• ESCAPADE EN TURQUIE (1995)

    REMONTEZ LE TEMPS EN TURQUIE

    D’Istanbul à la Riviera méditerranéenne, de la Cappadoce aux confins de la mer Noire, la Turquie est une merveille à découvrir.

    Turquie

    la Cappadoce

    Une capitale unique au monde et un littoral superbe tout au long de centaines de kilomètres, des villes captivantes et des témoignages de l’Antiquité à la pelle, une nature faite de plateaux et de montagnes, de collines et de plaines aux allures d’Asie centrale. Ajoutez à cela des traditions hautes en couleur et une gastronomie riche en saveurs, sans oublier un accueil sans pareil.

    ESCAPADE EN TURQUIE (1995)

    D’Istanbul à la mer Egée

    A cheval sur deux continents, Istanbul compte 13 millions d’habitants.

    ESCAPADE EN TURQUIE (1995)

    Ste Sophie

    La capitale offre à la découverte les mythes de sa mégapole vibrante : Mosquée bleue, Corne d’Or, Sainte-Sophie, palais de Dolmabahçe et de Topkapi, caravansérails et souvenirs ottomans, palais impériaux du Bosphore, minarets dans le soir couchant, ferries et bateaux traversant le Bosphore …

    ESCAPADE EN TURQUIE (1995)

    Corne d'Or

     

    ESCAPADE EN TURQUIE (1995)

    Topkapi

    Autant d’images qui illustrent cette ville unique au monde. Aux carrefours de l’histoire et de la géographie, elle est une destination désormais tendance. Mais il y a également d’autres villes et attraits à découvrir dans cet immense pays, grand comme 25 fois la Belgique.

    ESCAPADE EN TURQUIE (1995)

    le Bosphore

    turquie,Cappadoce,

    Istanbul

    ESCAPADE EN TURQUIE (1995)

    Mosquée bleue

    Parmi les régions les plus visitées viennent les côtes égéenne et méditerranéenne, lesquelles sont bien desservies par des aéroports reliés à nos villes belges.

    turquie,Cappadoce,

    Mosquée bleue

     

    ESCAPADE EN TURQUIE (1995)

    Izmir

    A l’ouest, la mer Egée baigne la côte d’Izmir à Fethiye, avec ses stations balnéaires au fond de superbes anses échancrées aux collines couvertes de forêts de pins : Bodrum, Marmaris, Kusadasi.

    turquie,Cappadoce,Istanbul,MerEgee,Mosquée bleue,

    mer Egée

     

    Si les lieux comptent des plages splendides et de nombreux hôtels, leur intérêt réside également dans la proximité de grands sites historiques incontournables comme Milet, Priène, Didyme, Pergame, Sardes et surtout Ephèse.

    turquie,Cappadoce,Istanbul,MerEgee,Mosquée bleue,

     Ephèse

    ESCAPADE EN TURQUIE (1995)

    Priène

     

    Fondée par les Grecs, Ephèse fut l’une des douze cités d’Ionie, à l’aube de la civilisation européenne. Elle est célèbre pour ses ruines imposantes et figure parmi les sites majeurs de l’Antiquité avec les ruines de l’immense et magnifique temple de la déesse Artémis, l’une des Sept Merveilles du monde. Bodrum fut également une des sept merveilles de l’Antiquité avec le mausolée de l’ancienne Halicarnasse.

    turquie,cappadoce,istanbul,meregee,mosquée bleue,ephèse;bodrum

    Bodrum

     

    Connue pour les sports nautiques et comme point de départ pour les croisières en goélettes le long des côtes, Bodrum dispose d’infrastructures hôtelières très importantes. La cité est toujours dominée par la forteresse Saint-Pierre, dominant le port et les caïques prêtes à larguer les amarres pour des croisières inoubliables.

    ESCAPADE EN TURQUIE (1995)

    Bodrum

    Hors des sentiers battus

    Une Turquie moins touristique et plus mystérieuse se découvre en son cœur, avec la Cappadoce et ses paysages minéraux hérissés de cônes, colonnes et cheminées de fées dues à l’érosion de sols volcaniques. Pour ceux qui veulent découvrir une Turquie moins connue, direction le nord-est avec la mer Noire et ses plantations de thé, les monastères perchés près de Rize et plus loin, presque en Géorgie, les plateaux orientaux aux allures de « Petit Pakistan », avec les villes de Uzungöl, Yusufeli, Erzurum …

    turquie,cappadoce,istanbul,meregee,mosquée bleue,ephèse;bodrum

    Uzungöl

     

    Riviera turque

    Au sud-est, les vagues de la Méditerranée dialoguent avec la mer Egée.

    Baignée de soleil plus de 300 jours par an et protégée des vents du nord par les monts Taurus, la Riviera turque est un coin de paradis avec des dizaines de kilomètres de plages de sable fin.

    Jusqu’à Alanya et sa forteresse dominant la mer, cette côte couleur turquoise aligne les cités balnéaires de Belek, Kemer, Lara, Side et Antalya.

    ESCAPADE EN TURQUIE (1995)

    Antalya

    Cette dernière est la « perle de la Riviera » et se trouve tout près de Manavgat et ses chutes d’eau, ainsi qu’à proximité de villages accueillants et de théâtres antiques : Aspendos, Perge et Side. Antalya est très agréable avec ses ruelles animées qui convergent vers le vieux port en contrebas. Après avoir craque pour ses échoppes et boutiques, de nombreuses terrasses donnent le coup de grâce pour y déguster poissons et fruits de mer. Non loin d’Antalya se trouve la ville de Side. Coup de cœur garanti pour son théâtre antique, son petit port et surtout, ses ruines romantiques.

    turquie,cappadoce,istanbul,meregee,mosquée bleue,ephèse;bodrum,alanya

    Côte-de-Side

    turquie,cappadoce,istanbul,meregee,mosquée bleue,ephèse;bodrum

    Alanya

    L’empereur romain Antoine et la belle Cléopâtre s’y promenaient déjà … comme le font aujourd’hui les touristes au pied du temple d’Apollon, en tête à tête avec le soleil couchant et l’éternité de la mer.

    ESCAPADE EN TURQUIE (1995)

    temple Apollon

     


    votre commentaire
  • LA FRITE

    Qu’est-ce qui fait battre le cœur des Belges à l’unisson ? Les frites, bien sûr ! Mais pourquoi nos frites sont-elles si savoureuses ? Pourquoi les aimons-nous tant ? Et pourquoi les frites qu’on trouve ailleurs sont nettement moins bonnes ?

    frite

    Le président de Navefri, l’association des gérants de friteries nous répond : 

    « Suivez une formation, dressez un business plan, utilisez les bons appareils, venez apprendre le métier en Belgique et armez-vous d’une bonne dose de patience ! »

    Ces messages prouvent que nos frites et nos fritkots sont un véritable patrimoine qu’il faut défendre et promouvoir.

    Pourquoi la frite belge est unique ?

    « La Belgique est le seul pays qui se soit doté d’une loi concernant les friteries. Un exploitant qui n’a pas de diplôme de cuisinier ou de traiteur ne peut en principe servir que des frites, des snacks frits et trois plats bien précis (potée ou carbonnades et boulettes sauce tomate). Ce qui explique que nos gérants de friterie se soient tous spécialisés. Cette limitation nous rend uniques. L’Europe aimerait que la Belgique libéralise le secteur et permette aux friteries de servir toutes sortes de plats. Nos fritkots deviendraient alors de banals snacks, comme on en trouve à l’étranger. Notre savoir-faire se perdrait, c’est pourquoi nous nous insurgeons contre cette libéralisation ».

    frite

     

    La frite comme doudou

    Le parfum typique, la chaleur, le croustillant, la graisse … tous ces éléments stimulent les endorphines, hormones du plaisir. Un passage à vide ou simplement envie de se faire plaisir ? Rien de tel qu’un bon cornet de frites. D’ailleurs, que fait le Belge lorsqu’il rentre de vacances, épuisé après un long voyage ? Il met le cap sur sa friterie préférée ! « Pour toutes ces raisons, la dégustation de frites doit rester un moment privilégié. Commander chaque jour de mauvaises frites dans une cantine, c’est tuer le plaisir de la frite. Il est conseillé de n’en manger qu’une fois par semaine. »

    LA FRITE

    Le secret des véritables frites belges

    Elles sont préparées exclusivement avec des bintjes fraîches (et non surgelées)

    Elles sont coupées en forme de bâtonnets (section carrée et non arrondie)

    Elles sont cuites dans une bonne graisse de bœuf, une bonne graisse végétale ou un mélange des deux

    Elles sont cuites deux fois, avec suffisamment de temps entre les deux cuissons (idéalement 1 heure). Les bâtonnets qui ont refroidi doivent subir un choc thermique quand on les replonge, c’est ce qui rend les frites croustillantes

    Elles sont croustillantes à l’extérieur mais pas trop cuites, et moelleuses à l’intérieur mais pas molles

    Elles sont servies très chaudes, de préférence en cornet.

    frite


    2 commentaires
  • LES ROUTES DU MONDE 

     ROUTE.jpg

    Voyager, c’est étudier la riche culture

    De chaque pays, nous offrant belle nature

    Contempler, s’évader et vers d’autres chemins

    Découvrir, s’ébahir, voir de nouveaux matins.

     

    Par les airs ou le train, je me laisse emporter

    Et la route demain m’emmènera d’emblée

    En régions inconnues où le soleil est roi

    En forêts étendues ou champs de fleurs de soie

     

    En montagne ou en mer, la beauté est magique

    Mais la neige en hiver est aussi romantique

    Cathédrales, monuments, baroque ou roman

    Impériale, Orient, époque ou Vauban

     

    Quelle chance de pouvoir visiter le monde

    Folle ambiance de savoir, d’apprendre à la ronde

    Tout le patrimoine que nous offre la terre

    Les trésors témoignent de notre vie entière

     

    Ainsi du Nord au Midi, j’aime voyager

    Et puis d’Oslo à Capri, tout n’est que beauté

    Méditerranée, toi la plus belle des mers

    Tu m’as envoûtée par tes couleurs, ta lumière !

    route1.jpg

     


    votre commentaire
  • LE MIMOSA

    Souvent livré en boutons voire même en fleurs dès le mois de décembre, le mimosa illumine de ses pompons jaunes d’or les débuts d’année un peu tristes au jardin. Si son feuillage persistant et sa longue floraison parfumée vous attirent, attention ! Semi-rustique, on ne le cultive en pleine terre que dans le Midi et sur le littoral atlantique. Mais pourquoi ne pas le garder en pot sur le balcon ou la terrasse ?

    Le Mimosa (Acacia dealbata) appartient à la famille des légumineuses. Cet arbre décoratif classé chez nous parmi les méditerranéennes est originaire d’Australie.

    le mimosa1.jpg

    On compte plus de 1200 espèces de mimosas dans le monde. Le mimosa a été introduit sur la Côte d’Azur vers 1850.
    La croissance des mimosas est rapide (30 à 60cm/an). Leurs feuilles persistantes vert clair parfois bleutées finement découpées et leur abondante floraison hivernale en boule d’or parfumées expliquent le grand succès des mimosas au jardin.

    mimosa3.jpg

    C’est surtout en parfumerie que le mimosa est réputé. Il forme rarement le corps d’un parfum, mais lui apporte un côté fleuri et poudré très recherché. L’extraction des extrémités des branches en fleurs donne l’absolue de mimosa qui a toutes les apparences du miel. Afin de permettre à Grasse de traiter d’importantes quantités de fleurs, le mimosa a été planté tout autour de la ville, formant d’imposantes forêts, mais aussi dans de nombreuses communes du Var et des Alpes-Maritimes. On peut citer à ce sujet le changement de nom d’une ville appelée autrefois “Bormes”, qui devint en 1968 “Bormes-les-Mimosas”, car la présence de cet arbre à la floraison d’un jaune si caractéristique fait partie intégrante du paysage.

    Découvrir le mimosa, c’est découvrir une autre nature, c’est se plonger dans le bain d’une vie délicieusement rétro et complètement actuel, apaisant. Car le mimosa, en ployant ses branches souples, chuchote « cachons-nous pour nous aimer ». N’est-ce pas le plus beau des langages des fleurs ?  

    LE MIMOSA

     


    votre commentaire
  • FLORENCE - Italie (1991)

    Joyau de la Renaissance

    Sur les rives de l’Arno, Florence, capitale de la Toscane ensoleillée, aligne les splendeurs artistiques léguées voilà cinq siècles par les maîtres de la Renaissance. Ville d’histoire et d’art, mais aussi ville à vivre, pleine d’une vitalité toute italienne.

    FLORENCE - Italie (1991)

    La puissante cité des Médicis ne se laisse pas apprivoiser au premier coup d’œil. Les trésors artistiques de la Renaissance se cachent derrière la façade austère de ses palais fortifiés ou de ses églises, où joue l’éclatante lumière d’Italie.

    michel ange, ponte vecchio, arno 

    Le fleuve impose ses humeurs à la belle florentine

    L’Arno, qui prend sa source dans l’Apennin, est à peine assagi lorsqu’il traverse Florence. Ici assoupi, il peut, en cas de fortes pluies, grossir démesurément.

    FLORENCE - Italie (1991)

     

    Des figurants en tenue d’époque pour le Calcio

    Depuis quatre siècles, la cité se mobilise à la fin du mois de juin pour le Calcio storico. Epreuve populaire, ce jeu, qui s’inspire de la lutte romaine, du football et du rugby, oppose des champions des différents quartiers de Florence sur la piazza Santa Croce. Des figurants en costume et en armure du XVIe siècle les accompagnent.

     

    michel ange, ponte vecchio, arno

    Calcio storico

     

    La cité des arts se rafraîchit dans ses jardins

    Sur la colline de Boboli, le jardin dessiné en 1549, est le plus vaste de toute la ville. Dans ses allées et ses bosquets, les visiteurs trouvent un refuge contre le climat souvent torride en été.

    michel ange, ponte vecchio, arno

    les jardins de Boboli

    FLORENCE - Italie (1991)

     

    La chapelle des Princes résonne de la gloire des Médicis

    Voulue dès 1568 par le grand-duc Cosme 1er afin d’accueillir les dépouilles de la dynastie des Médicis, la chapelle des Princes n’a été construite qu’à partir de 1608 dans l’église San Lorenzo.

    michel ange, ponte vecchio, arno, boboli

    FLORENCE - Italie (1991)

    le blason des Médicis

     

    Coups de rame sur l’Arno vers l’arche des orfèvres

    L’histoire du Ponte Vecchio, bâti une première fois en 1170, se confond avec celle de Florence. Il abritait au Moyen Age des échoppes de bouchers ; le duc Ferdinant 1er, gêné par les odeurs, les remplaça, au XVIe siècle par des orfèvres qui y sont encore.

    michel ange, ponte vecchio, arno, boboli

    Ponte Vecchio

     

    David et Hercule montent la garde aux portes du palais

    De part et d’autre du Palazzo Vecchio, le « David » de Michel-Ange et l »Hercule et Cacus » de Bandinelli semblent postés en sentinelles de pierre. Riches de symboles politiques, ils perpétuent l’un le courage de Florence face à ses ennemis, le second, commandé par le duc Alexandre, la reprise en main du pouvoir par les Médicis.

    FLORENCE - Italie (1991)

    Laurent fut le plus brillant des Médicis : on l’appelait le Magnifique. Mécène avisé, poète à ses heures, ce prince était un stratège politique. C’est avec lui que s’efface vraiment le Moyen Age.

    A côté des palais attestant sa puissance, Florence possède aussi une ceinture d’églises et de couvents où se lit encore sur fresques et statues l’esprit mystique d’une époque.

    michel ange, ponte vecchio, arno, boboli, médicis

    David de Michel Ange

    FLORENCE - Italie (1991)

     

    Le dôme

    Les deux escaliers de 463 marches qui serpentent entre les deux calottes conduisent à la base d’un lanternon qui se trouve à la hauteur équivalente d’un immeuble de quarante étages. Achevé en 1436 après seize ans et deux semaines de travail acharné, nécessitant près de quatre millions de briques et pesant environ 37.000 tonnes, le dôme est devenu non seulement l’emblème de Florence mais le symbole même de la Renaissance. 

    FLORENCE - Italie (1991)

    Le luxe aux vitrines, l’élégance dans les salons

    Via de Tornabuoni, se pressent toutes les grandes griffes de la mode et de la joaillerie italiennes, tandis que dans les salons du palais Feroni, où le chausseur Calvatore Ferragamo a élu domicile, on présente la dernière collection.

    FLORENCE - Italie (1991)

     

    L’enchantement du Chianti

    A quelques kilomètres de la cité, la campagne toscane offre sa riche beauté dans les collines du Chianti. Cette région agricole a donné son nom à des vignobles fameux.

    Pour améliorer la qualité de leur vin, les producteurs ont choisi de baisser les rendements et de sélectionner les cépages.

    michel ange, ponte vecchio, arno, boboli, médicis

    FLORENCE - Italie (1991)

     

    le baptistère

    FLORENCE - Italie (1991)

     


    votre commentaire