• LA SARDAIGNE (deuxième partie)

     

    Sassari

    La ville de Sassari, capitale de cette province, est d’origine nuragique. Elle est la ville la plus importante située dans la partie nord-ouest de l’île. En ville, plusieurs monuments sont dignes d’attention : la cathédrale de style gothique et baroque espagnol, l’église Sainte-Catherine, gothique avec des influences de la Renaissance. Le centre de la ville est la vaste Piazza d’Italia ou les habitants se rencontrent pour leur traditionnelle promenade. De là on peut descendre le long du fameux Corso Vittorio Emmanuele, à travers les petites rues de la vieille ville. Le dialecte principal (le sassarese) est un parler toscan, très proche du corse parlé à Sartène et est très différent de la langue sarde.  

    sassari.jpg

    Cavalcade sarde à Sassari le 18 mai, course équestre.

    Procession costumée qui rappelle celle organisée pour la visite du roi Umberto et sa femme Margherita en 1899. Le défilé aux costumes somptueux est suivi d’une course de chevaux. Un événement très touristique. Un défilé incessant et coloré de groupes folkloriques et de cavaliers où la richesse des costumes surprend, dans une région que l’on classait parmi les plus pauvres d’Europe.

    La cavalcade Sarde n’a aucun caractère sacré mais est une fête que les Savoia ont créé pour accueillir les invités illustres en visite. Il s’agit du défilé à cheval ou à pieds des costumes traditionnels des groupes qui arrivent des quatre coins de l’île : il y a plus ou moins 80 communautés différentes avec autant de costumes et de traditions. C’est une fête allègre et suggestive mais aussi une occasion pour pouvoir admirer ces vêtements qui ne sont plus d’usage quotidien. Les costumes sardes sont multicolores ; des couleurs criantes pour les femmes et sévères pour les hommes. Ils sont très différents de localité en localité étant donné qu’ils ont subi les influences des peuples envahisseurs du passé. Sur eux peut se lire l’historique du pays, de sa vie passée en observant les différences et découvrant la domination d’où ils proviennent : romaine, catalane, hispano-moresque etc. c’est là la principale cause du caractère hétérogène des costumes sardes.

    LA SARDAIGNE 2ème partie - 2008

    La Cavalcata Sarda est une révélation fascinante de la vie sarde, une véritable « exposition de costumes sardes » offerts dans un déploiement extraordinaire de couleurs. La Cavalcata Sarda n’a pas de lointaine tradition historique, mais elle rappelle la Cavalcade « féerique » de 1899, lorsque pour la visite des Souverains en Sardaigne on organisa des réjouissances dont le clou devait être « un festival », une fête populaire qui mit en évidence les différents costumes. En 1951, presque par hasard, à l’occasion d’un Congrès du Rotary Club, c’est encore pour rendre hommage à des hôtes illustres que fut organisée la Cavalcade, devenue depuis lors « une fête populaire annuelle », une fête de couleurs, une fête de chants et de danses, de magies musicales profondes, une fantasmagorie dense d’ivresse et de silence, de ritualité et de magie, révélatrice de l’âme encore mystérieuse du peuple sarde.

     

    Défilé de chaque région de Sardaigne

    costume sarde.jpg cavalcade.jpg

    costume Sarde

    67760006.jpg

    groupe Folk « Uri »

    67760007.jpg 

    groupe Folk « Florinas »

    67760009.jpg tapis sarde

    67760011.jpg 

    groupe Folk « Oristano »

     67760012.jpg

    groupe Folk « Cabras »

     

    67760013.jpg

    groupe Folk « Milis » représentant les fruits du pays

     

    67760014.jpg 

    Cagliari groupe Folk « Settino St Piedro »

    67760015.jpg 

    l’aîné des sardes

     67760004.jpg

    Cité de Sassari

     67760003.jpg 

    Centro Cultura Sassarese

     

    67760017.jpg Chevaux sardes

     chevaux sardes.jpg

    Course de chevaux à l’hippodrome

     

    chevaux sardes1.jpg

     67760018.jpg

    présentation des chevaux sardes

    67760019.jpg

    nombreux sauts et figures avec les chevaux

     

    le château de Castelsardo

    67760023.jpg

    Castelsardo

    A l’est de Porto Torres, pittoresque village fortifié perché sur un promontoire rocheux.

    Santa Teresa Gallura, extrême nord de la Sardaigne. Est battu par le mistral, qui y a sculpté de spectaculaires formations rocheuses dans le granit blanc comme au cap Testa, où l’on peut rejoindre à pied des criques pittoresques.

    67760024.jpg

    vers le Cap Testa 

    67760025.jpg

    Au loin Monte Russu, derrière Capo Testa

    67790001.jpg 

    Porto Cervo

    67790002.jpg 

    la Côte Esmeralda

    LA SARDAIGNE 2ème partie - 2008

    La côte Esmeralda, la plus riche du pays, avec Porto Cervo, boutiques, bars de style milanais, élégante marina pour accueillir les yachts luxueux de la jet-set internationale.

    67790003.jpg

    le Golfe d’Aranci

    Le golfe d’Aranci ou golfe des Crabes, station animée avec son port et ses villas. Paysage fantastique avec un mélange de montagne et de plage, une vue sur le large, des montagnes garnies de cactus, la chaleur, les bateaux luxueux sur la côte, les rochers, l’eau turquoise et transparente dont on peu voir nos pieds. La gastronomie Sarde est délicieuse, les tomates bien fraîches, les poissons, le fromage au lait de brebis, son célèbre pain et son vin. Les gens là bas sont très chaleureux, polis et sympathiques toujours prêts a vous aider mais ils ont mauvais caractère si on les brusque ou si on ne les respecte pas, ambiance magnifique, danse typique de Sardaigne et culture sublime.

     67790004.jpg

    Retour au port de Porto Torres – l’Eglise du village

    67790007.jpg 

    Au départ de Porto Torres

    67790006.jpg

    Notre bateau pour le retour

    67790010.jpg

    Arrivée à Marseille

     chateau d'iff.jpg

    Au loin, le château d’Iff, lieu du tournage du "Comte de Monte Cristo"

    Le chateau d’Iff, construit par François 1er, est un lieu mystérieux qui fait de Marseille un haut lieu touristique. Célèbre forteresse dont l’histoire se confond avec la légende. Le Comte de Monte-Cristo est une des principales œuvres d’Alexandre Dumas le représentant. 

    La légende veut que soit emprisonné sur l’île déserte « le comte de Monte Cristo ».

    Visite de Marseille 

    La Basilique Notre-Dame de la Garde. La colline de la Garde (154 m) a toujours été un poste d’observation. L’origine du sanctuaire remonte à 1214. La Basilique est recouverte de 30.000 feuilles d’or et la chapelle, construite en 1218 est de style romano-byzantin.

    LA SARDAIGNE 2ème partie - 2008

    Les mosaïques sont particulièrement belles et les nombreux tableaux, bateaux, plaques, etc… sont un témoignage de la Foi et de la reconnaissance des pélerins. Panorama le plus urbain de France, d’un côté la mer, avec les îles du Frioul et du Château d’Iff, des kilomètres de côtés et le Vieux-Port, et de l’autre la ville de Marseille dans un demi-cercle de montagnes.

    On dit traditionnellement, que la vigie existe depuis les temps préhistoriques et plus sûrement depuis l’époque romaine. Au XVe siècle une ordonnance de Charles II d’Anjou inscrit la colline de la Garde dans la liste des relais. Ce système de vigie va s’améliorer au fil des siècles et la fonction perdurera sur la colline jusqu’en 1978. Pour protéger Marseille des armées de Charles Quint par le Connétable de Bourbon, François 1er fait construire un fort en 1524 au sommet de la colline, qui constitue avec le château d’Iff à l’entrée du port, une défense maritime dont la ville était dépourvue.

     n-dame de la Garde1.jpg

    Notre-Dame de la Garde

    67790007.jpg

    le Vieux-Port

     

    67790011.jpg

     

    Marché aux poissons

     

    Climat en Sardaigne

     

    La Sardaigne jouit d’un climat méditerranéen classique, hiver frais et humide, été chaud et sec. Le mois de juin est le mois le plus ensoleillé de l’année. Le printemps est la plus belle saison pour la visiter lorsque la nature explose et qu’il y a moins de touristes. L’été permet de profiter au maximum du littoral et de retrouver fraîcheur en montagne.

     

    7_158_golgo_goloritze85_H204708_L.jpg

    7_158_sardaigne_2005_012_H204909_L.jpg

    1715_94337105_sard58_H165022_L.jpg

     F I N 

     


    2 commentaires
  • LA SARDAIGNE (en deux parties) - 2008 - 1ère partie

    En ce mois de mai 2008, mon frère et moi avons visité ce magnifique pays qu’est la Sardaigne.

    D’abord le TGV Bruxelles-Midi  –  Marseille, dans le but de pouvoir jouir d’une mini-croisière Marseille – Sardaigne, avec escale en Corse. 

     

    Au départ de Marseille

    Marseille, 1er port de France et de la Méditerranée, 3ème port d’Europe, le Port de Marseille reste ouvert sur le monde entier.

    67750005.jpg

    2e ville de France, elle étale ses couleurs, le bleu sur fond blanc.

    Spécialité : le savon de Marseille.

    savons.jpg

    La canebière signifie « chanvre » en provençal.

    Ce sont près de 200 lignes maritimes régulières (la moitié vers la Méditerranée, l’Afrique et le Moyen-Orient) qui le relient à 320 ports de 120 pays différents.

    Direction : la Corse

    Notre arrivée à Porto Torres (Sardaigne) par bateau « Le Corse », de la SNCM, bateau mis en service en 1983, peut contenir 2300 personnes et 620 voitures.

    TB555.jpg

    Escale à Propriano (Corse)

    Admirablement protégée des vents d’Ouest au fond du Golfe de Valinco, la belle Propriano accueille chaque année des milliers de touristes venus du continent.

    67750007.jpg

    La route qui y mène est large et fleure bon le maquis. Avant d’arriver en ville, cette route traverse plusieurs villages alanguis qui témoignent d’un mode de vie ancestral et quasi immuable.

    67750004.jpg

    Lever de soleil à Porto Torres

    Arrivée à Porto Torres. (Sardaigne) Porto Torres est situé dans le golfe d’Asinara, sur la cote Nord-ouest de la Sardaigne. Ce port, à l’origine fondé par les Phéniciens, fut par la suite contrôlé par les Carthaginois et les Romains. Aujourd’hui, Porto Torres est une commune italienne de la province de Sassari en Sardaigne. La commune a été fondée en 1842.

     67750006.jpg

     " le Corse  " à Porto Torres

    Des eaux couleur lagon, une côte majestueuse, une nature préservée. La Sardaigne ravira les amateurs de grands espaces, qui trouveront sur cette grande île, d’avril à octobre, les conditions idéales pour randonner, profiter de la plage ou se reposer à l’ombre des oliviers.

    drapeau sardaigne.jpg

    La Sardaigne est une belle île,  une île fascinante. on peut y admirer des églises médiévales ou de magnifiques paysages, extraordinaires de variété ; mais aussi visiter des nuraghes, ou chasser, pêcher, pratiquer le trekking ou le tourisme équestre; découvrir les traces laissées par les Phéniciens, les Carthaginois et les Romains ; choisir de s’intéresser à la géologie, à la nature, aux minerais ; se laisser gagner par le charme d’un folklore qui s’exprime dans les manifestations authentiques des fêtes populaires ; par la splendeur des plages aux eaux limpides, des côtes escarpées et  des grottes.

    blason-sardaigne.jpg

    Notre hôtel « Canalunya » à Alghero

    67750010.jpg

    L’Hôtel Catalunya se trouve dans un lieu charmant au centre d’Alghero, face au port.

    Alghero, ancienne ville catalane, actuellement grand centre touristique dont il faut rappeler l’activité de pêche et l’activité agricole d’un arrière-pays fertile.  Alghero est une des plus belles villes Sardes, intéressante par ses monuments, par la mer, par l’histoire qui en a fait un îlot catalan bien intégré dans la Sardaigne qui l’accueille.

     alghero.jpg

    Alghero

    La cathédrale Sainte-Marie, avec son clocher gothique,  présente une juxtaposition de styles. Sa façade néoclassique ostentatoire cache un intérieur Renaissance et plusieurs chapelles baroques.

    67750009.jpg 

    église d’Algherodôme st michel.jpg

     

    LA SARDAIGNE (2008) - en 2 parties

    L’Eglise San Michelen stype baroque, édifiée en 1612.

     

    67750008.jpg 

    tour de la Ville en petit train

     

    Deuxième île de Méditerranée par sa taille soit 24000 km2, la Sardaigne est habitée par 1.7 millions d’habitants après la Sicile, elle allie un littoral époustouflant à des paysages ruraux intérieurs d’une exceptionnelle beauté, à la fois montagne et plaine. Elle possède des paysages montagneux parmi les plus sauvages d’Europe, malgré quelques zones d’urbanisation abusive. La Sardaigne (en italien : Sardegna et en langue sarde normalisée : Sardinna) est une île de la Méditerranée occidentale, située à l’ouest de la péninsule italienne et au sud de la Corse. Rattachée à l’Italie après un long isolement, culturellement différente de la péninsule, et avec de fortes particularités, elle a obtenu le statut de région autonome d’Italie le 28 février 1948. Elle est majoritairement constituée de montagnes et collines, et le massif montagneux principal, le Gennargentu, qui se trouve dans la partie centre-orientale de l’île, culmine à 1834 m d’altitude.

     67750013.jpg

    fleurs des montagnes (près de Bosa)

    67750015.jpg 

    château Cuglieri

    Cuglieri est un pays de la province d’Oristano situé entre les montagnes florissantes du Montiferru et aux deux pas de la mer.

    67750016.jpg 

    massif de fleurs au bord de la route

     67750017.jpg

    la côte escarpée de l’île

     

    LA SARDAIGNE (2008) - en 2 parties

    flamants roses à Cagliari

    La province de Cagliari est une province italienne, dont le chef-lieu est Cagliari, c’est l’une des huit provinces de la région autonome de Sardaigne. Cagliari est la capitale de la Sardaigne ainsi que la plus grande ville de l’île. Cette ville débordante d’activité a beaucoup à offrir : des sites historiques et une atmosphère très moderne. La ville a été construite sur sept collines. Ses origines remontent à la période phénicienne punique et bénéficie de nombreuses ruines romaines. On trouve également de multiples vestiges des invasions espagnoles et de Pise sur l’île, datant des premiers siècles du dernier millénaire. Le port de Cagliari a représenté le point d’entrée principale de l’île pendant plusieurs siècles, attirant divers peuples et cultures. La zone du port, connue sous le nom de marina, est un endroit idéal pour les rencontres, car elle est pleine de restaurants, cafés, bars et autres. Non loin de là se trouve la plage Poetto, l’une des plus belles plages de Sardaigne, où vous pouvez voir combien les habitants de Cagliari tout comme les nombreux touristes qui viennent sur la côte, aiment passer leurs vacances.

    LA SARDAIGNE (2008) - en 2 parties

    L’île fait office d’entrée à la Sardaigne et vous pouvez accéder à l’île tout entière depuis Cagliari. La seule façon réelle d’explorer la Sardaigne est d’ailleurs en voiture. C’est un endroit idéal pour les voyageurs qui aiment une approche active : la marche, la randonnée, la pêche, l’équitation et la chasse. Les plages abondantes s’adressent à ceux qui désirent avoir des vacances plus décontractées, ou ceux qui aiment s’adonner à la voile, au surf, à la plongée sous-marine et la plongée en apnée.

    67750019.jpg

    Les gorges de Dorgali

     

    Important centre d’artisanat. La région possède un grand nombre de sites archéologiques, de grottes et de ravins.

      67750020.jpg

    figues de Barbarie

    falaises punta ciglio.jpg

    falaises de Punta Giglio

     67750028.jpg

    tour de Bollo

     67750030.jpg

    port de Stintino

    Stintino

    Village fondé en 1885, sis sur une étroite péninsule balayée par les vents à la pointe nord-ouest de la Sardaigne, Stintino était naguère un petit village de pêcheurs bien tranquille. L’attrait principal de la ville est sa plage, Pelosa, baignée par des eaux d’un bleu turquoise envoûtant. Au large, une grande tour aragonaise en ruine domine la minuscule île de Piana, avec l’île d’Asinara (centre pénitentier) en arrière-plan.

    67750036.jpg 

    Spiaggia della pelosa

    grottes de neptune.jpg 

    grottes de Neptune

    Une des plus belles de Sardaigne, découverte au 18e siècle, écrivains et voyageurs n’ont eu de cesse de chanter ses louanges.

     67760001.jpg

    notre bateau aux grottes de Neptune

     au loin asinara.jpg

    Au loin Asinara

    à marseille.jpg

    A SUIVRE POUR LA DEUXIEME PARTIE


    2 commentaires
  • L'EAU, SOURCE DE VIE

    eau.jpg

    Elément naturel nécessaire à la vie

    Eau douce de pluie rafraîchissante, on t’envie

    Trésor de nos Ardennes, fleuves, lacs, rivières

    Salée des mers et des océans qu’on vénère

    Champ de glace éternelle, ruisseau ou bien source

    Chutes d’eau des montagnes partageant la course.

    Les fontaines jadis étaient un point de vie

    Font toujours rêver, empreintes de nostalgie.

    En amont ou aval, la source ou l’embouchure

    La fraîcheur idéale elle nous la procure

    Mais larmes de vie d’où provient notre tristesse

    Eau de Lavande, en nous procurant l’ivresse

    Villes d’eaux pour le corps emplies de richesses

    Eau pure et claire apaisant la soif de tendresse

    Consolant nos cœurs d’une profonde détresse

    Et appelant l’amour enrobé de caresses

    En espérant toujours garder notre jeunesse.

     

    « L’eau, si on sait l’entendre, si on en apprend la langue,

    ouvrira toute la connaissance des êtres et des choses. »

    eau1.jpg


    votre commentaire
  • Planter un arbre ou un arbuste isolé dont la couleur inhabituelle attire tous les regards dans le jardin, c’est très tendance.

    Plein feu sur ENKIANTHUS CAMPANULATUS, une variété au superbe feuillage rougeoyant …

    enkianthus_campanulatus

    L’automne est la période idéale pour planter arbres et arbustes caduques. Optez pour un des arbres ou arbustes décoratifs qui ont fait leur apparition en pépinières depuis quelques années. Par exemple, un tulipier ou un Brachychiton. Ces espèces, qui existent depuis des années, ne remportent un vif succès que depuis peu. Certains proviennent de régions méditerranéennes ou subtropicales et parviennent enfin à s’acclimater chez nous.

    Leur point commun ? Des formes et un feuillage étonnants. En vraies divas, ces végétaux entendent voler la vedette au jardin.

    Un seul exemplaire suffit donc, surtout si on le plante à un endroit bien visible. Au milieu d’une pelouse, par exemple, ou dans le jardin devant la maison.

    en octobre

    Pour les petits jardins, voici l’Enkianthus campanulatus. Cet arbuste caduque ne grandit pas trop, ni en hauteur (2 à 3 m maximum), ni en largeur (1,5 m) mais deux fois par an, il attire à lui tous les regards. De mi-mai à fin juin, il se couvre d’une abondance de clochettes qui pendent en grappes. Celles-ci prennent un coloris jaune citron strié de brun rougeâtre absolument splendide. Les branches de cet arbuste étant bien séparées les unes des autres, la floraison n’en est que plus spectaculaire. Et ce feu d’artifice fleuri se répète ! En automne, les feuilles prennent une tonalité orange, puis rouge profond. De quoi faire pâlir de jalousie les plus beaux érables du Japon !

    Mais avant de vous précipiter chez le pépiniériste pour acheter un Enkianthus campanulatus, sachez que cet arbuste d’origine chinoise pousse dans un sol très acide. Pour obtenir les même couleurs sous nos latitudes, il faut, au moment de la plantation, enrichir le sol en tourbe ou y adjoindre un sac de terreau de bruyère. Par ailleurs, cet arbuste n’aime pas le plein soleil. Si vous le plantez à un endroit ombragé du jardin, qu’il égayera joyeusement, vous aurez tout bon !

    floral 

    UN ARBRE ROUGE PASSION


    4 commentaires
  • (La vue, l’ouïe, l’odorat, le goût et le toucher).

    oeil                    oreille                    odorat

             La vue                             L’ouïe                            L’odorat

                                     goût                            toucher

                                     Le goût                               Le toucher

     

     Je te vois devant moi élégant, distingué

    J’entends l’écho de tes « je t’aime » au fond de moi

    Il me semble respirer ton corps adoré

    En goûtant au miel de tes lèvres en émoi

    Tout en me comblant de caresses passionnées.

    Tu étais « TOI » !

    LES CINQ SENS DE LA VIE

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires