur Castle Rock remontent à la préhistoire. Depuis, cet éperon de pierre, vestige d’un ancien volcan aujourd’hui éteint, a vu défiler certains des événements les plus marquants de l’histoire écossaise. Il est à coup sûr aujourd’hui le site historique le plus visité d’Ecosse. Mais il n’attire pas que des touristes. Les écossais lui accordent toujours une place très particulière car c’est en son sein que sont conservés les joyaux de la couronne écossaise, autres symboles de la nation.

    architecture d'Edimbourgarchitecture d’Edimbourg

     

    Les joyaux de la Couronne

    La salle de la couronne, au premier étage du palais abrite les joyaux de la couronne écossaise. On peut admirer la couronne, le sceptre et l’épée tels que l’écrivain Sir Walter Scott les redécouvrit en 1818. Ils furent en effet cachés en 1707 pour les protéger de Cromwell qui voulait s’en emparer. C’est dire si ces objets revêtent une importance capitale pour la couronne écossaise. A côté de ces trois objets se trouve la « Pierre de la Destinée ».

    L'ECOSSE (2003)

    pierre de la destinée

    Selon la légende, les rois d’Ecosse furent tous couronnés sur ce bloc de grès jusqu’à la fin du 13ème siècle.

    abbey strand

    abbey strand

    La chapelle Ste Marguerite de style normand, le plus vieil édifice d’Edimbourg fut construit en 1076. 

    L'ECOSSE (2003) chapelle Ste Marguerite

    Palais de Holyroodhouse 

    C’est la résidence officielle de Sa Majesté la reine en Ecosse. Cet élégant palais est étroitement associé à l’histoire de l’Ecosse, riche en événements et est peut être mieux connu comme étant l’ancienne résidence de la reine d’Ecosse Marie Stuart.

    L'ECOSSE (2003)

    Les appartements royaux sont magnifiquement décorés avec de superbes œuvres d’art de la Collection royale et sont utilisés par la reine pour les cérémonies d’Etat et les réceptions officielles.

    royal scott dragoon guards museum

    royal scott dragoon guards museum

    palais holyroodhouse

    palais Holyroodhouse

    Château de Stirling

    Dominée au nord par de hautes collines qui bordent la ligne d’horizon, la ville de Stirling est depuis des siècles la porte du Nord.

    L'ECOSSE (2003)

    Jadis son château fort qui surplombe la bordure des Lowlands du sommet d’un immense rocher, était la résidence principale des monarques écossais de la dynastie des monarques écossais de la dynastie des Stuarts et montait la garde sur les routes du Nord.

    Marie Stuart fut couronnée au château à l’âge de 9 mois.

    château de stirling

    château de Stirling

     

    ecosse

    L'ECOSSE (2003)

     


    votre commentaire
  • 20.000 VISITES 

     

    20.000 VISITES

    20.000 VISITES

     

    20.000 visites, cela se fête

    Revenez vite, rien ne s’arrête

    Pour vos lectures, vos avis

    De tout cœur je vous dis « merci ».

    Vos commentaires pour enrichir

    Ils servent aussi à embellir

    Les votes en plus me donnent envie

    De poursuivre la poésie

    Et vivre avec vous mes voyages

    Vous exposer mes paysages

    Mais en musique, c’est un plaisir

    De proposer et vous offrir

    Une palette de couleurs

    Parfois agrémentée de fleurs.

    « MERCI » à tous mes visiteurs

    J’espère vous donner du bonheur.

    Vers mon blog, venez-y à l’aise

    Au pays de la langue française !

     

    merci.jpg

     

    Josiane : http://josiane80.eklablog.com


    votre commentaire
  • LES ORTIES

    orties.jpg

    CE SOIR, ON MANGE DES ORTIES !

    Durant l’enfance, elles nous marquent de souvenirs brûlants. Plus tard, on leur voue un combat inégal pour les expulser de nos jardins. Mal-aimées, les orties offrent pourtant des saveurs originales … et peu chères !

    Nul besoin d’être expert en botanique pour la repérer, que ce soit en l’observant … ou en s’y frottant ! L’ortie est une plante bien de chez nous, appartenant à la famille des urticacées.

    D’un vert sombre, elle est couverte de poils urticants et se développe surtout dans les sols frais, humides et riches en éléments nutritifs. Résistant à bon nombre de pesticides, elle atteint parfois plus d’1,5 m de hauteur.

    LES ORTIES

    Du piquant sous la couette

    Au Moyen Age, les grimoires font la part belle à l’ortie. Elle était réputée pour soigner bon nombre de maux quotidiens tels que la toux, les saignements, les brûlures … Les guérisseurs de l’époque conseillaient de s’en flageller les jambes afin de traiter les douleurs articulaires. On ignore si leur prescription était respectée.

    Cette plante piquante avait également la réputation de rendre de la vigueur aux amants en perte d’énergie.

    LES ORTIES

    Aujourd’hui, elle a disparu des officines alors qu’elle amène toujours des nutriments intéressants. Elle est riche en vitamines A, B (B2 et B5), en fer, en silice, en zinc, en acide folique … Son taux de calcium est équivalent à celui retrouvé dans les fromages. Avec le risque d’allergies ou d’excès de calories en moins … Elle fournit même sept fois plus de vitamine C que l’orange. Avec de tels nutriments, elle multiplie les vertus : elle est dépurative, favorise les fonctions digestives, traite l’acné, lutte contre les ongles cassants et les chutes de cheveux… Elle représente un bon défatiguant, idéal à la fin de l’hiver.

    Une saveur de noisette

    Ce n’est pas pour ses vertus thérapeutiques que l’ortie connaît un nouvel attrait. Mais plutôt parce qu’elle fait une entrée fracassante dans nos casseroles. En effet, elle se cuisine simplement, à la manière des épinards. Et, contrairement à d’autres plantes, on ne risque pas de la confondre, lors de la cueillette, avec une autre espèce impropre à la consommation. S’il faut la prélever avec des gants, ses éléments urticants et notamment l’acide formique contenu dans les poils, disparaissent lorsqu’ils sont très finement hachés ou cuits durant à peine cinq minutes.

    LES ORTIES

    Cuisine chic

    Pas besoin de garnir votre portefeuille avant de la chasser : prélevez directement l’ortie dans votre jardin ou dans une prairie, en évitant malgré tout les abords des routes et les zones pulvérisées de pesticides. La période idéale ? Le printemps et l’été car ce sont les pousses jeunes qui sont les plus goûteuses et les plus tendres. Otez, avec des gants, les feuilles les plus jeunes, soit les sommités. Eliminez les tiges et toutes les parties dures. Rincez les orties à l’eau légèrement vinaigrée. Attention, le volume diminue fortement après le rinçage ; mieux vaut donc en prévoir une belle quantité au moment de la récolte. Aux fourneaux, la plante se transforme en jus, en tisane, en soupe, en soufflé, en tapenade, etc. Elle se marie parfaitement, dans les quiches par exemple, à d’autres légumes tels que les courgettes, les carottes, les courges, etc. Elle apporte un goût original aux purées, se transforme en gratin où elle se combine bien avec le fromage. Et surtout, elle reste un ingrédient vite cuit, plein de saveur, peu onéreux et disponible à portée de main… Ou plutôt de gant !

    orties1.jpg


    votre commentaire
  • LE VATICAN (2011)-Italie

    LE VATICAN (2011) - Italie

    Alors que tous les yeux sont rivés sur le Vatican, voici les coulisses du plus petit État du monde.

    Avant la naissance du Christ, la petite colline Vaticane, située à proxi­mité de la rive droite du Tibre à Rome, n’abritait que quelques villas. Siège de la papauté depuis saint Pierre, elle est aujourd’hui le territoire du plus petit État du monde, qui est aussi l’un des plus influents. Avec ses 44 hectares et son millier d’habitants, cette Cité-État, enclavée dans la capitale italienne, est quatre fois plus petite que la principauté de Monaco. C’est donc sur la colline du Vatican, dans le cirque construit par l’empereur romain Caligula, que saint Pierre trouva la mort en martyr, lors de la persécution des chré­tiens initiée par Néron en 64.

     

    le vatican

    LE VATICAN (2011) - Italie

    la chapelle Sixtine

     

    Sur le lieu de sa sépulture, l’empereur Constantin fit édifier entre 324 et 326 une basilique grandiose, qui fut remplacée par la basilique actuelle au cours des XVIe et XVIIe siècles.

     

    Sous l’autel papal tourné vers la grande nef, où seul le Saint-Père officie, se trouverait le tombeau de St Pierre, l’apôtre. Le baldaquin bâti par le Bernin en 1633 évoque justement un reposoir, ou un catafalque. Trois fois plus vaste que Notre-Dame de Paris, Saint-Pierre de Rome est la plus grande basilique du monde.

     

     

    LE VATICAN (2011) - Italie

    Le territoire du Vatican inclut le palais, les musées et les jardins du Vatican, la place et la basilique Saint-Pierre.

    LE VATICAN (2011) - Italie

    Mais les droits de cette Cité-État s’étendent sur douze autres édifices de Rome, dont Castel Gandolfo (la rési­dence d’été des papes).

    LE VATICAN (2011) - Italie

    C’est par les accords du Latran en 1929 que le Vatican est créé comme représentation tempo­relle du Saint-Siège. Comme tout État indépendant, la Cité a son propre drapeau (jaune et blanc), son sceau, sa monnaie, ses timbres.

     

    le vatican

    LE VATICAN (2011) - Italie

     

    L’État pontifical possède une impri­merie, un tribunal, une station de radio, une centrale électri­que et une gare. Sans oublier ses nombreux trésors artisti­ques !

     

    le vatican

     

    Un Institut de beauté pour les grands chefs-d’œuvre

     

    Les collections de la cité du Vatican figurent parmi les plus riches du monde. Des « chirurgiens de l’art » s’emploient en permanence à restaurer les tableaux exposés dans les onze musées, cinq galeries, 1400 salles et chapelles que compte l’Etat pontifical.

    LE VATICAN (2011) - Italie

    Un bunker secret 

    Les archives secrètes du Vatican ont été fondées officiellement par Paul V en 1612. Elles sont stockées dans un modeste bunker de ciment de deux étages, construit sous la cour des musées du Vatican. Sur les 85 km d’étagères que compte cet espace où il est très difficile de pénétrer se trouvent des documents d’une importance historique capitale : les minutes du procès de Galilée, la requête de divorce de la première épouse d’Henri VIII, la bulle d’excommu­nication de Martin Luther… Depuis 1881, ces archives sont ouvertes aux chercheurs, à l’exception des archi­ves datant de la Seconde Guerre mondiale.

    le vatican

     

    La plus petite armée du monde

    Avec ses uniformes jaune, rouge et bleu, la garde suisse pontificale constitue la plus petite armée du monde, avec 110 hommes chargés de la défense du Pape. Elle est en place depuis un peu plus d’un demi-millénaire. En 1506, le pape Jules II fait appel à une garde suisse pour assurer sa sécurité et celle du Vatican. Les mercenaires suisses étaient un choix logique, ils étaient les plus réputés d’Europe. Les recrues doivent être de nationalité suisse, de confession catholique, non mariées et avoir entre 19 et 30 ans.

     

    le vatican


    2 commentaires