• DANS LE CIEL 

    Soleil, belle source de lumière et de vie

    Rayonnement nécessaire sur notre terre

    Tu réchauffes l’atmosphère, océans et mers

    En brûlant de mille feux tu nous gratifies.

    953685.jpg

     

    Jolie lune, tu donnes naissance aux marées

    Tu nous envoûtes par la clarté de tes nuits

    Et ta lumière romantique nous conduit

    Vers le chemin de l’amour, des passions volées.

    lune.jpg

     

    Etoiles scintillantes de la voie lactée

    On ne peut te compter, tu dépasses le temps

    Astre radieux tu brilleras très longtemps

    Et ta constellation nous étonne d’emblée !

    De mer ou filante, ou étoile de Noël

    Symbole de clarté, tu restes éternelle !

    étoile.jpg

     

    Soleil, lune ou étoiles, accrochés au ciel

    Que ferions-nous sans vous, vous êtes essentiels

    Mais soleil en nos cœurs est aussi important

    Clair de lune de miel, c’est le temps des amants

    Les étoiles de beaux yeux inondés d’amour

    Dans le ciel de nos vies, chaque jour nous entourent !


    2 commentaires
  • MIEUX RESPIRER

    respiration

    MIEUX RESPIRER POUR ETRE ZEN

    La respiration permet d’abord … de vivre !

    En effet, grâce à ce réflexe, les poumons récupèrent l’oxygène présent dans l’air pour le distribuer à toutes les cellules de notre corps. Ensuite, ils rejettent le gaz carbonique et les toxines accumulés dans l’organisme. En une journée, ce sont quelque 500 litres d’oxygène qui sont ainsi absorbés.

    Il existe néanmoins deux formes de respiration : la respiration thoracique et la respiration abdominale. La première fournit rapidement de l’oxygène aux cellules et donne un coup de fouet. Elle se remarque pendant l’exercice physique, en cas de peur ou de colère. A ce moment-là, les muscles situés sur les côtes se contractent ; l’air pénètre dans la partie haute de la poitrine. Le souffle est court, rapide, déchaîné et haletant. S’il persiste, on s’installe dans un stress permanent : les muscles restent tendus et cette respiration entraîne une hyperventilation responsable de fourmillements dans les doigts, d’un malaise, de vertiges, de palpitations, de crises d’anxiété, etc… Or nous retenons notre souffle à longueur de journée. D’abord parce qu’on vit dans un état de tension quasi perpétuel. Ensuite, parce que, par souci de coquetterie, on rentre constamment le ventre !

    A fond la forme

    Pendant la journée, c’est la respiration abdominale ou diaphragmatique qu’il faudrait privilégier. Elle est assurée par le muscle séparant le thorax de l’abdomen, intitulé le diaphragme. Cette respiration est plus large et permet une détente généralisée.

    Anti-stress express

    Le gros soupir aux vertus apaisantes nécessite, dans nos cultures, un réel apprentissage. Elle réduit fortement les crispations musculaires et estompe notamment les maux de dos.

    • 1) Debout, assis ou allongé, commencez par expirer à fond et vider vos poumons. Posez les mains sur le ventre, à hauteur du nombril.
    • 2) Inspirez ensuite lentement en écartant les épaules et en soulevant la paroi abdominale. Les doigts se soulèvent lentement. Inspirez plutôt par le nez car ce dernier réchauffe l’air, l’humidifie et le filtre.
    • 3) La poitrine se gonfle.
    • 4) Après un temps d’arrêt, expirez lentement en vidant le ventre puis la poitrine. Les mains redescendent …

    Rire et bailler

    Il existe bien d’autres manières de respirer utile. Le rire demande une forme particulière de respiration proche de celle du yoga : une inspiration brève, une apnée, une expiration longue et saccadée. S’esclaffer exige la dilatation de 400 millions d’alvéoles pulmonaires, soit trois fois plus que lors de la respiration normale. Quant au bâillement, c’est un réflexe naturel qui fournit un bol d’oxygène à nos neurones somnolents mais aussi à toutes les cellules de l’organisme. Il se décompose en trois phases successives. Une longue inspiration, une pause et une expiration rapide. On baille pour se remettre en mouvement mais aussi quand on a faim, dès qu’on a bien mangé, lorsqu’on est enceinte, si on a sommeil ou alors qu’on se réveille …

    N’hésitez donc pas à vous décrocher les mâchoires, il n’existe aucun danger d’overdose, juste un risque de … luxation des mandibules !

    respiration1

     


    votre commentaire
  •  NAMUR, capitale de la Wallonie - Bel.

    drapeaux

     

    NAMUR, CAPITALE DE LA WALLONIE

    Depuis le 11 décembre 1986, Namur est la capitale de la Wallonie et de ses 3,5 millions d’habitants, au coeur de l’Europe des Régions.
    Le 
    Gouvernement wallon a pris ses quartiers au bord du fleuve et le Parlement s’est installé juste en face, sur ce confluent de la Sambre et de la Meuse qui attire les hommes depuis la Préhistoire.

    Namur est connue, politiquement, comme capitale de la Wallonie. Au niveau touristique, la Citadelle, le Grognon et quelques monuments marquants retiennent l’attention du visiteur de passage. Découvrez cette ville sous un autre aspect.

    Namur a la réputation d’être une ville bourgeoise mais en vous promenant dans le quartier de l’Ilon, vous approcherez un Namur populaire et marqué par des «industries» qui ont fait sa réputation européenne : tanneries, poteries, verreries, … Ce quartier a toujours eu mauvaise réputation mais il est le témoin vivant d’un brassage social hors du commun.

    Celui qui, une seule fois, s’est arrêté dans la province de Namur garde d’abord, comme une empreinte sur la peau, le souvenir de sa beauté. La langueur de la Meuse, les ventres ronds du Condroz, les rires des vallées, le frémissement des blés bercés par la Hesbaye, la force de la Famenne et de l’Ardenne, ce relief, loin d’être fade, n’agresse jamais.

    namur

    Au pied de sa citadelle, nichée au creux de la Sambre et de la Meuse, Namur montre ses charmes à ceux qui osent se perdre dans le dédale de rues et de ruelles de la vieille ville. Au gré de ses statues, ses fontaines, ses places typiques, ses maisons, ses musées ou sa cathédrale, Namur évoque, depuis des siècles, un certain art de vivre.

    Le Grognon

    Une langue de terre appelée Le Grognon, conserve les traces des origines de la ville.
    Le site nous livre enfin ses secrets au terme de plus de 10 ans de fouilles archéologiques…

    Le Grognon est le cœur historique de Namur.

     

    le Grognon

    le grognon

    Les villages sont au diapason de cette harmonie et même les villes ont réussi à conserver, au-delà de la beauté de leurs monuments et sites, ces petits riens de douceur qui font tout.

    Toute proche de Bruxelles, capitale de l’Europe, bien servie en axes routiers, ferroviaires et fluviaux, abritant de surcroît la capitale wallonne, la région namuroise est aussi riche de milliers d’entreprises.

    Rien de plus désespérant qu’une beauté froide, de plus agaçant qu’une beauté qui s’ignore et dont on ne peut même pas profiter à son insu. Une ville a beau être charmante, on la désertera vite si l’on y passe son temps à jouer du klaxon en cherchant un parking pour, une fois devenu piéton, n’avoir pas encore le sentiment d’être roi. Un fleuve peut être superbe, il vous chassera s’il est mort ou vous donne l’impression de n’appartenir qu’à d’autres.

     

    LA CITADELLE DE NAMUR INSCRIT SON PASSÉ DANS L’AVENIR

    L’éperon rocheux veille depuis des millénaires sur le Grognon, confluent de la Meuse et de la Sambre. Le site attira les hommes dès la préhistoire et devint, par la suite, le berceau d’une petite ville gallo-romaine.

    Au confluent de la Meuse et de la Sambre, la citadelle est la plus grande d’Europe par son réseau de souterrains.

    le confluent

    le Confluent de la Sambre et de la Meuse à Namur

    Témoin privilégié du passé, convoitée par les envahisseurs successifs de la ville, la citadelle se veut aussi tournée vers le futur. Les traces de ces 2000 ans d’histoire restent bien tangibles : on y a encore découvert récemment la pierre funéraire d’un citoyen romain.

    citadelle namur

    Aujourd’hui la citadelle n’est plus assiégée que par les touristes et, un week-end par an, par les concurrents du championnat du monde de moto-cross 500 cc. Mais ses bâtiments, ses fortifications et ses souterrains sont là pour rappeler qu’elle fut un château fort au Moyen-Âge, que Louis XIV en fit le siège en 1692 avant de perdre la place trois ans plus tard, que le hollandais Coehoorn et le français Vauban en furent les architectes, qu’elle devint le siège d’une garnison hollandaise puis d’une caserne de l’armée belge, avant que celle-ci n’en remette solennellement les clés à la ville.

    La Citadelle de Namur a, de tous temps, occupé une position stratégique au cœur de l’Europe. D’abord centre de commandement d’un important comté au Moyen Age, elle fut ensuite convoitée et assiégée par tous les Grands d’Europe entre le 15ème et le 19ème siècle. A partir de 1891, on la transforma en vaste parc, véritable poumon de verdure surplombant la capitale de la Wallonie.

    la meuse

    Aujourd’hui, c’est le touriste qui monte à l’assaut de la citadelle, témoin privilégié de 2000 ans d’Histoire. Découverte en plein air, au travers de circuits pédestres jalonnés d’explications historiques; découverte souterraine, en parcourant les kilomètres de galeries aménagées au cours des siècles pour la défense d’une des plus grandes citadelles d’Europe.

    terra nova

    Terra Nova à la Citadelle

    Situé au sommet de la citadelle, entouré d’un parc, le Château de Namur, un hôtel 4 étoiles, dispose de 29 chambres avec tout le confort, et d’un restaurant gastronomique. Le restaurant l’Ermitage propose un menu à la carte pour régaler les plus fins gourmets.

    chateaule château de Namur

     

    L'Ecole Hôtelière de la Province de Namur (EHP) est l'un des fleurons de l'enseignement secondaire organisé au sein de l'Apef (Administration provinciale de l'enseignement et de la formation). Sa mission: former les futurs professionnels de l'Hôtellerie.

    NAMUR, CAPITALE DE LA WALLONIE

    La gare

    Sa façade, en pierre de France,  est ornée des blasons des neuf premières provinces de Belgique et de celui du pays.

    Avec plus de 100.000 voyageurs par semaine, il s’agit de la première gare de Wallonie en nombre de voyageurs. Des travaux de rénovation très importants y ont été menés, et la nouvelle gare, inaugurée le 19 septembre 2002, est désormais une des plus modernes du réseau, avec toutes les facilités pour les personnes à mobilité réduite.

    gare namur

    Le casino

    Situé en bord de Meuse et au pied de la superbe citadelle de Namur, le Casino Club vous ouvre ses portes tous les jours de l’année.

    NAMUR, CAPITALE DE LA WALLONIE

    Blanche de Namur… 

    Blanche de Namur, née entre 1313 et 1318 est l’aînée des filles de Jean 1er et Marie d’Artois. On raconte que Magnus II Eriksson, roi de Suède et de Norvège, fut séduit par la grâce et la beauté de la jeune Namuroise pendant l’été 1334, alors qu’il faisait route pour la France en quête d’une épouse et qu’il s’était arrêté dans un château de Flandre.
    La princesse s’embarqua pour la Scandinavie en août 1335. Elle était accompagnée de son frère, le comte de Namur Philippe III, et ne devait jamais revoir les rives de la Meuse. Le 24 juin 1336, à Stockholm, Blanche était couronnée reine de Norvège, de Suède et de Scanie.
    Au cours d’un règne mouvementé, marqué par l’influence de sainte Brigitte, les deux époux eurent plusieurs enfants, dont deux fils, Eric et Hakon, qui succédèrent à leur père.
    Blanche de Namur mourut en 1363. Elle est toujours très populaire en Suède, où elle est réputée avoir introduit la culture française et où tout le monde connaît la berceuse « Rida Ranka », qui lui est dédiée.

    Blanche de Namur

    blanche de namur

     

    La bière « blanche de Namur » est, malgré son nom, une bière blonde et trouble. 
    Née deux ans après le lancement de la première bière blanche, elle fait partie des précurseurs. 
    Elle distille des arômes de houblon, de froment, de citron, d’orange et de coriandre. Son arrière goût est proche de celui de l’écorce d’orange. Elle donne une impression de fraîcheur en bouche avec une bonne et longue amertume.

    bière 

     

    Le beffroi, construit en 1388 

    Remarquable témoin de l’architecture militaire régionale du 14ème siècle, la tour Saint-Jacques était la plus grosse tour des enceintes médiévales de Namur. 

    beffroi 1388

     

    L’Arsenal

    L’arsenal est un bâtiment militaire édifié par les Français en 1692-1693, après le siège victorieux de Namur, pour renforcer la place face aux coalisés de la ligue d’Augsbourg. Protégé par les remparts, il a été construit sur ordre de Vauban, commissaire des fortifications de Louis XIV, à proximité d’une voie d’approvisionnement, la Sambre.

    arsenal

     

    Le parc Louise-Marie

    Le parc Louise-Marie a été aménagé en 1879 et 1880 à l’emplacement du fossé de l’enceinte du 14ème siècle, transformé tardivement en refuge à bateaux. L’étang en rappelle le souvenir.

    parc louise marie

     

    Les Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix

    A Namur, les Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix (FUNDP) sont au nombre de six : philosophie et lettres, droit, sciences économiques et sociales, informatique, science et médecine.

    NAMUR, CAPITALE DE LA WALLONIE

     

    Le marché aux légumes

    Lieu de rencontre des Namurois, la place du Marché aux légumes a été créée sur les ruines de l’ancienne église Saint-Loup, de son cimetière et des maisons de marguilliers.

    Aménagée en 1781, elle forme un petit quadrilatère sur lequel aboutit le dédale des rues étroites dont le tracé a peu changé depuis le Moyen Age. Plantée de quelques tilleuls et bordée de maisons à rez commerciaux construites aux 18ème et 19ème siècles, elle abrite notamment le célèbre café  » le Ratin-Tot  » qui passe pour le plus ancien de la ville (1616).

    ratintot02

    le « Ratin tot » plus vieux café de Namur

     

    vieux namur

    Le vieux Namur

    En septembre, Namur vibre aussi au rythme des Fêtes de Wallonie. Début du mois d’abord, la Société Royale Moncrabeau plus communément appelée « Les Quarante molons », organise sur la place du Théâtre, un concours de mensonges. Les « menteries » sont proposées en wallon par les candidats au titre annuel de « roi des menteurs ». Le troisième w.e. ensuite, les rues de la ville sont envahies par la liesse populaire. La bière et le peket y coulent à flot. On y organise de nombreuses manifestations culturelles, expositions, concerts et récitals. On y entend souvent Li Bia Bouquet (chant officiel de la Ville depuis 1856) et Viv Nameur po tot, chant de ralliement des Namurois.

    Même si la façade de la Justice de paix n’a pas cent ans et si la partie gauche de celle du Palais provincial date de …1937, l’ensemble de la place constitue un joyau du XVIIIe siècle, insuffisamment apprécié des Namurois eux-mêmes.

    La cathédrale Saint-Aubain de Namur est le siège du diocèse de Namur. Sa construction a été entreprise en 1751 et terminée en 1767. La consécration a eu lieu le 20 septembre 1772. Son patron est Alban de Mayence. Elle fait partie du Patrimoine majeur de Wallonie.

    st aubain

    Au centre, la cathédrale St Aubain

     

    Le folklore

    Le combat des échasseurs représente une coutume issue du passé, mais bien présente dans le folklore local actuel. La tradition des joutes d’échasses est ancienne, comme le prouve un document officiel datant de 1411, interdisant la pratique de ce « sport « , ce qui laisse présumer l’utilisation des échasses bien plus ancienne.

    échasseurs

    le combat des échasseurs à la « Wallonie » en septembre de chaque année.  

     

    Gastronomie

    Si Namur s’affiche capitale de la Wallonie, elle peut également s’enorgueillir d’être capitale de la gourmandise.

    L’escargot, ce gastéropode à coquille, qui est devenu l’emblème de la ville, occupe une place de choix dans ces préparations ; les poissons de rivière sont également très présents, accommodés de diverses façons ; les volailles ne sont pas en reste non plus !

    escargot

    « Françwès et Djoseph »

     

    Les 40 Molons

    La Royale Moncrabeau est probablement la société folklorique et philantropique la plus ancienne de la Wallonie.
    Fondée en 1843, la Royale Moncrabeau est une société  » chantante « qui conjugue « Plaisir et Charité » !

    40 molons

    la Société Royale Moncrabeau « les 40 >Molons »

     

    Les Namourettes

    Les Namourettes, ce sont les Vaporetto de Namur. C’est ainsi que l’on appelle les baleinières de 12 places qui naviguent sur la Meuse et la Sambre de mai à fin septembre.
    Il y a actuellement 3 Namourettes en circulation qui effectuent un service régulier toutes les 30 minutes (toutes les 15 minutes durant le week-end) entre 5 points d’arrêts différents.

    Un petit bateau de transport de passagers navigue sur la Meuse et la Sambre, entre Jambes et Salzinnes. Il porte le joli nom de « Namourette », en référence à sa ville d’adoption et à ses grands frères vénitiens. Partant du port de plaisance de Jambes « Henri Hallet » (rive droite de la Meuse), la navette fait l’aller/retour vers Tabora (rive droite de la Sambre) en passant par le Pont des Ardennes, le quai de la Porte « Sambre et Meuse » (pied de la Halle al’Chair, rive gauche de la Sambre) et le Pont de l’Evêché.

    namourette

     

    Tout récemment et encore en inactivité, voici "L'ENJAMBEE", passerelle reliant Namur à Jambes.

    NAMUR, CAPITALE DE LA WALLONIE

    Mais partout transpire cet art de vivre typiquement namurois, fait de bonheurs simples, de beauté, de moments agréables. Et si la tradition veut que le namurois soit d’une lenteur exemplaire, ne serait-ce pas pour prendre le temps d’apprécier vraiment le meilleur de la vie ? 

     

    Voici un poème qui, contrairement aux autres, n’est pas de ma plume. Provient du livre « Poèmes pour Namur ».

     marché aux legumes

     

    NAMUR 

    « Au seuil de ce poème où tremble ton visage,

    J’écris ton nom, Namur, pour sa grande fraîcheur ;

    Pour les cris des oiseaux roulés dans ton feuillage ;

    Pour tes chemins légers, brouillés d’herbe et de fleurs.

     

    Namur, j’écris ton nom pour ton profond silence,

    Pour le bruit de la pluie sautant sur tes pavés,

    Pour les plongeons rieurs des baigneuses dorées ;

    Pour tes eaux et tes rues, bruissant de souvenances …

     

    J’écris ton nom pour tes collines chuchoteuses,

    Pour tes vergers craquants, pour le vent de la Meuse,

    Pour tes saisons, pour la hauteur de mon désir ;

     

    Pour tes bastions aigus, pour tes arches anciennes,

    Pour les dessins naïfs de tes hautes enseignes ;

    Pour la couleur du temps. Pour rien. Pour le plaisir. »

    citadelle

     


    2 commentaires
  • BRUXELLES, capitale de la Belgique (mes visites chaque année)

    Bruxelles, capitale de l’Europe, du royaume de Belgique, s’est fait connaître par la Grand-Place, le Manneken-Pis et l’Atomium, aujourd’hui entièrement rénové. Bruxelles est devenu un village européen.  

    BRUXELLES, capitale de la Belgique

    La grand place

    A l’origine, la Grand Place était le lieu d’un grand marché. Son nom flamand, « Grote Markt », (« Grand Marché » en français) est d’ailleurs resté plus proche de la réalité historique ancienne.

    Les noms des rues environnantes traduisent la diversité des métiers qui s’installaient autour de la Place. On a par exemple, la rue des Brasseurs, la rue des Bouchers, du Marché aux Herbes, etc.

    Au début les maisons étaient en bois, rarement en pierres.

    Puis au 13e siècle et 14e siècle, les maisons furent construites en pierres en raison de l’essor économique de Bruxelles. 

    Mais vers le 15e siècle, la Grand Place est devenue un lieu de prestige. Les marchands se sont donc déplacés dans les rues autour de la Grand Place. 

    La Grand-Place est la place centrale de Bruxelles. Mondialement renommée pour sa richesse ornementale, elle est bordée par les maisons des corporations, l’Hôtel de Ville et la Maison du Roi. Elle est généralement considérée comme l’une des plus belles places du monde (selon Victor Hugo, entre autres). La Grand-Place de Bruxelles a été inscrite en 1998 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

    grand place.jpg

    La Maison du Roi était dès le XIIe siècle un bâtiment en bois où l’on vendait le pain, d’où le nom qu’il a conservé en néerlandais, broodhuis (maison du pain). Il a été remplacé au XVe siècle par un bâtiment en pierre qui abritait les services administratifs du duc de Brabant, c’est-à-dire le bureau du Receveur général du Domaine de Brabant. Raison pour laquelle on l’appela Maison du Duc, et quand ce même duc devint roi d’Espagne, Maison du Roi. Charles Quint le fit à son tour reconstruire en style gothique tardif, fort semblable à celui que l’on peut voir actuellement, quoique sans tours ni galeries. La Grand Place est devenue ainsi le centre politique de la ville. 

    maison du roi.jpg

    L’Hôtel de Ville a été construit entre 1402 et 1455. Il est le seul témoin architectural de la place du Moyen Âge. 

    hôtel de ville.jpg 

    Tous les deux ans, c’est une surprise différente. Les maîtres-horticulteurs de Gand viennent rehausser la somptueuse Grand-Place de dessins et de décors raffinés, dont les tracés sont gardés secrets jusqu’à leur mise en œuvre ultime. Par camionnettes entières, ce sont ainsi 700.000 bégonias qui viennent composer cette fresque colorée, chatoyante et éphémère…

    bégonias.jpg

     

    Folklore

    Le Meyboom, l’Ommegang, la Zinneke Parade, Toone… Bruxelles, en plein cœur d’influences du nord et du sud, s’est forgé une culture, un parler, et un folklore propres. Ce folklore, c’est celui de l’accent « brusseleir » (celui que nos voisins français identifient à l’accent « belge »), bien entendu, mais c’est aussi celui d’une ville qui a su intégrer, au fur et à mesure des nouvelles cultures qui s’y installaient, l’apport des civilisations du nord, du sud, et de plus loin encore.  

     

    L’histoire de Manneken-pis

    Un riche bourgeois avait égaré son jeune fils dans la foule au cours de festivités organisées à Bruxelles…

    Après cinq jours de recherches infructueuses, l’enfant a été retrouvé, urinant  avec désinvolture au coin de la rue de l’Étuve.

    Le père, reconnaissant, a alors financé la construction d’une fontaine ornée d’une statuette en bronze se livrant à la même occupation…

    manneken pis.jpg 

    L’Atomium 

    Bâtiment mythique de l’Expo 58, brille de mille feux sur le ciel de Bruxelles. Dans les sphères, au fil d’un parcours original, vous pourrez découvrir plusieurs expositions et un panorama exceptionnel sur la ville de Bruxelles. 

    Ce symbole spectaculaire de l’âge  atomique représente une molécule de cristal de fer agrandie 165 milliards de fois.

    Sa structure en acier revêtue d’aluminium (dans le cadre de la rénovation, on y place de l’acier inoxydable) est composée de 9 sphères de 18 m de diamètre, représentant à l’origine les neuf provinces belges. 

    atomium.jpg

    NOTRE ATOMIUM

    Joyau symbolique de notre cher pays

    Toi qui représente avec beaucoup d’élégance

    Chaque province en nous signalant sa présence

    Et brillant de mille feux, tu nous as conquis.

    Car pour l’étranger, tu es notre référence

    De la capitale, le blason bien acquis.

     

    Créé pour notre Exposition Universelle

    Mil neuf cent cinquante-huit fut l’année si belle

    Où tu rayonnas pour des millions de personnes

    Ton atome imposant, ta couleur uniforme.

     

    Monument de Bruxelles, en cristal de fer

    Ton bâtiment mythique composé de tes sphères

    En dominant le Heysel avec tes neuf boules

    Et ton emblème universaliste en découle.

     

    Structure, architecture, « force par l’Union »

    50 ans de vie, la Belgique, ses régions

    Brille encore et toujours dans le ciel bleu-azur

    Sois témoin du passé, du présent, du futur ! …

     

    Mini-Europe

    Situé au pied de l’Atomium, MINI-EUROPE est le seul parc où, en quelques heures, vous voyagez à travers l’Europe. Un périple que vous ne ferez nulle part ailleurs. Flânez dans les atmosphères typiques des plus belles villes du Vieux Continent. Le carillon incomparable de Big Ben vous accueille au coeur de Londres. Les gondoles et les mandolines vous font découvrir les charmes de Venise. Suivez le T.G.V. de Paris jusqu’à l’autre bout de la France. Déclenchez vous-même les animations: l’éruption du Vésuve, la chute du mur de Berlin, la corrida à Séville et tant d’autres…

    mini europe.jpg

     

    Les musées de Bruxelles

    La Région de Bruxelles-Capitale est très riche en musées, puisque quelque 80 musées sont présents sur son territoire. Traitant de l’art, des techniques, de l’industrie, des sciences, du folklore, de la littérature, de l’histoire et de bien d’autres choses encore, ils offrent tous un visage différent de Bruxelles. Ils étonnent par la richesse de leurs collections et le regard nouveau qu’ils portent sur les cultures du monde entier.

    AUTOWORLD  BRUXELLES est le musée le plus important d’Europe consacré aux voitures anciennes en raison de la taille importante du musée et de la diversité des collections de carrosse et d’automobiles de toutes les époques.  Ce « Crystal Palace » a été construit en 1880 sur les instructions du Roi Léopold II pour commémorer le 50ièmeanniversaire de la création de la Belgique.  Ce monument historique complètement restauré par l’Etat belge est situé dans le centre de Bruxelles, tout près du Building des Communautés Européennes.

    autoworld.jpg

    Les Marolles est un quartier populaire et gouailleux de Bruxelles. C’est le quartier du parler vrai du brusseleer et de la zwanze. Les artères principales de ce quartier sont la rue Haute, la rue Blaes et la place du Jeu de balle. Le quartier des Marolles a toujours accueilli les habitants les plus défavorisés de la capitale mais aussi les plus épris de liberté. C’est dans les Marolles qu’éclatent les premières luttes urbaines pour une rénovation respectueuse du tissu urbain et social. Aujourd’hui encore ce quartier bruxellois est habité par des artisans, des travailleurs allochtones et des personnes âgées.

    Le Sablon

    Le Sablon était jadis une vaste plaine déserte, entrecoupée de marécages, de prairies et de sable.  Un ermite y vivait et l’hôpital Saint-Jean y ensevelissait, au XIIIe siècle, les morts que son cimetière exigu ne pouvait plus contenir. 

    L’érection de la chapelle de Notre-Dame, en 1304, par les arbalétriers fut le signal de la transformation de ce désert. 

    jeu de balle.jpg

    Au XVe siècle, le quartier avait pris déjà une grande extension et on reconstruisit dans un style somptueux la chapelle de Notre-Dame.

    église du sablon.jpg 

    Aéroport

    Situé à moins de 14 km du centre de Bruxelles, Brussels Airport, aéroport de la capitale de l’Europe ( BRU ) est en constante évolution… 

    aéroport.jpg

    Brussels by night… Bruxelles est bien une ville de la nuit, et comme toutes les métropoles urbaines, il y a toujours de quoi faire le soir et même après dans l’un ou l’autre restaurant, bar, discothèque …

    la nuit.jpg

     


    votre commentaire
  • LES DICTONS DE MARS 

    mars.jpg

    Au bout du fil l’araignée, la journée sera mouillée.

    • Au mois de mars, pluie et vent fou, sur nos gardes tenons-nous.

    • Bon merle, en mars, a déjà fait sa nichée.

    • Brouillard en mars, gelée en mai.

    • De mars la verdure, mauvaise augure.

    • Des fleurs qui s’ouvrent en mars, on n’en a que le regard.

    • En mars, vent ou pluie, que chacun veille sur lui.

    • Gelées du mois de mars, donnent le blé puis le lard.

    • Le beau temps en mars se paye en avril.

    • Le coucou ramène le temps doux.

    • Le mois de mars est souvent amer.

    • Les giboulées de mars ne se perdent jamais.

    • Les pluies de mars sont amères.

    • Limaçon aventureux, le temps sera pluvieux.

    • Mars bon ou méchant, le bœuf à l’herbe et le chien au-dedans.

    • Mars est fou, mars n’a pas deux jours pareils.

    • Mars martèle, avril poignarde.

    • Mars pluvieux, disette d’œufs.

    • Mars qui rit, malgré les averses, prépare en secret le printemps.

    • Mars sec, c’est du blé partout.

    • Mars venteux, verger pommeux.

    • Mieux vaudrait semer moins, labourer davantage.

    • Neige de mars brûle le bourgeon.

    • Neige de mars vaut fumier.

    • Où pousse la fougère, c’est la bonne terre.

    • Pluie de mars grandit l’herbette et souvent annonce disette.

    • Pluie de mars, tant vaut pisse de renard.

    • Printemps battant, jardinier courant.

    • Printemps pluvieux, été serein.

    • Quand au printemps, la lune est claire, peu de noix espère, si la lune est trouble, la noix redouble.

    • Quand il tonne en mars, jardinier prend garde.

    • Quand il tonne en mars, le fermier enrage.

    • Quand il tonne en mars, le vigneron se lasse.

    • Quand les grenouilles chantent en mars, le beau temps est revenu.

    • Quand mars fait avril, avril fait mars.

    • Quand mars se déguise en été, avril prend ses habits fourrés.

    • Si mars commence en courroux, il finira tout doux.

    • Si mars ne montre ses averses, c’est tout l’an qui en a la tristesse.

    • S’il neige en mars, gare aux vergers.

    • Soleil et pluie, beau temps de mars.

    • Taille tôt, taille tard, taille toujours en mars.

     mars1.JPG


    2 commentaires