• LA FATIGUE

    LA FATIGUE

    fatigue

    Si on se plaint tous de fatigue un jour ou l’autre, on a souvent tendance à se dire que ce n’est rien. Or, il ne faut pas hésiter à consulter car elle peut faire partie des symptômes d’une maladie.

    Pour le médecin généraliste, pas facile de tirer des conclusions à partir du seul mot « fatigue ». En effet, une caractéristique essentielle de la fatigue est qu’elle est subjective : deux personnes peuvent réagir très différemment face à une activité fatigante, ou bien décrire ce qu’elles ressentent avec des mots différents.

    Il existe un grand nombre d’échelles d’évaluation de la fatigue, dont certaines n’ont été utilisées qu’une seule fois. Il n’y a pas d’indice, de mesure, ou de test biologique pour qualifier et identifier la fatigue.

    Une fatigue normale résulte d’un effort physique ou intellectuel ponctuel. Beaucoup ne se rendent pas compte que leur fatigue vient de leur rythme de vie. On est dans un contexte du surmenage, de stress, d’anxiété.

    Les patients n’aiment pas trop se l’entendre dire, mais dans 80 % des cas, la fatigue est d’origine psychologique. Dans le contexte de crise économique que nous connaissons, ce type de fatigue revient à l’avant-plan de façon majeure.

    Nuits morcelées, réveils intempestifs, difficultés à s’endormir, sommeil agité, pas de quoi démarrer une journée en pleine forme, lorsque les nuits se résument à cela.

    Un élément à prendre en compte dans le cadre des troubles du sommeil est le surpoids ou l’obésité, qui ont des conséquences néfastes sur la fatigue.

    fatigue2

    Si la fatigue n’est pas d’origine psychologique (dépression, anxiété, stress, surmenage, somatisation) il y a alors toute une série de causes possibles.

    Une transpiration importante fera penser à une maladie inflammatoire. Un souffle court, à des problèmes concernant le cœur ou les poumons, etc.

    Parmi les nombreuses causes possibles, il y a :

    des pathologies infectieuses virales ou bactériennes, des troubles endocriniens et métaboliques, des affections hématologiques et oncologiques, des maladies cardio-pulmonaires, des affections neurologiques et neuromusculaires.

    Enfin, de nombreux médicaments sont susceptibles de provoquer, comme effet secondaire, une certaine fatigue.

    Le syndrome de fatigue chronique, ainsi baptisé dans les années 80, a fait couler beaucoup d’encre. Il s’agit d’une fatigue intense et persistante, sans cause apparente. Il faut qu’elle dure depuis plus de 6 mois, qu’elle ait un début précis et ne soit pas le résultat d’un effort prolongé que le repos n’apporte que peu d’amélioration.

    Il n’y a bien sûr pas de traitement spécifique contre la fatigue, mais un ensemble de mesures dont l’objectif est de permettre au patient de retrouver un certain niveau d’activité.

    Le traitement pourra combiner une partie médicale pour cibler les symptômes, un recours éventuel à des techniques alternatives, à la psychothérapie pour apprendre au patient à gérer le syndrome au quotidien et à une modification du mode de vie.

    fatigue1

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Samedi 19 Janvier à 12:22
    Daniel

    Bonjour Josiane,
    Une blague relevée sur internet biggrin
    "" On fait l'effort de s'allonger mais même le repos me fatigue ""
    Bon weekend !
    Daniel

    2
    Samedi 19 Janvier à 14:39

    merci Daniel de ta visite

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    philou
    Samedi 19 Janvier à 18:09

    pas très réjouissant ce souci, j'en sais quelque chose moi qui prends régulièrement de quoi pouvoir dormir...

    douleur c'est sûr, mais inactivité journalière aussi, il faudrait que je me bouge plus pour me "fatiguer"...

    bon week-end à toi

    biz de l'Irlandais

    4
    Dimanche 20 Janvier à 07:36

    merci à toi Philippe et bon dimanche

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :